Travaux publics : nouvelles mesures gouvernementales pour revoir leur exécution, leur continuité ou leur transfert aux provinces

-
/

Mis à jour pour mardi 18.6.2024 21h48hs

Par la résolution 452/2024, publiée au Journal officiel, les nouvelles orientations du programme Argentina Hace ont été définies. Ces détails incluent la manière dont les projets seront financés en fonction de leur état d’avancement, de leur pertinence pour l’intérêt public et des coûts associés.

Le décret souligne : “Aucun gouvernement fédéral n’a hérité d’une situation institutionnelle, économique et sociale pire que celle de l’administration actuelle”. Dans ce contexte, le pouvoir exécutif a déclaré que, depuis le début de son mandat, il a mis en œuvre plusieurs mesures visant à améliorer l’efficience et l’efficacité de la gestion de l’État national. Il a également rappelé que par le décret de nécessité et d’urgence 70/23, l’état d’urgence a été déclaré dans diverses zones jusqu’au 31 décembre 2025.

Voir égalementPullaro veut parler avec les maires avant de conclure l’accord de travaux publics avec la Nation

Dans la résolution signée par le ministre de l’Économie Luis Caputo, trois options sont établies pour les provinces et les municipalités : restituer l’argent reçu, terminer les travaux en 120 jours avec un financement national, ou les financer avec leurs propres ressources. Cette mesure vise à ce que les administrations locales restituent l’argent pour les travaux qui ne sont pas encore terminés dans le cadre du plan « Argentina Hace ». Selon une enquête réalisée par l’administration actuelle, au moment de son arrivée au pouvoir, on a constaté 951 travaux en attente dans le cadre de ce programme, avec des soldes dus par les municipalités qui totalisent 598,522 millions de dollars.

Les critères ont été établis en considérant qu’« il est pertinent d’établir des lignes directrices concernant les projets ou travaux en cours d’exécution dans le cadre du Plan Argentine Hace. Ces points doivent être suivis par le Secrétariat des Travaux Publics, qui dépend du Ministère de l’Économie, ainsi que par ses agences ou autres organisations qui opèrent sous sa juridiction, comme étape préalable à la désactivation éventuelle du programme.

Les critères de conformité, de suivi et de contrôle des travaux et des budgets sont :

  • Analyse de faisabilité : Si la province, la municipalité ou autre entité d’exécution remplit les obligations de l’accord, sa capacité à financer les travaux sans l’aide financière du secteur public national sera évaluée.
  • Continuité: Si ces coûts ne peuvent être assumés, la province, la municipalité ou toute autre entité d’exécution déterminera s’il est approprié de poursuivre l’entente, compte tenu du degré d’avancement des travaux, de leur importance publique et des coûts impliqués. « L’opportunité ou non de poursuivre l’exécution de l’accord-cadre d’adhésion et de l’accord spécifique doit être déterminée, de manière restrictive et motivée, en tenant notamment compte : 1) du degré d’avancement des travaux ; 2) de l’état d’avancement des travaux ; l’intérêt public impliqué dans l’exécution des travaux ; et 3) les coûts impliqués dans l’exécution des travaux. »
  • Résiliation des accords : Les accords dont il est décidé de mettre fin doivent être notifiés à la province, à la municipalité ou à toute autre entité d’exécution comme convenu dans l’accord concerné. Les projets qui se poursuivent doivent être conformes aux résolutions 27/2020 et 133/2021 du Plan Haga argentin et doivent respecter une période maximale de 120 jours, avec possibilité de prolongation de 6 mois. S’ils ne se conforment pas, le projet sera annulé. Il sera d’abord vérifié s’ils ont pris les mesures nécessaires pour résoudre le problème. S’ils ne l’ont pas fait, ils doivent entreprendre ces démarches et, si nécessaire, restituer les fonds concernés. En outre, ils peuvent décider d’annuler l’accord et discuter de la manière de poursuivre les travaux sans recevoir d’aide financière du gouvernement national.
  • Restitution des fonds : En cas de résiliation, les fonds alloués qui doivent être restitués doivent être ajustés en fonction du taux actif de la Banco de la Nación Argentina en vigueur au moment de la décision administrative, c’est-à-dire que le montant doit être mis à jour en fonction du taux actif. taux du Banco de la Nación Argentina (BNA) en vigueur au jour de la résiliation. Si la juridiction concernée ne respecte pas la déclaration dans le délai imparti, une procédure judiciaire doit être engagée pour récupérer les fonds. Le texte du Journal officiel explique : « Il est jugé pertinent d’établir que, afin de maintenir l’intégrité des fonds transférés dans le cadre du « Plan Argentina Hace », la juridiction compétente qui a signé l’accord respectif doit réclamer le montant décaissé à la province, à la municipalité ou autres entités d’exécution, mis à jour conformément au taux actif de la Banco de la Nación Argentina en vigueur à la date de l’acte administratif par lequel le financement est clôturé et le règlement final est effectué. Une fois le délai accordé dans l’avis expiré sans que la province, la municipalité ou l’entité d’exécution n’ait accrédité les fonds dont le retour est requis, la juridiction concernée doit engager des actions judiciaires pour leur recouvrement.
  • Règles complémentaires : Le ministère des Travaux publics peut émettre des règlements supplémentaires nécessaires à la mise en œuvre de cette résolution.

“Il s’agit de travaux mineurs qui n’ont pas justifié l’intervention de l’État national”, ont expliqué des sources officielles à La Naciòn, et ont approfondi la répartition géographique de ce type de travaux, ils sont concentrés principalement dans la zone métropolitaine de Buenos Aires, Cordoue et le sud de Santa Fe.

Voir égalementLes gouverneurs défilent à la Casa Rosada pour négocier la réactivation des travaux publics

Les travaux qui étaient auparavant classés comme « infrastructures » et sont désormais appelés « à petite échelle » sont de petite taille et ne nécessiteraient pas de financement de la part du gouvernement national. Parmi eux, la construction de toitures pour les piscines municipales, les vestiaires pour les clubs, les toilettes dans les cimetières, la réparation des gouttières, des trottoirs ou des skateparks. Ils ont expliqué

En quoi consiste le plan Argentine Hace ?

Le programme Argentina Hace a été présenté en janvier 2020 sous l’administration d’Alberto Fernández avec l’objectif de réaliser des travaux publics rapidement exécutés dans 2 300 municipalités à travers le pays. Il comprenait des améliorations des routes, des travaux d’accès à l’eau potable, à l’assainissement et aux eaux usées, aux infrastructures d’eau, à l’accessibilité et à la connectivité urbaines et rurales, ainsi qu’à l’équipement social, entre autres initiatives. L’intention était de réactiver les économies régionales en créant 20 000 emplois.

Actuellement, de nombreux travaux ne sont pas terminés, c’est pourquoi plusieurs provinces demandent que le transfert soit achevé afin que les administrations locales puissent avancer et les terminer.

-