El Salvador et l’Argentine conviennent de renforcer la lutte contre le crime organisé

El Salvador et l’Argentine conviennent de renforcer la lutte contre le crime organisé
El Salvador et l’Argentine conviennent de renforcer la lutte contre le crime organisé
-

Les ministres de la Sécurité du Salvador, Gustavo Villatoro, et de l’Argentine, Patricia Bullrich, ont signé ce mardi un accord visant à “renforcer” la lutte contre le crime organisé, ont rapporté des sources officielles.

“Suite aux directives des dirigeants du Salvador et de l’Argentine, notre président @nayibbukele et notre président @JMilei, nous avons signé, avec le ministre @PatoBullrich, un accord de travail entre nos pays, avec le ferme engagement de renforcer la lutte contre le crime organisé. “, a déclaré Villatoro sur le réseau social

Dans le cadre du travail à mener entre les deux nations, selon un communiqué commun, “des espaces d’analyse spécialisés seront créés pour concevoir des stratégies et développer des outils innovants permettant de lutter efficacement contre les groupes criminels”.

Bullrich a entamé dimanche une visite de quatre jours au Salvador pour se renseigner sur le modèle appliqué par le président Nayib Bukele pour neutraliser les gangs violents et rétablir la tranquillité dans le pays.

“Nous partageons avec la délégation @MinSeg d’Argentine les outils et les actions que nous avons mis en œuvre dans l’élaboration du Plan de Contrôle Territorial, la stratégie de sécurité réussie qui a donné des résultats sans précédent dans notre pays”, a souligné Villatoro.

Dimanche, Bullrich a visité une mégaprison inaugurée en 2022 et pouvant accueillir 40 000 détenus, et ce mardi, Bukele l’a reçu au siège du gouvernement.

“Nous sommes très impressionnés par l’ensemble du processus, nous avons obtenu des informations absolument complètes”, a déclaré Bullrich au président salvadorien.

Au pouvoir depuis 2019, Bukele mène une « guerre » contre les gangs sous un régime d’urgence en vigueur depuis 2022 et qui a arrêté plus de 80 000 membres présumés de gangs.

Le régime d’urgence, qui autorise les arrestations sans ordonnance du tribunal, a été décrété par le Congrès à la demande de Bukele en réponse à une escalade de violence qui a coûté la vie à 87 personnes entre le 25 et le 27 mars 2022.

Cmm/ag

AFP

Apprenez à connaître le projet Trust

-