Est-ce que je perds ma maison ou ma retraite ? Puis-je rester seulement deux ans en dehors de Cuba ? Ils supprimeront la limite de 24 mois de séjour à l’étranger

-

Le gouvernement cubain introduira des changements substantiels dans sa politique d’immigration avec un impact marqué dans ces domaines et dans d’autres. On vous explique.

De nombreux Cubains qui séjournent hors de Cuba pendant plusieurs mois s’inquiètent de leur statut d’immigration et de la mesure dans laquelle ils pourraient être affectés s’ils passent plus de deux ans à l’étranger.

Parmi les questions les plus fréquemment posées figurent celles liées à la perte éventuelle de leur logement ou de leurs propriétés sur l’île, à la suppression de leurs pensions et autres avantages liés au statut de résident permanent.

Il est vrai que, selon la loi actuelle, les citoyens cubains qui restent hors du pays pendant plus de 24 mois sans y revenir perdent leur résidence légale à Cuba et une série de droits associés à cette condition. Cependant, la réglementation a été modifiée avec des prolongations indéfinies pour permettre des séjours de plus de deux ans à l’étranger.

En d’autres termes, nous réaffirmons une fois de plus que À ce jour, la réglementation des 24 mois n’est pas appliquée comme durée maximale de séjour à l’étranger. Toute crainte en ce sens est totalement infondée.

Mais plus encore : le gouvernement a proposé d’éliminer cette directive controversée et de promouvoir d’autres initiatives qui améliorent ses relations avec les émigrés. Des mesures qui vont même dans le sens de permettre l’entrée avec d’autres passeports aux Cubains naturalisés dans d’autres pays.

Tout cela est devenu connu après la divulgation par le gouvernement cubain de deux projets de lois sur l’immigration et l’immigration. Dans cet organe juridique encore en cours de révision et qui sera éventuellement soumis à l’approbation, on envisage la suppression de la limite susmentionnée de 2 ans (soit 24 mois) de séjour maximum en dehors de l’île sans perdre le statut de résident.

Contraint de changer sa relation avec les émigrés

Le gouvernement cubain ne peut pas rester les bras croisés face au plus grand exode national de l’histoire. Il voit la nécessité d’améliorer les liens avec ses émigrés. C’est pourquoi une série de modifications ont été proposées qui vont dans le sens du maintien des liens avec les Cubains qui ont décidé de quitter l’île.

Dans le projet de loi lui-même, on peut lire clairement :

“Le séjour de 24 mois à l’étranger et la désignation de migrant pour cette raison sont supprimés, sur la base de la nouvelle définition de la résidence effective de l’immigration.”

En d’autres termes, un nouveau terme est même introduit pour gommer les différences entre émigrants et résidents, comme l’indique habituellement aujourd’hui le discours juridique officiel.

La propriété n’est pas perdue à Cuba et peut être héritée à l’étranger

La définition de « résidence d’immigration effective » servira à désigner les citoyens cubains et les étrangers résidents qui passent la majorité de l’année à Cuba. Ou pour ceux qui démontrent un lien incontestable avec l’île, à travers des propriétés et des liens matériels.

Et c’est un autre point intéressant concernant les nouveaux projets de loi. Les Cubains qui passent plus de deux ans hors de l’île seraient autorisés non seulement à conserver leurs maisons et leurs propriétés, mais même à en hériter, même à l’étranger.

Avec la nouvelle législation, les Cubains ne seront plus soumis à la classification des migrants pour plus de 24 mois ou deux ans hors du pays. Quelque chose qui facilitera votre mobilité, votre appartenance et votre connexion avec Cuba.

Il s’agit d’une proposition législative beaucoup plus moderne et impensable à l’époque où le discours disait : « laissez-les partir, nous n’en voulons pas ». Ou encore les inventaires matériels qu’on faisait autrefois pour tout confisquer sur les propriétés de ceux qui envisageaient d’émigrer.

Comme nous l’avons noté, ces projets législatifs sont encore en phase d’examen et de consultation, mais s’ils sont approuvés, ils transformeront profondément la dynamique migratoire de Cuba, offrant de nouvelles opportunités et flexibilités aux citoyens cubains.

Ici vous pouvez consulter les factures dans leur intégralité.

loi-immigration-bill_Cuba

Lecteur vidéo YouTube

Abonnez-vous aux notifications


-