C’est le consortium qui menace de poursuivre Aerocivil en justice pour un appel d’offres juteux qui a été remporté et arrêté à La Guajira

-

Les avocats de Un puissant consortium – avec des actionnaires à Yopal, Bogotá et Facatativa – envisage de déposer dans les prochaines heures une action en justice d’un million de dollars pour un appel d’offres que le gouvernement leur a attribué le 10 avril.

Selon les critères de

Dans un épisode semblable à celui des passeports, Selon la Chancellerie et le groupe de Thomas Greg, ce consortium affirme avoir remporté le contrat “de manière transparente et en franchissant toutes les étapes juridiques”. Et maintenant, ils leur demandent de renverser la situation.

L’erreur millionnaire de l’Aérocivil

Comme le révèle EL TIEMPO, Il s’agit de l’attribution du marché de construction de la base de services de secours et de lutte contre les incendies (SEI) et des travaux complémentaires à l’aéroport Almirante Padilla de Riohacha (La Guajira).

Il s’élève à 10,480 millions de pesos et a été attribué au Consortium Mégastructural pour Aéronautique Civile par la résolution 00640.

Cependant, après qu’un des participants (le consortium Jeremías 33-24) et le Bureau du Procureur général averti d’une erreur fondamentale dans la base de données qui déterminait les coûts du projet, Aerocivil a contacté les gagnants pour leur demander leur consentement pour révoquer directement le processus.

Processus de révocation du contrat pour les travaux à l’aéroport de Riohacha.

Photo:LE TEMPS.

“Ce sont eux qui avaient tort”

Marcio Melgosa Torrado, premier procureur délégué à la surveillance préventive de la fonction publique

Photo:LE TEMPS

Mais, dans une lettre en possession d’EL TIEMPO, le consortium a refusé et maintenant Aerocivil va devoir inverser le processus en exigeant son propre acte administratif.

Cependant, l’affaire n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

EL TIEMPO a enquêté et a établi que Le Consortium Mégastructural évalue un procès contre Aerocivil.

Votre représentant légal, Javier Triana a déclaré à EL TIEMPO qu’il est clair que c’est Aerocivil qui a commis l’erreur d’inclure une case supplémentaire sur une page Excel, ce qui a entraîné une inexactitude budgétaire.

Triana Il parle au nom de trois puissantes entreprises qui constituent ce consortium et qui, dans un passé récent, ont enregistré de nombreux contrats juteux dans différentes régions du pays.

Qui se cache derrière le consortium ?

Il s'agit de la lettre d'Aerocivil adressée à Me Marcio Melgosa.

Il s’agit de la lettre d’Aerocivil adressée à Me Marcio Melgosa.

Photo:Dossier privé.

EL TIEMPO a enquêté et a établi que Le consortium est composé de trois sociétés : Estahl Engineering SAS (30 %) ; Manser Ingeniería SAS (30 pour cent) et MB Construcciones y Diseño SAS (avec 40 pour cent.

Estathl Engineering SAS est une entreprise active dans le secteur de la sous-traitance depuis 2006 et ses propriétaires sont Lina Paola Abril et Iván Montalvo Joya. Elle apparaît enregistrée à Facatativá et possède des actifs qui s’élèvent à 33 milliards de pesos. et a participé à plusieurs constructions comme le pont piétonnier de l’école Nueva Granada de Bogotá : projets avec l’Université Javeriana, Bavière, Colpatria et même avec la Direction nationale du renseignement (DNI).

Manser Ingénierie SAS, son partenaire apparaît incorporé à Yopal (Casanare). Elle dispose actuellement d’actifs proches de 4,8 milliards de pesos et sa représentation légale est assurée par Miguel Ángel Naffah Toro. et David Alejandro Naffah Olave.

Cette entreprise a eu plusieurs contrats avec le gouvernement de Casanare et avec plusieurs maires du département. En outre, ils enregistrent également des accords avec l’Armée nationale, Ecopetrol, le Fonds Social Passif. des Chemins de fer nationaux de Colombie, le département d’Antioquia et le gouvernorat de Vichada.

Pour sa part, MB Construcciones y Diseño SAS a été créée à Bogotá en 2013 par 4 frères : Kelly Giovanna, Jorge Orlando, Carmen Cecilia et Jessica Paola Mora Blanco. La société a été souscrite pour 5 millions de pesos et son actif s’élève actuellement à 200 millions de pesos. Sa représentation légale est assurée par Javier Enrique Triana Morales.

Notification à Aérocivil

Il s'agit de la lettre de réponse du Consortium Mégastructural à la demande de consentement de révocation directe envoyée par le Secrétariat des Services Aéroportuaires.

Il s’agit de la lettre de réponse du Consortium Mégastructural à la demande de consentement de révocation directe envoyée par le Secrétariat des Services Aéroportuaires.

Photo:LE TEMPS.

LE TEMPS a accédé en exclusivité à une lettre que le Consortium Mégastructural a envoyée à Aerocivil le 29 avril, arguant que la révocation est irrecevable.

Et ils précisent que même si le motif du rejet se trouve dans le cahier des charges, il ne s’applique pas dans ce cas.

Une telle cause n’est pas susceptible d’affecter la validité de la Résolution puisque l’attribution au Consortium Mégastructural, une entité qui n’a encouru aucun motif de rejet, s’est pleinement conformée aux exigences du Document d’Appel d’Offres, et dont l’offre a été sélectionnée parce qu’elle était la le plus favorable tant à l’entité qu’à l’intérêt public, selon les principes de transparence, d’égalité, d’impartialité, de bonne foi, d’économie et de responsabilité» lit-on dans le document.

Et ils ajoutent : “Selon cette entente, ajoutée au principe de libre concurrence, une fois le marché attribué à un proposant répondant à ces exigences et ayant présenté l’offre la plus avantageuse pour l’entité et l’intérêt général, aucune cause valable de révocation directe n’est observée.».

Que va faire Aérocivil ?

Pour le consortium et Il ressort de leurs avocats qu’ils n’ont violé aucune des causes justifiant la révocation de l’appel d’offres public n° 23001184 H4 de 2023.

EL TIEMPO a contacté Aerocivil pour établir la manière dont ils procéderont. Mais ils ont déclaré qu’ils n’évoqueraient le problème qu’avec le procureur général délégué en premier lieu à la surveillance préventive, Marcio Melgosa, qui est celui qui les a avertis que l’attribution du contrat était ouvertement irrégulière.

UNITÉ D’ENQUÊTE

[email protected]

@UinvestigativaET

Suivez-nous maintenant sur Facebook

-