les députés se préparent pour le débat final au Congrès

-

La Chambre des Députés prépare le dernier débat de la Bases du droit après approbation au Sénat. Le parti au pouvoir cherche à se réunir jeudi prochain, le 27 juin. Le parti au pouvoir et l’opposition poursuivront les négociations avant une semaine clé pour l’approbation du projet présenté par le pouvoir exécutif du Javier Milei.

Les législateurs de la chambre basse ont trois options: approuver le projet tel qu’il a été modifié au Sénat, voter sur chacune des modifications ou débattre à nouveau de l’initiative originale qui a été discutée aux députés.

Les députés se positionnent en amont de la loi Bases

Dans ce cadre, les députés commencent à se positionner pour le débat qui aura lieu à la chambre parlementaire. Il premier vice-président du Parti Justicialista de Santa Fe et député national, Eduardo Toniollia principalement critiqué le gouverneur de Santa Fe, Maximiliano Pullaro : “Il est clair que Pullaro est aligné sur Milei, ses législateurs ont voté pour la Loi Base.”

Dans le même ordre d’idées, Toniolli a ajouté qu’« il y a tout un geste etn le gouvernement Pullaro qui tente de rejoindre la politique de Milei“. De la même manière, il a critiqué l’acte de Milei à Rosario : “Ils ont monté un acte partisan pour Milei à Rosario, qui a toujours beaucoup souffert des cycles nationaux, en particulier des processus descendants comme celui-ci.”

Eduardo Toniolli

Eduardo Toniolli s’est prononcé contre la loi Bases.

Oscar Zago, ancien chef de bloc de La Libertad Avanza (LLA), a révélé les détails du traitement en commissions et ce qui est attendu pour la semaine prochaine. “Au cours de la réunion d’hier, différents sujets ont été discutés, les dates possibles, les heures, essentiellement la procédure de la semaine prochaine au sein de la commission et de la session”, a-t-il déclaré.

Et il a ajouté : « L’idée est que la semaine prochaine, commencez à travailler à la commission et ce qui est normal pour le travail de ces commissions, dans la mesure du possible.

Pour Zago, « le climat est optimiste pour continuer à travailler et à insister sur certaines questions que le Sénat a réforméesmais le gouvernement devra évaluer ce sur quoi nous pouvons insister et ce sur quoi nous ne pouvons pas insister. »

Oscar Zago Députés

Óscar Zago attendait avec impatience de discuter de certaines des modifications apportées par le Sénat.

Óscar Zago attendait avec impatience de discuter de certaines des modifications apportées par le Sénat.

Photo : Ignacio Petunchi.

La Caroline Gaillard, députée de l’Union pour la Patrie, a réitéré son rejet de la loi et l’a définie comme “un piège pour nous divertir pendant que la DNU est en vigueur”. “Le piège de la loi Bases est de se divertir avec autre chose alors qu’est en vigueur la DNU 70, qui établit l’urgence jusqu’en 2025 et instaure l’urgence des retraites, entre autres”, a-t-il expliqué.

Les chemins que peut suivre la loi des Bases chez les Députés

Dans ce cadre, le traitement final de la loi de Base peut conduire à quatre résultats :

  • Approbation complète : le scénario le plus simple: tous les changements apportés à la chambre haute sont acceptés à la majorité simple (la moitié plus un législateur). Ensuite, le président Javier Milei doit approuver et promulguer la loi pour qu’elle entre en vigueur.
  • Approbation partielle : les députés ont le pouvoir de approuver partiellement les modifications. Autrement dit, dans ce cas, vous devez voter sur chacune des particularités retouchées par les sénateursqui a restructuré la loi tant dans le débat en commission que dans la discussion parlementaire.
  • Rejet et retour au texte original : l’article 81 indique également que « la Chambre d’origine peut, à la majorité absolue des personnes présentes, approuver le projet avec les ajouts ou corrections introduits ». ou insister sur le libellé originalà moins que les ajouts ou corrections n’aient été effectués par le réviseur à la majorité des deux tiers des personnes présentes.”
  • Veto : une fois le projet de loi approuvé avec des modifications totales ou partielles ou avec le retour du texte original, le Président aura deux options : le veto, pouvoir qui lui appartient en tant que chef de l’État, ou encore la promulgation de la loi.

-