L’EPS Cajacopi demandera sa retraite volontaire partielle à la Surintendance de la Santé : ce sont les raisons

L’EPS Cajacopi demandera sa retraite volontaire partielle à la Surintendance de la Santé : ce sont les raisons
L’EPS Cajacopi demandera sa retraite volontaire partielle à la Surintendance de la Santé : ce sont les raisons
-

L’EPS Cajacopi demandera son retrait volontaire partiel auprès de la Surintendance Nationale de la Santé dans les 91 communes du pays dans lesquels elle est présente.

Selon l’entité de promotion de la santé, « cette décision est basée sur l’évaluation des capacités et des ressources, et cherche à concentrer nos opérations dans les domaines où nous avons une plus grande capacité de réponse et garantir plus d’attention

efficace et opportun.”

Cajacopi EPS compte 7.365 membres, “ce qui représente le 0,5 pour cent de notre population totale assurée et avec cette mesure nous cherchons à optimiser le

processus et attention à cette population ».

Dans un communiqué, Cajacopi affirme qu’avec cette décision, cela sera réalisé « se réorganiser » et ainsi offrir « les meilleurs soins possibles ».

Cette décision, qui s’ajoute à celles de Compensar, Sura et Salud Bolívar EPS, doit être étudiée par Supersalud et ce sera cette entité qui se chargera de l’accepter ou de la rejeter.

“En cas de réponse positive de la Surintendance Nationale de la Santé, le les affiliés résidant dans les communes détaillées ci-dessous seront transférés vers d’autres EPS présents sur ces territoires“dit le communiqué de Cajacopi.

“Ce transfert se fera de manière organisée dans le but de minimiser tout inconvénient pour nos adhérents”, ajoute l’EPS.

Pendant que Supersalud étudie la demande, Cajacopi assure qu’elle continuera à fournir ses services dans les territoires où elle est présente.

L’EPS Cajacopi offre ses services à Atlántico, Bolívar, Boyacá, Cesar, Córdoba, Magdalena, Meta, Sucre et Vichada.

ÉDITORIAL SANTÉ

-