À Santander, 91 personnes handicapées demandent leur pension anticipée

À Santander, 91 personnes handicapées demandent leur pension anticipée
À Santander, 91 personnes handicapées demandent leur pension anticipée
-

Il y a quelques jours, les Bumangues ont été témoins de la scène dramatique d’un homme qui s’est enchaîné à la porte d’entrée d’une caisse de retraite. Il s’agit de Germán Ramiro Guerrero Acosta, devenu paraplégique à la suite d’un malheureux accident et qui demande depuis des années que sa caisse autorise sa pension anticipée.

Après ses problèmes de santé et compte tenu du fait qu’il a dû quitter son emploi dans une entreprise de messagerie, car il ne pouvait plus conduire, il insiste pour qu’on accélère son processus de retraite.

Votre cas n’est pas le seul. À Santander, il y a actuellement 91 demandes similaires à celles soulevées par Guerrero Acosta.

Il s’agit de pensions spéciales, dont le but est de protéger le droit à la sécurité sociale des affiliés qui ne disposent pas des conditions minimales de pension pour la reconnaissance et le paiement de la pension de vieillesse.

Cette demande peut être faite par ceux qui ne sont pas en mesure d’exercer leur travail en raison d’une maladie ou d’un accident d’origine commune ou professionnelle, pour laquelle ils ont droit à l’allocation qui couvre le manque de revenus.

Selon l’avocat José Arnulfo Manrique Montaño, « en Colombie, la législation définit les actions positives en établissant au moins dix types de pensions spéciales pour personnes handicapées : la pension d’invalidité, la pension d’invalidité des jeunes, la pension d’invalidité pour personnes handicapées. , la pension de vieillesse avec réduction d’âge pour cause d’invalidité, la pension de parents avec enfants handicapés, la pension subventionnée, la pension de substitution, la pension de survivants, la pension familiale de la loi 1580 ; Il convient même de mentionner la pension des victimes handicapées, conséquence du conflit armé.»

L’expert a souligné que, dans le cas de Germán Ramiro Guerrero Acosta, il faut rappeler que « les personnes handicapées ont trois conditions pour bénéficier d’une pension de vieillesse : la première est d’avoir une invalidité de 50 % ou plus selon la commission de qualification du handicap. La seconde est qu’ils atteignent l’âge de 55 ans, réduisant ainsi l’âge de la retraite pour les hommes et les femmes de sept et cinq ans respectivement. La troisième condition est qu’ils aient cotisé de manière continue ou discontinue pendant mille semaines ou plus au régime de sécurité sociale établi par la loi 100 de 1993, qui réduit l’obligation de cotiser de 300 semaines.

-