De Caviahue à Copahue, la ville thermale enneigée de Patagonie, une excursion cinéma avec liste d’attente

-

Un autre monde se profile seul À 360 kilomètres et à environ quatre heures et demie en voiture de la capitale Neuquén le long de routes pavées vers la frontière avec le Chili. Son nom est Caviahue – Copahue et propose une excursion unique, celle qui mène du village de montagne à la ville qui futsous la neige pendant les mois les plus froidsoù cet hiver vous pourrez vous offrir un Bain thermal et profiter de un Ragoût de carême au refuge El montañés ou de los chèvres légendaires sur le grill de Nito entre des murs blancs figés selon la manière dont le vent dispose les barreaux tandis que les flocons blancs tombent. Ce paradis de Patagonie est si étonnant qu’il concourt dans l’édition 2024 du Meilleur Village Touristique pour être la plus belle ville du monde.

Le traileur ouvre la voie à l’excursion, avec les touristes dans le corps adapté. Des camions à chenilles et des motoneiges suivent. Photos: Florencia Salto

Il peut être difficile pour vous d’y arriver s’il neige beaucoup et que vous devez attendre que la caravane soit assemblée avec les ouvriers routiers et les machines devant ouvrant le chemin, il se peut que la même chose vous arrive lorsque vous pars, mais même si cela arrive, tu ne le seras pas. Tu vas le regretter, car tu vas atteindre un trésor du sud où les jours passent au pied d’un volcan actif, parmi d’anciennes araucarias, face à un lac bleu qui alimente le ruisseau qui prend sa source dans les entrailles du volcan. Avec un circuit de cascadesavec un pont de pierre, avec les muletiers qui passent avec leurs chèvres et leurs moutons, avec les voisins qui doivent parfois pelleter pour sortir la voiture ou pour sortir de chez eux et aller travailler.

Le détachement de Gendarmerie. Derrière, la construction abandonnée où l’armée mène des campagnes pré-antarctiques pour que ceux qui voyagent vers le continent blanc s’habituent aux conditions extrêmes.

Les troupes de l’armée s’acclimatent dans des igloos sur des lagons gelés aux conditions extrêmes qu’elles rencontreront plus tard en Antarctique. Avec près d’un millier d’habitants à Caviahue. Et avec un seul civil à Copahue : Nico, qui travaille pendant la saison thermale en été et reste en hiver, parce qu’il aime tellement ça. Et trois gendarmes qui tournent tous les 15 jours. Et au milieu de tout ça, une excursion avec liste d’attente.


En route pour Copahue

Le camion à chenilles se dirige vers Copahue. En arrière-plan, l’imposant volcan Copahue.

Pour l’excursion de Caviahue à Copahue, au moins trois conditions doivent être réunies : Le vent ne doit pas être celui de la furieuse Patagonie, le froid ne doit pas être extrême, les chutes de neige ne doivent pas être intenses.

Dimanche dernier, la fête des pères, a été présentée comme la meilleure de la semaine, tout s’est passé, y compris le soleil de fin d’automne qui a illuminé la fumerolle au-dessus du volcan.

Ainsi, Adrián Sepúlveda, lorsqu’il a observé ce panorama samedi, a dit à ses filles que le lendemain il fêterait cela en travaillant dans le plus bel endroit et les filles ont accepté avec joie : elles savaient que cela signifiait sortir dans le camion équipé de chenilles. qui a remplacé les pneus et est monté à bord pour passer un dimanche à skis, en motoneige, face aux lagunes thermales qui, en raison de leur température, ne permettent pas à la neige de s’accumuler et avec la possibilité de manger quelque chose de délicieux au refuge El Montañés que possède Père Je l’ai loué pendant trois hivers pour servir de base d’opérations pour me déplacer dans ce désert blanc.


Motos, chenilles et dameuses de piste

Derrière une excursion comme celle-ci, il y a tout un mouvement qui pour Adrián ce dimanche a commencé à 7 heures du matin, la nuit encore fermée, pour prendre d’abord le cuisinier, les serveurs et les provisions avec le plan qu’ils auraient tout prêt y compris les frites. les gâteaux et le pain fait maison, quand il est arrivé à midi cavec les 24 touristes confirmés.

Depuis qu’il a cessé d’être moniteur de ski au Cerro Caviahue et a décidé de créer sa propre entreprise, il a décidé de louer cet abri d’hiver solitaire avec vue sur les lagunes thermales et d’équiper le camion de chenilles pour pouvoir se déplacer librement parmi les tonnes de neige. Il a cherché où jusqu’à ce qu’il trouve ce dont il avait besoin à l’usine Bustinza de Santa Fe, qui les a conçus sur mesure. Prendre ces risques était audacieux et la récompense est que désormais l’excursion qu’il propose a une liste d’attente.

Cette fois, il y avait un grand groupe de Vénézuéliensune famille de Buenos Aires, des touristes de Cordoue, vAryens de Patagonie, majoritairement originaires de la Haute Vallée et un professeur de Loncopué. Ils ont tous dû être récupérés aux hébergements de Caviahue, ce qui s’est produit vers 11 heures du matin.

Déjà à Copahue. Pendant que Fede, commandant le sentier, ouvre la voie à la suite, les touristes se dirigent vers le refuge El montañés.

Avec ce nombre de passagers, il rejoint l’aventure Fede avec la machine à bande de roulement pour ouvrir la voie avec la pelle, niveler les plans inclinés et embarquer près de la moitié des touristes dans le corps adapté, tandis que le reste était distribué dans les camions à chenilles et les motoneiges. Fernando ferait également partie de la fête, qui donnerait des cours de ski de fond à ceux qui avaient embauché cette expérience. Ainsi, avec davantage de véhicules d’autres prestataires à activer en cas d’urgence, sortir dans la neige est plus sûr.


Du ski à la randonnée

Les autres activités prévues : la balade dans le village thermal enneigé, raquettes, luge, motoneige jusqu’au volcan Copahue, jusqu’au point de repère frontalier et le plaisir de parcourir la neige vierge, de déjeuner ou de prendre une collation au refuge El montañés.

Le groupe de motoneigistes se prépare à partir. Derrière, les lagunes thermales de Copahue et ses vapeurs.

Avec tout le monde à bord, le groupe le plus aventureux est parti à Copahue pour faire 18 kilomètres en suivant le tracé de la route provinciale 26. Bien qu’elle soit recouverte de neige, elle nous a permis de reconnaître des références, comme la partie des panneaux routiers qui n’étaient pas sous la couverture blanche. Avancer sur ce territoire vierge avec le volcan et sa fumerolle qui apparaissaient et disparaissaient au fur et à mesure des courbes et des lignes droites était un spectacle inoubliable, mais le meilleur était encore à venir.


poste frontière

Avant, il y avait une escale à la hauteur de cette merveille pour contempler d’un point élevé le détachement de Gendarmerie où Adrián a laissé les provisions qu’il avait promis d’atteindre et l’ancien complexe de la Clinique Militaire, où le personnel de l’Armée mène la campagne pré-antarctique en dessous de zéro. et Fernando leur raconta les détails de l’histoire. De là, il y avait quatre kilomètres jusqu’à Copahue.

Les dispositions pour la Gendarmerie.


lagons gelés

A la reprise de la marche, tout le monde était étonné en passant par là les lagons Les jumeaux, qui étaient gelés. Mais l’étonnement fut encore plus grand lorsqu’après un virage à gauche, Copahue apparut à droite, une image surnaturelle : parmi la neige, certains toits émergeaient, certaines cabanes semblaient presque complètes et d’autres étaient presque couvertes.

Copahue, la ville thermale recouverte de neige,

Dans ce panorama difficile à croire, la vapeur des lagons, l’odeur du soufre, le volcan en arrière-plan, les pentes voisines peintes en blanctout ressemblait à un décor de cinéma.

Arrivée à Copahue, comme dans un rêve.

« Ils n’arrivaient pas à croire ce qu’ils voyaient », se souvient Adrián. Après être descendus des véhicules, nous nous sommes dégourdis les jambes, avons apprécié d’être là à un rythme tranquille, parcouru Copahue à pied, tenté notre chance avec le culipatín en riant.

Traversez Copahue, entre les toits des maisons.

L’escale pour le déjeuner au refuge El montañés.

À ce moment-là, Nico, le guide Baqueano et le seul résident civil de Copahue, les avait déjà rejoints. Flopy, le chien qu’il a adopté en début d’année, l’accompagnait partout. Après avoir savouré un déjeuner, un plat montagnard idéal comme le ragoût de lentilles, chaque visiteur s’est plongé dans l’activité de son choix.

Balades en raquettes à quelques mètres des lagons dans le complexe thermal sous le manteau blanc.

Trempez vos pieds dans les lagunes thermales de Copahue. Le secteur des thermes et du hammam sera bientôt opérationnel.
Soraya, une enseignante qui habite à Loncopué, dans la Laguna del Chancho à Copahue.

Douze personnes ont choisi de marcher en raquettes et de faire du ski de fond et douze autres ont choisi d’explorer ce paradis en motoneige, ce qui leur permet d’atteindre des zones inaccessibles aux gros véhicules.

A la borne frontière.

La vue sur le volcan Copahue. La motoneige approche de ce point

Tous deux ont vécu l’éblouissante expérience d’entrer dans le Cordillère des Andes pour vivre l’expérience impressionnante d’avancer sur des planches dans la neige vierge ou d’avancer à moto vers le volcan Copahue et la borne frontière. Ce groupe est également passé devant un puits géothermique utilisé de 2000 à 2002 pour chauffer les rues, une idée qui a ensuite été abandonnée et le puits a été scellé.

La vue de Copahue au retour de l’excursion en motoneige à l’endroit opposé au départ. On peut voir la vapeur des lagons et des bâtiments sous la neige ou les toits qui émergent dans le manteau blanc selon la façon dont le vent ajuste les barres tandis que les flocons blancs tombent.

Retour à Caviahue au coucher du soleil. Photos: Florencia Salto

Après le goûter et le récit détaillé de chaque expérience, qui comprenait pour Soraya, l’enseignante de Loncopué, l’entrée dans la lagune thermale, le groupe a été divisé dans les mêmes véhicules dans lesquels ils étaient arrivés. S’il manquait un détail, les couleurs du coucher de soleil leur ont offert la dernière carte postale d’une journée inoubliable.


Combien coûte l’excursion

. L’expérience Copahue dure environ cinq heures et vaut 100 000 $ par personne. Si cela comprend une balade en motoneige jusqu’à la face nord et le jalon frontalier, 150 mille dollars. Enfants de moins de 12 ans, 15% de réduction. Enfants de moins de 6 ans, gratuit. Déjeuner et collation en supplément. Plat du jour plus boisson, 10 000 pesos. Steak de chorizo, 16 000 pesos. Café et chocolat pour une collation, gracieuseté du refuge. Les raquettes et les traîneaux doivent être loués à Caviahue. Il y a une liste d’attente pour faire cette excursion.

Plus d’infos : @caviahue_aventura

-