La récession est plus forte : même si le coût du fret international a diminué, les importations argentines continuent de baisser

La récession est plus forte : même si le coût du fret international a diminué, les importations argentines continuent de baisser
La récession est plus forte : même si le coût du fret international a diminué, les importations argentines continuent de baisser
-

La Chine, l’AEUMC (qui comprend les États-Unis, le Canada et le Mexique), l’Union européenne et le Mercosur représentaient 76,9 % du fret total.

Les prix du fret international ont chuté de 0,8 % sur un an en mai, réduisant le coût des importations. Cependant, l’Argentine ne peut pas augmenter ses achats à l’étranger en raison de la récession économique.

Selon le dernier rapport de l’Indec de la Bourse Commerciale Argentine (ICA), les achats à l’étranger ont enregistré en mai une baisse de 32,8% par rapport au même mois de l’année précédente. En outre, en termes désaisonnalisés, une réduction de 4,3% a été observée, tandis que la tendance-cycle a diminué de 2,6% par rapport à avril. Au cours des cinq premiers mois de l’année, les importations ont chuté de 26 pour cent.

De leur côté, les exportations ont augmenté de 21,7% sur un an et de 30,6% sur un mois, tirées par les secteurs agricole et énergétique.

Ainsi, un excédent commercial de 2 656 millions de dollars a été réalisé en mai. Depuis le début de l’année, le solde est positif de 8 812 millions de dollars.

Parallèlement, la valeur unitaire du fret international était de 80,2 USD par tonne, soit 0,8% de moins que celle de la même période en 2023 (80,8 USD par tonne) et 29% de moins que celle de mai 2022 (113 USD par tonne). .

Le fret originaire du Mercosur a connu une augmentation de sa valeur unitaire de 4,2% sur un an, de 3,5% pour la Chine et de 11,3% pour ceux en provenance des États-Unis, du Mexique et du Canada (UMSCA). En revanche, la valeur du fret en provenance de l’Union européenne a chuté de 40,5 pour cent.

Dynamique des coûts de fret international dans les importations (Indec)

La baisse mensuelle de la valeur du fret est également notable puisqu’en avril, la moyenne était de 87 USD la tonne.

En perspective, la période 2020-2022 a été traversée par deux événements à impact mondial tels que la pandémie de COVID-19 et le conflit russo-ukrainien qui ont affecté les chaînes d’approvisionnement mondiales, augmentant les tarifs de transport international et les prix des matières premières. Par exemple, en janvier 2020, la valeur unitaire du fret international était en moyenne de 69,5 USD par tonne et en novembre 2022 (dernier pic), elle a atteint 169,5 USD.

Cependant, depuis lors, les prix ont entamé une nette tendance à la baisse malgré quelques fluctuations. Esteban Maitoancien coordinateur de la recherche sectorielle au Centre d’études de production (CEP XXI), a assuré que les diminutions sont dues à une correction desdits pics et à un retour aux valeurs d’avant la pandémie.

Selon Miguel PonceSelon le spécialiste du commerce extérieur, la baisse des valeurs depuis janvier, où la valeur atteignait 112 dollars la tonne, est principalement due à la baisse du prix du pétrole et à un refroidissement de l’économie mondiale, et en particulier de l’économie chinoise. Il faut tenir compte du fait que le géant asiatique est le principal importateur mondial. Cela se traduit par une baisse de la demande de marchandises, a-t-il expliqué.

Concernant l’impact qu’une baisse des prix de transport a sur les importations argentines, Ponce a déclaré : « La diminution des coûts de fret devrait entraîner une augmentation des quantités transportées car d’une certaine manière, elle améliore la compétitivité, mais ce qui se passe est beaucoup plus important au niveau interne. demande, avec le processus de dépression économique que nous vivons.

La mondialisation est devenue le principal ennemi du populisme sur toute la planète (IStock)

Il a également soutenu qu’à ce processus s’ajoute le retard dans le paiement des importations qui atteint 18 milliards de dollars. « Cela signifie que pour la première fois depuis des décennies, nous avons un excédent commercial avec la Chine, ce qui est scandaleux. Nous avons toujours importé plus que nous n’avons exporté vers la Chine. C’est un surplus non vertueux.

Il convient de souligner sur ce point que le commerce bilatéral avec le géant asiatique a été déficitaire pour l’Argentine au cours des 16 dernières années, laissant un déficit de 85 048 millions de dollars.

En mai, la situation s’est inversée et le pays a enregistré un solde positif de 204 millions de dollars, suite à une baisse des importations de 38,4% sur un an (-477 millions de dollars) et une augmentation de 37,7% des exportations (266 millions de dollars). ).

La baisse des importations s’explique par une baisse des achats de pièces et accessoires pour biens d’équipement (-157 millions de dollars) et de biens d’équipement (-116 millions de dollars). Dans le même temps, l’augmentation des ventes répond à une augmentation de 110,2% sur un an des expéditions de soja, exclues pour l’ensemencement.

-