Breaking news

“Femmes de foi”, une démonstration d’amour pour Cuba de la part de Palomas

-

La Havane.-(ACN) Femmes de foi… signes de loyauté est le nouveau documentaire de la Maison de production audiovisuelle Projet Palomas pour l’activisme social, dont la première aura lieu au mois d’août au cinéma Yara de cette capitale.
Lizette Vila, directrice de Palomas et de la pièce aux côtés de Sergio Cabrera et Ingrid León, a déclaré dans des déclarations exclusives à l’Agence de presse cubaine qu’il s’agit de 10 histoires de femmes de la plus grande des Antilles, pratiquantes de différentes expressions religieuses et de leur sens de la civilité. d’accompagner la Patrie.

Il s’agit d’un projet issu de la coopération entre l’ambassade du Royaume des Pays-Bas, l’Institut cubain d’art et d’industrie cinématographique (Icaic) et Palomas, a déclaré le directeur.

Ce qui se passe dans le monde et précisément dans notre région, c’est que toutes les femmes qui demandent et prient pour leur famille et pour leur propre vie se trouvent souvent en situation de risque, de dépossession, de défavorisation ou d’extrême pauvreté, a-t-il souligné. Villa.

Je pense que ce documentaire nous permet de découvrir tant de personnes dans la population féminine réduite au silence, puisqu’elles ne sont quasiment pas présentes dans les médias, a-t-elle ajouté.

Selon les propos du leader de Palomas, lorsque des thèmes religieux sont abordés à Cuba, ce sont surtout les hommes qui jouent le rôle principal dans ces histoires en ce qui concerne la diversité des croyances.

Avec l’audiovisuel, nous voulons rembourser une dette sociale et continuer à contribuer au Programme national pour la promotion de la femme (PAM), au Code de la famille mais, surtout, à la spiritualité des Cubains, a-t-il déclaré.

Nous disons toujours que Cuba est une femme et que plusieurs religions s’entrelacent en elle pour demander le bien-être et la prospérité de nous tous sur cette île, a-t-il déclaré.

Parmi les expressions religieuses qui apparaissent dans Femmes de Foi figurent les expressions catholique, évangélique, santeria, spiritualisme, bouddhisme, orthodoxe grecque, russe et juive, l’islam et les Filles d’Acacia – qui est la partie féminine de la franc-maçonnerie – qui est une gamme qu’un Une bonne partie de la population ne le sait même pas, a expliqué Vila.

Le directeur a reconnu que cette exposition n’est qu’une représentation du large spectre des pratiques religieuses qui existent à Cuba, où la majorité des fidèles sont des femmes.

Le documentaire de 24 minutes a un scénario de la chercheuse Teresa Díaz Canals et une narration du présentateur Marino Luzardo et de l’actrice Liliana Lam. Pendant le tournage et la post-production, nous arrivons à une conclusion : il existe une théologie du quotidien et c’est ce que nous, les femmes. entreprendre lorsque nous prions le dieu, l’image ou toute autre figure spirituelle à laquelle nous demandons de nous protéger, a-t-elle exprimé.

Il a souligné que Mujeres de fé parle de ce que ces femmes cubaines souhaitent pour leur pays à travers leurs demandes et leurs prières, c’est pourquoi cela ne se termine pas autrement qu’avec La Bayamesa, de Carlos Manuel de Céspedes, Francisco Castillo et José Fornaris. .

C’est une façon de nous faire sentir qu’ils nous accompagnent tous dans les moments de douleur et aussi dans ceux de réparation, c’est pourquoi ils dialoguent depuis leur position de leaders dans les espaces publics et privés, a déclaré Vila.

Avec Mujeres de fé… signes de fidélité, le projet honorera Icaic pour son 65e anniversaire, a-t-il souligné.

Il a annoncé que Palomas est actuellement plongée dans une nouvelle production intitulée Peignons l’économie cubaine en violet pour que personne ne soit laissé de côté, qui est également une contribution au PAM et vénère la contribution du féminisme à la justice de genre, environnementale et sociale.

La Maison de production audiovisuelle pour l’activisme social du Projet Palomas, fondée il y a 22 ans, a pour essence la protection intégrale des droits de l’homme.

C’est pour ces raisons qu’il a récemment reçu le V Prix ibéro-américain d’éducation aux droits de l’homme « Óscar Arnulfo Romero », décerné par l’Organisation des États ibéro-américains pour l’éducation, la science et la culture.

-