Les résidents cubains au Panama demandent à être retirés de la liste terroriste américaine

Les résidents cubains au Panama demandent à être retirés de la liste terroriste américaine
Les résidents cubains au Panama demandent à être retirés de la liste terroriste américaine
-

Dans un discours qui circule sur les réseaux sociaux, le groupe condamne cette action comme étant injuste, infondée et dépourvue de toute légitimité, en plus d’ignorer non seulement le bilan de Cuba dans la lutte contre le terrorisme, mais aussi de tenter de justifier des politiques coercitives qui affectent gravement son population.

«Cuba a constamment démontré son engagement en faveur de la paix et de la coopération internationale. Au fil des années, elle a offert une assistance médicale, un soutien éducatif et une collaboration dans divers domaines à plusieurs pays du monde, promouvant toujours la solidarité et l’amitié entre les peuples”, indique le texte.

De l’avis de l’Amcrp, l’inclusion de la nation caribéenne dans cette fausse liste est une mesure politique qui cherche à justifier le maintien du criminel blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis depuis plus de six décennies.

Le document ajoute que le siège, constamment condamné par l’Assemblée générale des Nations Unies, constitue une violation flagrante des droits humains des Cubains et un obstacle au développement économique et social de la plus grande des Antilles.

Dans ce sens, le groupe a exhorté la communauté internationale, les gouvernements, les organisations et les personnes de bonne volonté à garder leurs voix unies contre la politique hostile de Washington, dont le but est essentiel pour permettre à Cuba de développer pleinement son potentiel et d’améliorer les conditions de vie. vie de sa population.

Le 27 mai, dans une lettre adressée à la ministre des Affaires étrangères du Panama, Janaina Tewaney, l’Amcrp a respectueusement demandé à l’Exécutif d’informer la Maison Blanche de retirer l’île de la liste unilatérale des pays soutenant le terrorisme, mais sans aucune réponse.

À la fin du mois dernier, le Département d’État a confirmé l’élimination de Cuba de la liste qui comprend des pays qui, selon les États-Unis, « ne coopèrent pas pleinement » dans la lutte contre le terrorisme.

Cependant, tant la communauté internationale que le gouvernement cubain considèrent que cette disposition est insuffisante, ce qui n’équivaut pas à l’élimination de la liste des pays qui parrainent le terrorisme, avec de sérieuses limitations aux échanges économiques et commerciaux du pays des Caraïbes.

Cuba a été inscrite pour la première fois sur la liste des sponsors du terrorisme du Département d’État sous l’administration du président Ronald Reagan en 1982.

En 2015, le président de l’époque, Barack Obama, a estimé que cette désignation n’avait aucun mérite dans le cas de l’île et l’a retirée.

Quatre ans plus tard, Donald Trump a réintégré la nation peu avant la fin de son mandat, ce que maintient son successeur démocrate, Joe Biden, malgré l’exigence qu’il rectifie cette position dans sa politique envers la nation caribéenne.

mem/ga

-