Julian Assange a été libéré : il a donné raison à la justice et a plaidé coupable d’espionnage aux États-Unis

Julian Assange a été libéré : il a donné raison à la justice et a plaidé coupable d’espionnage aux États-Unis
Julian Assange a été libéré : il a donné raison à la justice et a plaidé coupable d’espionnage aux États-Unis
-

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été libéré après avoir conclu un accord avec la justice américaine et plaidé coupable de violation de la loi américaine sur l’espionnage. De cette façon, vous pourrez rentrer chez vous en Australie.

Les procureurs américains ont déclaré dans des documents judiciaires qu’Assange, 52 ans, avait accepté de plaider coupable à une seule accusation pénale de complot en vue d’obtenir et de divulguer des informations classifiées sur la défense nationale américaine, déposée devant le tribunal de district américain des îles Mariannes du Nord.

Assange devrait être condamné lors d’une audience sur l’île de Saipan ce mercredi matin. Il est probable qu’il sera crédité du temps qu’il a déjà purgé et qu’il ne se verra pas infliger de nouvelles peines de prison.

Depuis le compte officiel WikiLeaks X, ils ont confirmé la nouvelle à travers un message détaillé. “Julian Assange est libre. Il a quitté la prison à sécurité maximale de Belmarsh le matin du 24 juin, après y avoir passé 1 901 jours. Il a été libéré sous caution par la Haute Cour de Londres et a été libéré à l’aéroport de Stansted dans l’après-midi, où il est monté à bord d’un avion et a quitté le Royaume-Uni”a commencé la déclaration.

À leur tour, ils ont souligné qu’il s’agit du « résultat d’une campagne mondiale qui a rassemblé des organisateurs locaux, des défenseurs de la liberté de la presse, des législateurs et des dirigeants de tout le spectre politique, jusqu’aux Nations Unies ».

Tout en précisant que l’accord avec le ministère américain de la Justice “n’était pas formellement conclu”, ils ont célébré qu'”il retrouvera bientôt son épouse Stella Assange et ses enfants, qui n’ont connu leur père que derrière les barreaux”.

“Alors que nous retournons en Australie, nous remercions tous ceux qui nous ont soutenus, se sont battus pour nous et sont restés pleinement engagés dans la lutte pour leur liberté”, conclut le communiqué.

-