Le Chili prolonge pour la troisième fois l’extradition d’Alberto Fujimori – DW – 25/06/2024

Le Chili prolonge pour la troisième fois l’extradition d’Alberto Fujimori – DW – 25/06/2024
Le Chili prolonge pour la troisième fois l’extradition d’Alberto Fujimori – DW – 25/06/2024
-

La Cour suprême du Chili a encore élargi ce lundi (24/06/2024) les crimes pour lesquels l’ancien président Alberto Fujimori (1990-2000) a été extradé vers le Pérou en septembre 2007, avec cinq cas liés à de graves violations des droits de l’homme, parmi lesquels stérilisations forcées, commises sous son gouvernement.

Dans la résolution, le ministre chargé de l’enquête, Andrea Muñoz Sánchez, a considéré que – dans les cinq cas acceptés – les conditions sont remplies pour accéder à l’extension des accusations pour lesquelles l’extradition est demandée, contenues tant dans le traité signé en la matière entre le Chili et Pérou comme dans les conventions internationales de Belém do Parála CEDAW et la Statut de Romeentre autres.

Le juge a estimé qu'”il existe au moins des présomptions fondées ou des indications raisonnables” selon lesquelles l’ancien président a promu “une politique agressive de planning familial” pour appliquer “de manière préférentielle et massive un système de contraception chirurgicale” aux femmes issues des couches socio-économiques faibles, rurales. ou des zones urbaines marginales et des peuples autochtones, « en imposant des objectifs, des quotas de recrutement de patients, des incitations et des sanctions aux responsables de la santé ».

Selon Muñoz, cela se traduit par « des pratiques qui ignorent le consentement éclairé » de ceux qui ont été soumis à ces techniques, et par « un grand nombre de femmes qui ont perdu de façon permanente et involontaire leur capacité de reproduction. Beaucoup d’entre elles ont également subi d’autres blessures. à leur intégrité physique et mentale, pouvant même dans certains cas entraîner la mort », indique le jugement.

C’est au moins la troisième prolongation des crimes dans l’extradition de l’ancien président péruvien. La première a eu lieu en juin 2017 pour les délits d’homicide qualifié et d’association illicite pour le meurtre de six agriculteurs dans l’affaire dite Pativilça, également commis par le groupe Colina en 1992 ; tandis que le second a été accepté en janvier 2024 pour les délits de fourniture illégale d’armes à feu, de mensonge générique, de complot et autres.

En décembre 2023, Fujimori a quitté la prison où il purgeait 25 ans de prison pour crimes contre l’humanité après que la Cour constitutionnelle (TC) a rétabli la grâce qui lui avait été accordée en décembre 2017 par le président de l’époque, Pedro Pablo Kuczynski (2016-2018). .

aime (efe, le pays, tvpe)

-