Le gouvernement cubain annonce ses porte-étendards pour Paris 2024, où il y aura moins d’athlètes qu’à Tokyo 2020

Le gouvernement cubain annonce ses porte-étendards pour Paris 2024, où il y aura moins d’athlètes qu’à Tokyo 2020
Le gouvernement cubain annonce ses porte-étendards pour Paris 2024, où il y aura moins d’athlètes qu’à Tokyo 2020
-

Le gouvernement de Cuba a annoncé lundi les athlètes phares de la Jeux olympiques et les Jeux Paralympiques de Paris 2024, où il aura une délégation plus réduite que lors de l’édition Tokyo 2020.

Les multiples médaillés olympiques Mijaïn Lopez (lutte gréco-romaine) et Idalys Ortiz (le judo) seront ceux qui porteront le drapeau cubaina rapporté le directeur de la haute performance de l’Institut national des sports, de l’éducation physique et des loisirs, José Luis Miranda, selon le portail officiel Cubadébat.

Pour López, ce sera sa cinquième occasion consécutive en tant que porte-drapeau d’une délégation cubaine aux Jeux olympiques. L’homme de Pinar del Río, champion olympique de lutte gréco-romaine aux éditions de Pékin 2008, Londres 2012, Rio de Janeiro 2016 et Tokyo 2020, cherchera son cinquième titre dans les épreuves estivales de la capitale française. Il deviendrait ainsi le seul gladiateur de la planète à détenir cinq médailles d’or olympiques.

En ce moment López est le seul gladiateur masculin à avoir remporté quatre médailles d’or aux Jeux olympiques. Ce record avait déjà été établi par la freestyleuse japonaise Kaori Icho, qui a dominé consécutivement à Athènes-2004, Pékin-2008, Londres-2012 et Rio-2016.

L’homme de Pinar del Río sera le représentant de Cuba à Paris, même si le classement a été obtenu par Oscar Pino, en remportant une médaille de bronze aux Championnats du monde de lutte 2023 à Belgrade cette année-là. Mijaín López n’a participé à aucune compétition internationale et n’a fait la une des journaux qu’en octobre, lors des Jeux panaméricains de Santiago, au Chili, lorsqu’il a frappé un joueur cubain. qui a manifesté contre le régime de l’île.

Le gladiateur cubain devra relever un défi difficile, tenter d’être couronné pour la cinquième fois alors qu’il est sur le point d’avoir 42 ans.

La judoka Idalys Ortiz sera porte-drapeau pour la première fois dans ces jeux, dans laquelle il vise sa cinquième médaille dans les épreuves d’été. Après avoir remporté l’une des médailles de bronze à Pékin en 2008, il est monté sur la plus haute marche du podium à Londres. À Rio de Janeiro et à Tokyo, elle a été vice-championne olympique. La également originaire de Pinar del Río a remporté ses quatrième et cinquième titres panaméricains à Santiago du Chili 2023. Elle aura 35 ans en septembre.

Dans le cas des athlètes paralympiques, ceux chargés de porter le drapeau national seront la multi-championne Omara Durand et le champion de Tokyo 2020 Yankiel Sol.

Après la défaite de l’équipe masculine de volley-ball face à la Pologne ce dimanche, qui a mis fin à leur dernière chance d’accéder à Parisle nombre d’athlètes que comptera la délégation cubaine pour cette édition des Jeux olympiques sera compris entre 60 et 61, a déclaré Miranda Carrera.

“Un chiffre inférieur à celui de Tokyo (69), étant la quatrième plus petite délégation après le triomphe de la Révolution aux Jeux Olympiques”, a-t-il déclaré, cité par Cubadebate.

Atteindre ce chiffre dépendra de la performance de 15 athlètes qui pourront encore obtenir un quota olympique, avant le 30 juin, date de clôture de la phase de qualification.

Selon le directeur de l’INDER, les plus grandes possibilités se concentrent sur l’athlétisme ; plongée, avec une possibilité (le Tuti) ; natation (2) et confirmation judo avec quatre athlètes (deux hommes et deux femmes).

En mars, Miranda Carrera prédisait que La délégation cubaine restera parmi les 20 premiers pays au tableau des médailles olympiques et atteindra cinq titres. Cette prévision n’a pas satisfait Miguel Díaz-Canel, qui a proposé que la prévision soit mieux révisée “car les athlètes cubains peuvent la surmonter”.

-