Ricardo Lorenzetti a inauguré le forum « Défis actuels de la justice fédérale » organisé par l’OEA et l’AJUFE

Ricardo Lorenzetti a inauguré le forum « Défis actuels de la justice fédérale » organisé par l’OEA et l’AJUFE
Ricardo Lorenzetti a inauguré le forum « Défis actuels de la justice fédérale » organisé par l’OEA et l’AJUFE
-
Le juge de la Cour suprême de justice de la Nation, Ricardo Lorenzetti

Le juge de la Cour suprême de justice de la Nation, Ricardo Lorenzetti, participé à la première Forum international organisé par l’Organisation des États américains (OÉA) et l’Association des juges fédéraux de la République argentine (AIDE) sur les « Défis actuels de la justice fédérale », réalisé à la Faculté de droit de l’Université de Buenos Aires.

La réunion a eu lieu ce lundi 1er et mardi 2 juillet et a regroupé des juges de tout le pays. Parmi eux étaient présents Silvia grand-mèrevice-doyen de l’UBA ; Mariano Cúneo Libarona, Ministre de la Justice de la Nation ; Jean Michel ArrighiSecrétaire aux Affaires juridiques de l’OEA; Marcelo Duffy, président de l’AJUFE ; et Ariel Lijo, membre de l’AJUFE et candidat à la présidence du CSJN, qui était le coordinateur de l’activité.

Lorenzetti était chargé de donner au conférence inaugurale. Dans le cadre de son intervention, le juge et spécialiste des questions environnementales est intervenu sur « Le rôle du pouvoir judiciaire dans la crise environnementale » et a ensuite donné lieu au reste des présentations prévues pour l’événement. Cela comportait quatre panels chaque jour.

De gauche À droite : la présidente de la Cour d’appel de Rosario, Silvina María Andalaf ; le juge de la Chambre fédérale de cassation pénale, Mariano Borinsky ; le procureur fédéral et président de l’AFFFUN, Ricardo Toranzos ; et le juge du Tribunal fédéral de San Francisco (Córdoba), Pablo Montesi

Tout au long de la réunion, environ une centaine de juges, procureurs et fonctionnaires, qui ont partagé leurs expériences. En outre, des représentants des différentes juridictions du système judiciaire fédéral du pays (Contentieux administratif fédéral, Pénal économique, Civil et commercial fédéral, Pénal et correctionnel fédéral, Sécurité sociale) et des juridictions de la Ville autonome de Buenos Aires et des provinces étaient présents. de Santa Fe, Cordoue, Corrientes, Salta, Entre Ríos, Chubut, Misiones, Buenos Aires, Neuquén, Formosa, Chaco, La Pampa et Santa Cruz.

Le premier panel du Forum était modéré par le Dr Karina Perrelli, vice-présidente de l’AJUFE CABA. Dans cette présentation, le Secrétaire des Affaires juridiques de l’OEA, Dr. Arrighi, a parlé de « La justice dans le système interaméricain », tandis que la juge fédérale, Daniela Madeira Pereira, de la délégation du Conseil national de la justice du Brésil, a discuté de «Les innovations technologiques et leurs implications pour l’administration de la justice et la coopération régionale et internationale.

Juge fédéral Ariel Lijo

La seconde était intitulée « Récupération et gestion d’actifs : cas de corruption, de traite des êtres humains et d’actifs cryptographiques » et a été présentée par la procureure fédérale Alejandra Mangano, qui a parlé de « Réparation pour les victimes de la traite des êtres humains ». L’outil du fonds fiduciaire. Elle a été suivie par le juge fédéral Santiago Inchausti, qui a parlé de « confiscation des crypto-monnaies », tandis que le juge fédéral Sebastián Casanello a parlé de « gestion des actifs récupérés ». Dans le cadre du même segment, la juge fédérale Sabrina Namer a parlé de « La récupération des avoirs dans les affaires de corruption. Entre dommage et réparation de l’administration publique”, animé, comme ses collègues, par María Sol Cinosi, conseillère au Secrétariat des affaires juridiques de l’OEA.

Le troisième panel, intitulé “L’action de l’État et le contrôle des juges”, comprenait les juges de la Juridiction fédérale du contentieux administratif, le Dr Guillermo Teact – dont la présentation a traité des défis des processus judiciaires collectifs -, le Dr Rodolfo Facio – qui a parlé de la migration internationale en Argentine- et Rogelio Vincenti, qui a parlé du contrôle judiciaire dans les situations d’urgence publique. Ils ont tous bénéficié de la modération de la juge fédérale Macarena Marra Giménez.

De gauche À droite : La femme de chambre et présidente de l’AJUFE, Marcelo Duffy ; la vice-doyenne de la Faculté de Droit de l’UBA, Silvina Nonna ; le ministre de la Cour suprême, Ricardo Lorenzetti ; le Secrétaire aux Affaires juridiques de l’OEA, Jean Michel Arrighi ; et le juge fédéral Ariel Lijo

Le quatrième panel, intitulé « Blanchiment d’argent, délits fiscaux et corruption internationale », comprenait la présentation de la procureure fédérale, Laura Roteta, sur la « corruption internationale », tandis que les juges fédéraux, Drs. Javier López Biscayart et Daniel Petrone ont parlé respectivement de « Justice pénale économique » et de « Crypto-monnaies et blanchiment d’argent ». Le panel était animé par la conseillère du Secrétariat aux affaires juridiques de l’OEA, Mme María Sol Cinosi.

Le deuxième jour, les présentations des experts des différents panels se sont poursuivies. Premièrement, sous le titre « Réformes procédurales et leur mise en œuvre », le juge fédéral Mariano Borinsky a parlé des « Réformes pénales et procédurales », tandis que le procureur fédéral, Ricardo Rafael Toranzos, a parlé des défis liés à la consolidation du système contradictoire. Enfin, la juge fédérale Dr. Silvina María Andalaf a présenté la « Mise en œuvre du CPPF dans la juridiction de Rosario », avec la modération du juge fédéral Dr. Pablo Montesi.

Le juge du Tribunal fédéral n° 3 de Mar del Plata, Santiago Inchausti, et le secrétaire aux affaires juridiques de l’OEA, Jean Michel Arrighi

Le deuxième panel de cette journée était intitulé « Coopération contre la criminalité transnationale organisée » et a eu la participation de la juge fédérale, Analía Ramponi, qui a parlé de « La coopération internationale dans les tribunaux frontaliers contre la criminalité transnationale organisée ». Ensuite, le procureur fédéral, Sergio Rodríguez, a pris la parole en faisant référence à la « Coopération internationale en matière de corruption ». Le chef du Secrétariat de coordination institutionnelle du Bureau du Procureur général, Juan Manuel Olima Espel, a pour sa part évoqué la « coopération régionale et internationale ». A cette occasion, le procureur fédéral, Diego Velasco, a participé en tant que modérateur.

La juge fédérale et conseillère du Conseil national de la justice du Brésil, Daniela Pereira Madeira ; la juge du Tribunal Pénal Economique Oral n°3 et vice-présidente de l’AJUFE (CABA), Karina Perilli ; et le Secrétaire des Affaires juridiques de l’OEA, Jean Michel Arrighi

Le troisième panel était modéré par le juge fédéral Roberto Lemos Arias. Il était intitulé comme «La poursuite du trafic de drogue» et le procureur fédéral, le Dr Diego Iglesias – qui a parlé des « Bonnes pratiques dans les enquêtes sur les crimes liés à la drogue » – et le juge fédéral, le Dr Sebastián Ramos – qui a parlé des « Nouvelles technologies dans les enquêtes sur le trafic de drogue » – et le procureur adjoint ont pris la parole. , Dr. Patricia Cisneros, a clôturé les présentations avec « Coopération entre les ministères publics dans les enquêtes sur les crimes liés à la drogue. Tables d’échange d’informations.

De gauche À droite : le procureur fédéral chargé de ProCuNar, Diego Iglesias ; le juge du Tribunal pénal national et correctionnel fédéral n° 2 du CABA, Diego Sebastián Ramos ; le juge de la Cour d’appel fédérale de La Plata, Roberto Lemos Arias ; et la procureure adjointe de ProCuNar, Patricia Cisneros

Le dernier panel de la journée, intitulé «Décision judiciaire et démocratie », Elle a été modérée par la conseillère du Secrétariat aux affaires juridiques de l’OEA, María Sol Cinosi. Le juge fédéral, Dr. Patricio Maraniello, a présenté sur « La sentence judiciaire dans le système démocratique » et la juge fédérale, Dr. Sabrina Namer, sur le thème « Diversité et pluralité dans les sentences judiciaires ».

La juge fédérale et conseillère du Conseil national de la justice du Brésil, Daniela Pereira Madeira ; la juge du Tribunal Pénal Economique Oral n°3 et vice-présidente de l’AJUFE (CABA), Karina Perilli ; et le Secrétaire des Affaires juridiques de l’OEA, Jean Michel Arrighi

Enfin, les présents et les membres de l’AJUFE, avec le soutien du Secrétariat aux affaires juridiques de l’OEA, se sont engagés à poursuivre le travail conjoint et collaboratif dans la programmation de nouvelles réunions comme celle tenue à cette occasion.

-

PREV Ils tombent dans un ravin à Zacatlán après s’être échappés d’une annexe – El Sol de Puebla
NEXT Un Cubain retrouvé mort et porté disparu à Mayabeque