“San Lorenzo n’a falsifié aucun document”

“San Lorenzo n’a falsifié aucun document”
“San Lorenzo n’a falsifié aucun document”
-

La plainte de Daniel Vilaprésident de Rivadavia de Mendoza, pour fraude contre Marcelo Morettison homologue de San Lorenzo, pour l’exploitation de Matias Réali a explosé comme une bombe dans le football argentin mardi après-midi, quelques minutes après que l’attaquant de 27 ans, acheté par Ciclón pour 1,8 million de dollars, ait fait ses débuts lors d’un match amical de pré-saison en Uruguay.

Vila, avocat et propriétaire du Grupo América, a accusé et dénoncé pénalement Moretti pour ne pas avoir effectué le paiement et, plus grave, pour avoir falsifié un reçu de virement bancaire. À San Lorenzo, le silence régnait tandis que le scandale grandissait. Ce jeudi même, l’institution Boedo a publié un communiqué officiel dans lequel elle admet l’échec du transfert et signale qu’elle cherchait à en effectuer un deuxième mais que le compte de destination était déjà désactivé.

À Mendoza, ils sont inflexibles et exigent le retour de Reali car, disent-ils, l’opération a été annulée. Comment cette histoire va-t-elle continuer ? Que s’est-il réellement passé ? Pourquoi San Lorenzo n’a-t-il pas payé ? Celui qui veut bien répondre est Moretti lui-même, qui s’est occupé de Clairon parler pour la première fois depuis la forte accusation de Vila.

Matías Reali lors de la présentation en tant que joueur de San Lorenzo aux côtés de Néstor Ortigoza et Marcelo Moretti.

-Que s’est-il passé avec le transfert à l’Independiente Rivadavia de Mendoza ?

-San Lorenzo a respecté le premier paiement, qui s’élevait à 500 mille dollars. Ils ont été apportés en espèces vendredi soir à America TV. Le reste de l’argent s’élevait à 600 mille dollars qui devaient être transférés sur un compte en dollars argentins. La dernière partie s’élevait à 800 000 dollars en 12 versements. Le transfert de 600 mille dollars devait être sur un compte en Argentine et malheureusement San Lorenzo a son compte en dollars en Argentine bloqué par l’UIF (Unité d’Information Financière), cela est dû à la direction précédente. Nous travaillons à le débloquer. C’est pourquoi nous avons dû effectuer ce transfert par l’intermédiaire d’une institution financière. Ce fut un échec, comme chacun le sait. San Lorenzo a toujours eu l’argent nécessaire pour faire face à ce paiement.

-Daniel Vila a déposé une plainte pénale pour escroquerie, qu’en pensez-vous ?

-A ta place j’aurais réagi de la même façon. En interne, nous allons prendre les mesures nécessaires pour vraiment découvrir ce qui s’est passé. Je tiens à souligner que San Lorenzo a toujours eu la volonté de payer et a toujours eu une bonne foi dans l’exécution du contrat. Et je veux m’excuser auprès du peuple d’Independiente Rivadavia et de son président.

-Est-ce que San Lorenzo a falsifié le reçu de transfert ?

-Non, San Lorenzo n’a falsifié aucun document.

-Pour être clair, le compte à partir duquel le prétendu premier transfert a été effectué n’était pas celui du club mais un compte financier ?

-Non, le compte n’appartenait pas au club. Nous avons dû effectuer le transfert via une institution financière.

-Alors d’où vient ce faux reçu ?

-Comme le montre le reçu, le transfert a été effectué aux frais et sur ordre de San Lorenzo mais pas au nom de San Lorenzo. C’est aussi pour cela que San Lorenzo est l’une des victimes de toute cette situation.

Le faux reçu de transfert que San Lorenzo a envoyé à Independiente Rivadavia de Mendoza pour l’achat de Matías Reali

-On parlait qu’un groupe d’investissement allait mettre l’argent de l’achat de Reali en échange de pourcentages de joueurs, était-ce comme ça ?

-Nous faisons un grand effort pour reconstruire le club et évaluer cette possibilité signifierait revenir au vide.

-Avez-vous essayé de communiquer avec Daniel Vila ou avec n’importe quel dirigeant d’Independiente Rivadavia ces jours-ci ?

-Oui, dès que nous avons été informés que le transfert n’était pas parvenu à Independiente Rivadavia, nous avons automatiquement essayé de contacter le club pour évaluer une autre forme de paiement. Nous démontrons toujours notre volonté de payer et notre bonne foi dans l’exécution du contrat.

-Vila soutient que le joueur doit retourner à Mendoza. Que va-t-il arriver à Réali ?

-Matías Reali a un contrat signé avec le club et son désir est évidemment de jouer pour San Lorenzo. Ici, le problème était le paiement et San Lorenzo va s’y conformer. Nous travaillons et faisons appel à la bonne volonté de toutes les parties pour mettre fin à ce problème le plus rapidement possible.

– As-tu parlé à Reali ? Comment va le joueur ?

-Je suis en plein contact avec lui et son envie est de jouer à San Lorenzo. Il continue de réaliser la pré-saison à Montevideo avec l’équipe professionnelle. Il est très content, l’autre jour c’était ses débuts et il a très bien fait. Il jouera sûrement à San Lorenzo.

De Banco Macro, ils ont informé Independiente Rivadavia que le compte à partir duquel San Lorenzo a déclaré avoir transféré l’argent n’existait pas.

-Que se passera-t-il si Independiente Rivadavia maintient sa position d’annulation de l’opération ? Est-ce légalement possible ?

-Nous sommes en consultation avec les footballeurs argentins membres afin que le joueur continue à s’entraîner avec l’équipe professionnelle jusqu’à ce que le problème soit résolu, ce qui sera lundi ou mardi.

-Selon le communiqué publié par San Lorenzo, il est indiqué qu’une tentative a été faite jeudi pour effectuer le transfert, mais cela n’a pas été possible car le compte Banco Macro a été désactivé. Pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour tenter un deuxième transfert ?

-Tout d’abord, San Lorenzo devait récupérer l’argent. Mardi et mercredi, j’étais en Uruguay avec l’équipe et jeudi je me suis rendu au siège de Banco Macro avec le trésorier et devant un notaire pour effectuer le dépôt sur le compte au nom d’Independiente Rivadavia qui était indiqué dans le contrat. .

-Pourquoi San Lorenzo a-t-il tardé à clarifier ce qui s’est passé face à une accusation aussi délicate ?

-Parce que nous essayons d’abord d’effectuer le paiement pour sécuriser le joueur. Le plus important est de défendre les atouts du club. Et en attendant, découvrez ce qui s’est réellement passé. La situation est délicate et notre priorité est toujours de prendre soin des ressources et des actifs du club. Dans ce cas, il s’agit à la fois du joueur et de l’argent à payer.

-San Lorenzo est inhibé et doit contracter des dettes de 2,8 millions de dollars sur ce marché. Pouvez-vous également enregistrer des contrats pour les nouveaux joueurs ?

-Les contrats sont signés et enregistrés. Ils peuvent signer, mais ils doivent les enregistrer afin qu’ils soient à la disposition de l’entraîneur pour les matches officiels… Il ne pourra les jouer que lorsque les inhibitions seront levées. Je suis sûr que les inhibitions seront levées pour le début du tournoi. Dans ce cas, ils représentent un total de 2,8 millions de dollars. Tout comme nous l’avons fait en janvier, alors qu’ils s’élevaient à 1,8 million de dollars. Nous avons pu le faire à temps. Nous avons repris il y a six mois et retrouvé un club complètement détruit et dévasté. Avec du temps et de la gestion nous le remettrons à la place qu’il mérite.

-

PREV Emma Roberts attribue l’échec de « Madame Web » à des farces sur Internet : « J’ai vraiment apprécié »
NEXT O’Ward sur le système hybride : “Vous pouvez certainement le sentir”