L’OMS soupçonne que le talc peut provoquer le cancer

-

Vendredi 5 juillet 2024, 15h54

| Mis à jour à 16h36

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère les poudres de tacos comme « probablement cancérigènes ». Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) estime que le minéral, utilisé dans le domaine cosmétique, pourrait avoir la capacité d’avoir des effets cancérigènes sur la population. L’agence place le talc au niveau 2A, le deuxième niveau le plus élevé de son échelle d’identification des dangers. Cette localisation signifie que, même si les preuves accumulées sont encore limitées, on pense que les poussières peuvent provoquer des tumeurs, notamment au niveau des ovaires. Après avoir effectué des expériences en laboratoire sur des animaux, on conclut qu’il existe une certitude suffisante, ainsi que des « preuves mécanistiques solides », qui soutiennent l’hypothèse de ses effets néfastes sur la santé.

Pour l’agence OMS, le talc révèle “les caractéristiques clés des cancérigènes dans les cellules humaines et les systèmes expérimentaux”. Le CIRC désigne l’acrylonitrile, un composé utilisé dans l’industrie du textile et des plastiques de consommation, comme étant à l’origine de tumeurs. Pour les experts, l’exposition à ce produit lors de l’extraction ou de la transformation est dangereuse. Mais pas seulement. Si la population générale entre en contact avec cette substance par le biais de l’utilisation de produits cosmétiques ou de poudres corporelles contenant ce minéral, comme du maquillage ou des déodorants, elle peut courir un risque.

Selon une étude réalisée par des experts de l’agence, qui sera publiée l’année prochaine dans la revue spécialisée “The Lancet Oncology”, les recherches indiquent une augmentation des cas de cancer de l’ovaire lorsque du talc est utilisé dans la région périnéale (pubis et anus). Un autre risque, bien que moins étudié, est présent dans les aliments, les médicaments et autres produits. Le CIRC ne cache pas son inquiétude quant à la contamination du talc par l’amiante, une substance proche de l’amiante et considérée comme un dangereux cancérigène.

Travail de nuit

Bien que les preuves scientifiques soient limitées, le degré de certitude quant à son potentiel cancérigène est le même que celui concernant les effets de la consommation de viande rouge ou les risques du travail de nuit. L’inscription dans le groupe 2A ne clarifie pas le degré de risque de développer des tumeurs avec une exposition donnée.

Les chercheurs ont également noté un taux plus élevé de cancer de l’ovaire dans le cadre de recherches portant sur l’exposition des femmes travaillant dans l’industrie des pâtes et papiers.

Dans des expériences avec des rats, le traitement au talc a provoqué une incidence plus élevée de cancers dans les glandes surrénales et les poumons des femelles, tandis qu’une combinaison de tumeurs bénignes et malignes, également dans la médullosurrénale, a été rapportée chez les mâles.

Concernant les preuves de mécanismes communs aux composés cancérigènes, les scientifiques du CIRC affirment que le talc présente des caractéristiques clés des cancérogènes, notamment « l’induction d’une inflammation chronique et l’altération de la prolifération cellulaire, la mort cellulaire ou l’apport de nutriments.

Ce contenu est exclusif aux abonnés

Profitez d’un accès illimité et d’avantages exclusifs

Êtes-vous déjà abonné? Se connecter

-

PREV La Conacoop manifeste en faveur du projet de loi Jaguar
NEXT Le FC Barcelone a un rival pour Pau Víctor