PGN fait appel de la résolution de Juez Bremer dans l’affaire Save The Children

PGN fait appel de la résolution de Juez Bremer dans l’affaire Save The Children
PGN fait appel de la résolution de Juez Bremer dans l’affaire Save The Children
-

Le PGN a déposé un recours contre la suspension de la procédure de protection dans l’affaire Save The Children. Photo L’heure.

Le Bureau du Procureur Général (PGN) a annoncé hier avoir fait appel de la résolution du juge Jimi Bremer, dans laquelle il suspendait le processus de protection promu par ladite institution, en raison du refus du Ministère Public (MP) de remettre des copies du dossier. le cas de Save The Children et d’autres organisations.

Selon le communiqué publié sur ses réseaux officiels, cette action empêche le PGN, en tant que représentant des enfants et adolescents victimes, de la participation légale qui leur correspond, ainsi que de l’accès aux actions qui composent l’enquête.

Il convient de rappeler que le 25 avril de cette année, le chef du Parquet spécial contre l’impunité (FECI), Rafael Curruchiche, a signalé qu’une perquisition, une inspection, une perquisition et une saisie de preuves avaient eu lieu au siège de ladite ONG.

Selon le procureur, la procédure a été menée à la suite d’une plainte transnationale qui « concerne des actions qui pourraient être liées à des violations et des abus contre des enfants guatémaltèques ».

Selon les informations, cette action a été réalisée après une plainte déposée auprès du député et le soutien du bureau du procureur du Texas aux États-Unis a également été demandé, pour suivre et unir les efforts de manière globale.

ANTÉCÉDENTS

La Hora a publié une note intitulée : À la suite d’une lettre officielle et d’accusations d’Ángel Pineda, la FECI effectue une descente dans les installations de « Save The Children », dans laquelle elle rapporte que le secrétaire général du député, Ángel Pineda, a envoyé Ken Paxton, procureur général du Texas, une note qui mettait en garde contre la possibilité que des organisations non gouvernementales (ONG), financées par le gouvernement américain, soient impliquées dans des abus sur des mineurs guatémaltèques.

Après une lettre officielle et des accusations d’Angel Pineda, la FECI effectue une descente dans les installations de « Save the Children »

LES SANCTIONS

Ce que Pineda a dit s’est produit après que les États-Unis et plus de 41 pays ont accusé la procureure générale María Consuelo Porras, Pineda, Rafael Curruchiche, María Eugenia Morales Lazo de la FECI et le juge Fredy Orellana d’avoir porté atteinte à la démocratie, pour ce qui s’est passé lors des élections de 2023. élections.

Ce qui précède comprend des sanctions financières et l’interdiction d’entrer dans ces pays. Les États-Unis avaient déjà sanctionné Porras, Pineda et Curruchiche, et c’est en 2023 que les noms de Morales Lazo, du septième juge A et de la procureure Cinthia Monterroso ont été ajoutés.

De même, il a été demandé au député La Hora si cette prétendue enquête était une réaction aux sanctions que le gouvernement des États-Unis a imposées aux responsables de l’entité chargée de l’enquête et il a répondu qu’« à aucun moment cela ne pourrait être considéré comme des « représailles » ».

-

PREV Plano Deportivo Rodrigo Huescas signera un contrat de cinq ans avec Copenhague
NEXT Absences confirmées en Espagne pour les demi-finales