Du forum il y a des gestes et des gestes

Du forum il y a des gestes et des gestes
Du forum il y a des gestes et des gestes
-

Il semble que tout le monde ne soit pas traité de la même manière dans le football et cela vient de la décision de l’UEFA de sanctionner de deux matches le joueur turc Demiral, double buteur contre l’Autriche et fief des Ottomans.

En fait, il a fait un geste, les deux bras ouverts et les mains dans ce qu’on appellerait en Espagne un cocu. Mais ce n’est pas le cas partout, et en Turquie, cela est lié à l’histoire, non seulement du pays mais de toute la région. Ce geste s’appelle l’Asena, et l’UEFA a compris qu’il faisait partie de l’attirail d’un groupe extrémiste appelé les Loups Gris.

Mais ce symbole a été créé en 2 500 avant JC, soit il y a plus de 4 600 ans, et raconte l’histoire d’une femme loup-garou qui a aidé les Turcs à sortir d’une vallée où ils étaient assiégés. C’est donc un fait qui fait partie de la mythologie et il existe des peintures du Xe siècle qui montrent ces « cornes » comme faisant partie de la vie quotidienne.

Même la pièce de 5 livres turques comportait déjà un loup gris en 1927 et cela n’avait rien à voir avec un groupe extrémiste. Le signe des cornes est visible dans de nombreux endroits turcophones à travers le monde et est donné dans le cadre d’un accueil, ainsi que pour montrer qu’ils font partie de la culture turque et qu’ils ne l’ont pas oublié.

Cependant, l’UEFA, avec une connaissance minime ou presque inexistante de l’histoire, a seulement collecté, comme le font ceux qui n’étudient pas, ce qui est aujourd’hui un petit groupe extrémiste qui utilise ce signe. C’est le moyen le plus simple de sanctionner sans regarder au-delà de ce que voit votre nez. Le fait que le ministre allemand de l’Intérieur lui-même ait déclaré que ces gestes ne devaient pas être autorisés, quelques heures seulement avant que la sanction soit prononcée, n’a pas aidé.

Qui allait s’opposer à quoi, le ministre du pays hôte de l’Eurocoupe ? Eh bien, les Turcs ont fait appel et ont perdu devant le comité de l’UEFA, même s’ils n’ont pas abandonné et se trouvent maintenant devant le TAS, le tribunal arbitral du sport, pour tenter de faire jouer Demiral contre les Pays-Bas. J’écris ceci alors qu’il n’y a toujours pas de sentence arbitrale.

Il est clair que si en 36 heures vous avez à peine dû faire appel à l’UEFA, recevoir la confirmation de la sanction et vous adresser au TAS, qui tranchera en seulement deux heures, peu de temps vous a été accordé pour vous défendre, mais c’est du sport loi, urgente et sans pause.

Mais d’un autre côté, certains gestes n’ont pas été sanctionnés avec autant de véhémence et l’Anglais Bellingham n’a eu qu’une simple réprimande, pas même une amende, pour un geste obscène. Quel est alors le critère utilisé par les juges ? Ceci, ce qui arrive dans la justice ordinaire, arrive aussi dans la justice sportive et parfois on n’a pas de place juridique pour s’accrocher, car chaque juge va où il veut.

Pep Guardiola n’a pas non plus été sanctionné par l’UEFA, alors qu’il portait un ruban jaune pour montrer son soutien au mouvement indépendantiste catalan, alors que les règles de l’UEFA sont claires et que les événements sportifs ne peuvent pas être utilisés pour des manifestations à connotation non sportive…

Et, en Espagne, on a souvent négligé de sanctionner des joueurs comme Piqué, Lucas Vázquez et d’autres pour des gestes qui, dans le cas de ce dernier, sont précisément ceux que Demiral a faits, à moins qu’il ne soit un fan du Real Madrid, il était un loup gris dans déguisement qui a soutenu le groupe extrémiste turc…

Outre le fait qu’il semble que l’UEFA décide quels gestes sont sanctionnables et lesquels ne le sont pas, ce qui est important ici, c’est aussi la proportionnalité de ce qui a été fait. Si vous perdez un match parce que vous êtes expulsé, cela signifie que vous avez enfreint les règles du jeu du football, et c’est la chose la plus importante dans un sport, ses règles. Comment obtenir deux sanctions pour un geste interprétable ?

Une réprimande, comme celle de Bellingham, ou une amende aurait été plus que suffisante et proportionnée à ce qui s’est passé, mais il semble que la politique ait plus de force que le sport lui-même. Dans le même sens, lors du match entre la Serbie et la Suisse, pour la Coupe du Monde 2018, deux Suisses d’origine albanaise, Shaqiri et Xhaka, ont fait le fameux geste du double aigle, qui a une valeur directe contre la Serbie et qui encourage le nationalisme albanais. Rien n’a été fait alors…

Quoi qu’il en soit, nous sommes déjà avec l’Espagne en demi-finale et son adversaire, la France, ne semble pas faire peur à cause d’un simple penalty, de buts contre ou de tirs au but contre le Portugal, et nous allons nous concentrer sur le football. , s’ils nous le permettent. Je vous conseille, pour l’après-Coupe d’Euro, une histoire glaçante de David Monteagudo, « Invasion ». Profitez-en et prenez soin de vous.

-

PREV La baisse de la disponibilité des nutriments expliquerait en partie l’écart de production
NEXT La famille demande une enquête après la découverte d’une femme mortellement blessée par balle dans un véhicule dans le sud de Los Angeles