Dialogue, condition de paix • Institut des Filles de Marie Auxiliatrice

Dialogue, condition de paix • Institut des Filles de Marie Auxiliatrice
Dialogue, condition de paix • Institut des Filles de Marie Auxiliatrice
-

Rome, Italie). Le deuxième numéro de la revue Da Mihi Animas (DMA) est en ligne, qui, en cohérence avec le thème actuel de la Paix prévu pour cette année 2024, développe le thème Le dialogue, condition de la paix.

Sœur Maria Ausilia De Siena, Conseillère pour la Communication de l’Institut des FMA, souligne dans l’éditorial que le dialogue est sans aucun doute un véritable défi des temps contemporains :

« On assiste souvent à des discussions animées, qui s’apparentent plus à des « rencontres » qu’à un échange d’idées. Dans la compétition politique, on perçoit des tons de plus en plus agressifs et un lexique très éloigné des formes élégantes et diplomatiques. Paradoxalement, même pour défendre le principe de non-violence, nous rencontrons des moyens agressifs et irrespectueux. Le pire, c’est que cela retombe sur les citoyens, qui s’imprègnent inconsciemment d’un style de débat vraiment très discutable. D’un tel type de langage ne peut naître le désir d’échange d’idées avec autrui dans la recherche du bien commun, avec le facteur aggravant d’une déviation au niveau culturel et social.

Une autre réalité inquiétante est la banalité de nombreux contenus diffusés par les médias, destinés à un public anesthésié, flottant sur une médiocrité passive, sans aucun esprit critique. Ce ne sont là que deux aspects du scénario mondial qui nous interpelle. Comment pouvons-nous nous y positionner pour faire face au défi compromettant du dialogue ?

Il s’agit d’une interpellation adressée à tous et Sœur María Ausilia offre des pistes pour guider une réponse :

« Tout d’abord, il est important renforcer sa propre identitése forger des convictions personnelles, approfondir les raisons de notre choix de vie, se renseigner sur les événements importants de la communauté locale, nationale et internationale […] Pour dialoguer, il faut avoir quelque chose à dire, avoir la volonté d’écouter l’autre et de le comprendre, même au-delà des mots. […] bien conscient que chacun, même dans les relations les plus profondes et les plus fortes, a toujours quelque chose à pardonner et quelque chose à pardonner.

El Dossier présente l’intéressante expérience des États-Unis du Monde, une fédération mondiale de 181 pays et plus de 16.000 organisations de la société civile dans laquelle la Famille Salésienne – en particulier les FMA – ont été parmi les premiers fondateurs et signataires de la Constitution.

Comme pour le premier numéro, la quatrième de couverture comprend un affiche avec l’expression de Mère Mazzarello, téléchargeable sur le site de la revue www.rivistadma.org, où il est également possible de consulter les numéros de la revue publiés de 2006 à nos jours.

Bonne lecture!

-

PREV “Je fais un assez gros déficit”
NEXT Un homme de 53 ans souffre de graves brûlures à Alcobendas à cause d’une explosion chimique