Éclairage public dans les Caraïbes – Opinion d’Antonio Correa

Éclairage public dans les Caraïbes – Opinion d’Antonio Correa
Éclairage public dans les Caraïbes – Opinion d’Antonio Correa
-

Par Antonio Correa Jiménez (Spécial pour Zetta Magazine).- 6 juillet 2024.- Des dérives qui justifient le chaos dans le service d’éclairage public des Caraïbes.

La région des Caraïbes a une référence en matière d’éclairage public, un État constitutionnel post-1991 marqué par le mercantilisme introduit par ladite Magna Carta, où il est devenu une grande entreprise à but lucratif établie en monopoles, certains fonctionnant bien et d’autres accumulant de grandes sommes. richesse au détriment du paiement d’un service qui n’est souvent pas fourni de la meilleure façon.

Ceci avec l’approbation d’un maire Aujourd’hui, à travers un projet de loi, nous cherchons à exclure l’éclairage public du tarif de l’énergie, où la facture d’électricité est facturée et rendue plus chère, ce qui oblige l’utilisateur à payer le service d’éclairage dans les communes, qu’il soit fourni ou non. (Analyse de 4 capitales des Caraïbes).

Le District de Carthagène est administré et exploité par EPM ESP, qui bénéficie d’une exemption pour la strate 1, facturant dans la strate 2 – (1 158 $), en 3- (3 326 $), 4- (4 811 $), 5- (6 323 $), à 6- (9 338 $). Après l’expiration de la période EPM le 1er juillet 2024, on ne sait pas ce qui se passera, de la part de l’administrateur et des co-administrateurs, Dieu veuille, que tout ira pour le mieux puisqu’aujourd’hui c’est celui qui nuit au c’est celui qui empoche le moins, et qu’il y a moins de plaintes dans les Caraïbes en toute honnêteté.

Depuis lejo, l’opérateur du service est ILUMINACIONES ESPECIALIZADAS DEL NORTE SA à travers un contrat de concession, qui remonte au 1er juin 2000 et dont l’administration actuelle n’envisage pas son changement.

Il convient de noter que l’entreprise a connu une augmentation exponentielle des plaintes concernant son fonctionnement, qui en 2023 dépassent presque les 4 980, celles-ci sont liées à un mauvais service et à des zones qui restent dans l’obscurité. La collection est ainsi reliée aux strates 1-(2 500$), 2-(2 500$), 3-(8 900$), 4-(21 400$), 5-(28 500$) et 6-(39 200$).

Riohacha, depuis le 3 octobre 2014, est exploitée par American Lighting pour une durée de 21 ans, avec une valeur estimée à 20 941 524 100 $. Il convient de souligner que dans les strates 1 et 2, l’éclairage public n’est pas payé, seulement de 3 à 3. .6, avec 5%. La controverse résulte de l’exécution de l’Autre 001 du 21 décembre 2021, qui justifie qu’en raison de la nécessité de modernisation, le contrat ait été prolongé de 9 ans, laissant la concession pour 30 ans, et les charges et obligations sont supprimées pour l’entrepreneur.

Montería est exploitée par la société commerciale ELEC SA, en vertu du contrat de concession n° 160 du 13 décembre 1996. Elle en a fait signer (6) autres, la Mairie a certifié que tout est « bien sans plaintes ». Et combien il s’agit du service le plus cher de toute la Caraïbe, facturant 15% de la valeur de ce qui est facturé pour l’énergie, dans toutes les couches, même les pauvres ne sont pas épargnés.

Nous restons fermement engagés à introduire des moyens législatifs dans le projet qui avance aujourd’hui, pour qu’il y ait de véritables audits de ces concessions qui ne sont pas invités avec des pierres ou des comités d’applaudissements, ainsi que la réglementation des tarifs avec des frais pour les services effectivement fournis, sans tromperie. et sans rues sombres, l’époque glorieuse des opérateurs doit être réglée à ses justes proportions, bien qu’avec un excellent éclairage public.

-

PREV Le Conseil souligne la lavande comme une culture qui favorise le développement rural…
NEXT Un témoin a informé la police et les services secrets d’un homme suspect, mais il a été ignoré (Vidéo) – AlbertoNews