Le budget national de la science a chuté de plus de 30 %

-

Un rapport du groupe EPC-CIICTI a montré une réduction drastique des investissements publics dans la science et la technologie.

L’ajustement scientifique ne s’arrête pas. Concernant 2023, il a perdu un 30,4% d’investissement de l’État dans la science et la technologie dans le devis national, comme l’indique le Groupe EPC-CIICTI, dédié à l’étude de l’évolution des politiques scientifiques au niveau national.

Le contenu auquel vous souhaitez accéder est exclusif aux abonnés.

s’inscrire je suis déjà abonné

Le groupe Économie.Politique.Science-Centre ibéro-américain de recherche en science, technologie et innovation (EPC-CIICTI) détaillé dans son rapport « Analyse budgétaire du Système National de Science, Technologie dans l’Innovation – Juin 2024 » ajustement du gouvernement de Javier Milei sur la fonction science et technologie le budget national. Dans les organisations qui mènent des recherches scientifiques, chutes fils spectaculaire. Par exemple, le Secrétariat de l’Innovation, de la Science et de la Technologie (ex MinCyT) oui perdu près de 95 % et les Universités nationales et 85,6%.

“Au niveau de la Fonction CyT, en seulement 6 mois, 75,92% des crédits ont été exécutés, et il existe des organisations comme Conicet qui ont déjà exécuté 96% de leurs crédits”, indique le rapport.

image.png

Les salaires des travailleurs du système scientifique et technologique sont l’un des points les plus touchés. Par rapport à décembre 2023, au Conicet, ils ont diminué de 26,3% en termes réels, dans les Universités Nationales de 25,9% ; tandis que dans les organisations dépendant du système national d’emploi public 16%.

image.png

Le Conseil interuniversitaire s’est plaint de la situation salariale “critique” des enseignants et des non-enseignants

Il Conseil National Interuniversitaire (CIN) Ce jeudi, il a exprimé son “profonde préoccupation” compte tenu de la situation salariale « critique et inacceptable » que connaît le système universitaire public. La réunion a réuni les recteurs et les représentants de toutes les fédérations enseignantes, non-enseignantes et étudiantes du pays (PEAU, FÉDUN, CONADU, CONADU Histoire, UDA, CTERA, FAGDUT et FRUIT).

A travers un communiqué, ils ont exprimé : «Nous exigeons une restructuration salariale urgente pour le personnel enseignant et non enseignant du système universitaire public national, la réactivation des programmes et dispositifs d’aide aux étudiants et l’actualisation du montant alloué aux bourses.

-

PREV Tim Hortons arrivera à San Ángel au CDMX. Ici l’emplacement exact
NEXT Plan sportif Messi est M. Finals