San Fernando approuve ce lundi dans son intégralité la municipalisation de l’aide à domicile

-

L’équipe gouvernementale finalise ce lundi les démarches administratives pour municipalisation du service d’aide à domicile à San Fernando. Pour ce faire, célébrez un Séance plénière extraordinaire pour l’approbation de l’ordre de mise à disposition directe au société communale HEMSA comme son propre médium, ainsi qu’un modification du crédit sur les budgets 2024 garantir sa fourniture avec toutes les garanties tant pour les utilisateurs de ce service essentiel de la ville que pour les travailleurs.

Le maire, Patricia Cavada, a mis en évidence la complexité du processus administratif qui arrive désormais à son terme. «Cela a été deux années de travail sérieux et rigoureux pour ne faire aucun faux pas et cela nous permet d’assumer ce service essentiel auprès du public. De cette manière, nous respectons l’engagement acquis auprès du personnel et des citoyens pour améliorer la prestation du service ainsi que les conditions de travail des travailleurs.

En plus de formaliser la commande directe à HEMSA, la Société approuvera demain une modification de crédit pour assurer sa provision avec toutes les garanties quels que soient les éventuels retards du Conseil dans les paiements qui lui correspondent. Spécifiquement, La Mairie doit reverser à HEMSA un peu plus de 391 000 euros par moisatteignant le 4,7 millions d’euros par an de service.

Cavada a également souligné que Le prix sera de 15,45 euros de l’heure avec la municipalisation, qui montre que “un meilleur service et de meilleures conditions de travail sont offerts au personnel de manière plus efficace et plus économique pour les citoyens qu’avec des services externalisés”, comme c’est le cas dans d’autres conseils locaux de la zone ou dans le Conseil provincial lui-même, qui vient d’approuver un nouveau dossier de contractualisation d’Aide à Domicile qui tourne autour de 20 euros de l’heure.

L’édile de l’île a déclaré que l’aide à domicile est un service “essentiel” de la ville de San Fernando, puisqu’elle dessert environ un demi-millier de personnes âgées en situation de dépendance. Le modèle est composé de plus de 225 travailleurs qui seront désormais remplacés par l’entreprise municipale conformément à la convention collective.

Comme l’équipe gouvernementale l’a expliqué au personnel cette semaine, Les démarches administratives pour officialiser le transfert se termineront vers la mi-aoûtune fois que l’entreprise sortante (Claros SCA) aura remis la documentation nécessaire.

Processus long et compliqué

De même, il a rappelé les mesures prises par HEMSA pour accélérer au maximum ce processus, comme cela a été le cas conditionnement des locaux pour héberger le service ; le sites d’emploi appelés pour couvrir les besoins temporaires et urgents qui peuvent survenir en raison des circonstances de production, ainsi qu’en raison de l’absence ou du remplacement des travailleurs ; la acquisition de programmes de gestion spécifique ou l’ordre du nouvelle garde-robeentre autres.

Cela aboutit à un processus qui “a été complexe et plus lent que nous l’aurions souhaité, mais nous avons donné la priorité à le rendre le meilleur du point de vue technique, juridique, économique et social”, a déclaré le maire. De cette manière, la Mairie « garantit la pérennité du service et rend hommage au travail essentiel réalisé par le personnel, traversé par un problème structurel qui, malheureusement, affecte la prestation de ce service dans tout le pays. “C’est une question de justice sociale.”

L’amélioration du travail de la main-d’œuvre se traduira également par l’amélioration des soins prodigués et permettra des améliorations de la qualité avec un plus grand repos et une rotation des travailleurs, tout en rendant ce travail plus attractif afin de disposer d’un personnel plus qualifié dans un service dont la demande augmente en raison de l’augmentation de la longévité de la population.

Article réservé aux abonnés

Accès sans limites au meilleur journalisme

Voir les commentaires

-

PREV La réparation des victimes d’abus doit être « juste et adéquate » et compter sur l’État
NEXT Acheter au comptant ou s’endetter ? La grande question financière