Le retour de Rabiot et le doute sur l’attaque

-

Iñaki Dufour

Dortmund (Allemagne), 7 juillet (EFE).- Didier Deschamps, sélectionneur de la France, ne donne généralement pas d’indices sur chaque composition de l’Euro 2024, jusqu’à présent avec une défense inamovible et avec un milieu de terrain consolidé auquel reviendra Adrien Rabiot en demi-finale. contre l’Espagne, tandis que le doute sur l’attaque refait surface, avec Kylian Mbappé comme seul titulaire permanent sur le front offensif des Bleus, en attente du poste d’Antoine Griezmann.

La flexibilité de l’international français de l’Atlético de Madrid, en version réduite dans ce tournoi, loin d’être le joueur total de ces derniers temps avec son équipe nationale et avec son club, mais aussi la possibilité latente d’un remplacement, comme cela s’est déjà produit dans le duel lors de la troisième journée contre la Pologne, donne diverses options.

Car Griezmann peut jouer au milieu, comme il l’a fait lors de la première journée contre l’Autriche (en effet, dans la liste officielle fournie par la Fédération française de football à l’UEFA pour la Coupe d’Europe, il apparaît comme milieu de terrain), même si cette option semble exclue. maintenant; réaffirmé tout comme la lignée à trois de Rabiot, Aurélien Tchouameni et N’Golo Kanté. Même contre le Portugal, il a inclus Camavinga pour Rabiot, suspendu. Un média. Pas Griezmann, qui a joué plus tard.

Ce changement inverse – le retour de Rabiot et le remplacement de Camavinga – est désormais attendu dans ce secteur très puissant du schéma de la France et de Deschamps, donc la place de Griezmann devrait être plus élevée, soit en tant que milieu de terrain, avec le changement dans le système d’entraîneur. qu’il a proposé contre le Portugal, avec Kolo Muani et Mbappé alors en tête ; ou à droite, alors qu’il alignait contre le Portugal, avec Marcus Thuram et Mbappé à ses côtés ; ou sur le banc, même si c’est l’option la moins probable.

Avant, lors du deuxième match contre les Pays-Bas, avec un match nul et deux occasions manquées du “Petit Prince”, il occupait un poste en attaque, en remplacement de Mbappé, et était remplaçant contre la Pologne, par décision tactique. , comme l’a exprimé lui-même Deschamps, qui l’a relégué en réserve pour la première fois depuis un an et demi, depuis la dernière journée de la première phase de la Coupe du monde Qatar 2022, le 30 novembre de la même année.

Désormais, la position de Griezmann, même un remplaçant, marque son entrée ou non dans le onze de départ d’Ousmane Dembélé, qui a refait surface avec les 53 minutes jouées contre le Portugal, mais a jusqu’à présent été réserve lors des deux matches des éliminatoires françaises. Il a été choisi comme meilleur joueur lors du choc contre l’équipe portugaise. Il n’a plus été remplaçant lors de trois matches consécutifs depuis près de deux ans, depuis septembre 2022, où il en avait enchaîné sept, même sans la dimension qu’il avait désormais atteinte ni dans son club, le Paris Saint-Germain, ni en équipe nationale.

S’il entre, ce sera par la droite, pour Griezmann… Ou pour Randal Kolo Muani ou Marcus Thuram, qui ont alterné ces derniers temps comme référence ‘9’, sans qu’aucun d’eux n’ait vraiment réussi à ce poste.

Thuram a débuté contre l’Autriche, les Pays-Bas et la Belgique. Il n’a pas marqué de but depuis douze tirs, seulement deux entre les trois bâtons. Kolo Muani est entré en jeu contre la Belgique, a provoqué le but contre son camp de Jan Vertonghen pour porter le score à 1-0 et a débuté contre le Portugal. Il n’a pas marqué non plus.

Parmi ces quatre noms, en excluant que Thuram et Kolo Muani coïncident dans l’alignement, deux des trois places d’attaque contre l’Espagne seront transférées, avec Griezmann également parmi les favoris pour occuper l’une d’entre elles et avec Mbappé comme titulaire, au-delà de son moment, ses hauts et ses bas, le masque ou encore la fatigue à cause desquels il a demandé le remplacement de Deschamps à la mi-temps des prolongations vendredi dernier contre le Portugal.

C’est la décision contre l’Espagne de Deschamps, qui n’a pas répété d’attaque tout au long du tournoi, alors qu’il ne semble y avoir aucun doute même dans les buts, avec Mike Maignan ; ni en défense, avec la ligne de quatre formée par Jules Koundé, Dayot Upamecano, William Saliba et Theo Hernández, comme à chaque minute de chaque match de cette Euro ; ni au milieu de terrain, avec le retour précité de Rabiot aux côtés de Tchouameni et Kanté. EFE

identifiant/quoi

-

PREV Diario Extra – Lechuga a été englouti par la terre
NEXT La carcasse de la baleine « la plus rare au monde » découverte en Nouvelle-Zélande