Boeing va plaider coupable pour éviter un procès pour le crash mortel du 737 Max

-

Boeing a accepté de plaider coupable de fraude pour éviter d’être jugé aux États-Unis pour des accusations découlant de deux accidents mortels impliquant son 737 Max.

En vertu de l’accord de plaidoyer, Boeing paierait une amende de 243,6 millions de dollars et serait tenu d’investir au moins 455 millions de dollars dans ses programmes de conformité et de sécurité, a déclaré dimanche le ministère américain de la Justice.

Le géant de l’aéronautique accepterait également de se soumettre pendant trois ans à une évaluation par un contrôleur externe de ses procédures de sécurité et de qualité.

“Nous pouvons confirmer que nous sommes parvenus à un accord de principe sur les termes d’une résolution avec le ministère de la Justice, sous réserve de la formalisation et de l’approbation de termes spécifiques”, a déclaré Boeing dans un communiqué.

L’accord de plaidoyer annoncé dimanche ne porte que sur la culpabilité de Boeing dans le cadre des crashs du 737 Max en 2018 et 2019, et non sur d’autres incidents qui ont soulevé des questions sur les normes de sécurité de l’entreprise, notamment l’explosion en plein vol du vol 1282 d’Alaska Airways en janvier.

Le règlement, qui nécessite l’approbation d’un juge fédéral, ne couvre également que la société Boeing, et non aucun de ses employés actuels ou anciens.

Le plaidoyer de culpabilité de Boeing pourrait potentiellement coûter à l’entreprise des contrats gouvernementaux qui représentent environ 40 % de son chiffre d’affaires, dans la mesure où les agences américaines peuvent utiliser une condamnation pénale comme motif pour exclure un soumissionnaire.

Cependant, l’avionneur pourrait demander des dérogations pour continuer à faire affaire avec le gouvernement et on peut se demander si des agences telles que le ministère américain de la Défense et la NASA seraient disposées à abandonner un fournisseur aussi important.

En 2003, l’US Air Force a renoncé à sa décision de suspendre les appels d’offres pour plusieurs unités Boeing en raison de « violations graves et substantielles de la loi fédérale » pour attribuer au géant de l’aéronautique un projet de satellite de 56 millions de dollars.

La décision de Boeing de plaider coupable intervient après que le ministère de la Justice a déclaré en mai qu’il avait déterminé que la société avait violé un précédent accord de poursuites différées découlant des accidents du 737 Max, qui ont tué 346 passagers et membres d’équipage.

Dans le cadre de l’accord de 2021, les procureurs ont accepté de ne pas porter plainte contre Boeing pour avoir induit les régulateurs en erreur sur les défauts du 737 Max si Boeing payait un règlement de 2,5 milliards de dollars, dont une amende de 243,6 millions de dollars, et s’engageait à se conformer à certaines conditions pendant trois ans.

Dans le cadre du règlement, l’avionneur a admis avoir induit la Federal Aviation Administration en erreur au sujet de son système d’augmentation des caractéristiques de manœuvre (MCAS), un logiciel de stabilisation de vol lié aux deux accidents.

Les avocats de certains proches des victimes ont déclaré qu’ils demanderaient au tribunal du Texas où sera déposé le plaidoyer pour rejeter le règlement.

“Cet accord préférentiel ne reconnaît pas qu’à cause du complot de Boeing, 346 personnes sont mortes”, a déclaré Paul Cassell, avocat de certaines familles, dans un communiqué.

“Grâce à d’habiles négociations juridiques entre Boeing et le ministère de la Justice, les conséquences mortelles du crime de Boeing sont dissimulées.”

-

PREV Patrimoine à la dérive (2)
NEXT Les chiffres laissés par la victoire de Lewis Hamilton