La prédiction d’Alcaraz est vaine à Wimbledon

-

Il le caressa avec les doigts de ses mains, mais l’Allemand Alexandre Zverev, Agé de 27 ans et n°4 mondial, il continuera de compter Wimbledon comme l’un de ses tournois les plus désagréables. Il s’est effondré lorsqu’il a entrevu une progression vers les quarts de finale, victime de la poussée de l’Américain Taylor Fritz et de ses propres limites. Il a chuté physiquement, mentalement, il lui était difficile de faire face à un autre fiasco sur le gazon londonien.

Pour la troisième fois, il reste au deuxième tour de Wimbledon, au pied du récent finaliste de Roland Garros, qui s’était présenté avec une humeur différente au All England Club. “J’en ai parlé avec mon frère (Mischa). C’est la première fois que j’ai vraiment l’impression d’être à Wimbledon pour concourir, peut-être pour remporter le titre”, a-t-il déclaré.

Je n’étais pas le seul à penser ainsi. Son bourreau à Paris croyait lui aussi à une transformation positive, Carlos Alcaraz, qui a souligné que “il y en a beaucoup qui peuvent bien faire, mais pour moi Zverev fait partie des favoris, même si les années précédentes il n’a pas eu beaucoup de succès ici. Je le prends toujours comme un rival à surveiller”.

Un pronostic qui s’est soldé par un échec à Wimbledon, à l’image des espoirs de Zverev, qui menait de deux sets, mais le récent champion du monde a fini par revenir. ATP d’Eastbourne, Taylor Fritz, qui a gagné 4-6, 6-7 (4), 6-4, 7-6 (3) et 6-3 en 3h.29′.

Il renouvelle les quarts de finale en 2022, son meilleur résultat jusqu’à présent à Wimbledon et en Grand Chelem. Il affrontera dans ce tour un rookie, l’Italien Lorenzo Musetti.

Fritz a remporté sa première victoire en Grand Chelem contre une équipe du top 5 à la dixième tentative. Lui qui est le numéro 12, qui est apparu dans le « top 10 ».

-

PREV La Commission européenne demande à Amazon plus de données sur ses algorithmes de recommandation et la transparence de la publicité
NEXT Le point de vue d’un immigrant : les Américains doivent persévérer pour retrouver notre indépendance en 2024