La Nation/Centrale des Travailleurs demande au MEF un nouveau mécanisme de calcul du réajustement salarial

-

Parallèlement à la réunion des ministres des Affaires étrangères, dans le cadre du 64ème Sommet du Marché commun du Sud (Mercosur) Une réunion a eu lieu entre les ministres de l’Économie des États parties. A cette occasion, les questions liées aux attaques qui affectent la stabilité des économies des pays ont été abordées.

« Les exceptions ou le tarif extérieur commun représentaient pour nous une limite maximale, nous avions généralement des exceptions pour des tarifs plus bas. Nous sommes favorables à ce que plus le tarif extérieur commun soit bas, mieux c’est», a exprimé le ministre de l’Économie et des Finances (MEF), Carlos Fernández Valdovinos.

Plusieurs Les ministres des Affaires étrangères ont convenu que le tarif extérieur commun est très élevé, et en effet, la ministre des Affaires étrangères de l’Argentine, Diana Mondino, a déclaré que son pays présenterait une initiative pour revoir cet aspect au cours du prochain semestre, en vue d’améliorer le commerce au sein du Mercosur. La chancelière a souligné que les tarifs sont extrêmement élevés.

A lire aussi : Le Mercosur et Fonplata signent un accord pour renforcer leur coopération

Plus le tarif extérieur commun est bas, mieux c’est, a déclaré Fernández Valdovinos. Photo : Jorge Jará

« Dans certains oui (c’est très élevé) c’est pourquoi il faut utiliser les exceptions non pas pour augmenter encore plus, mais pour les réduire, accepter absolument de mettre à jour“, a déclaré le secrétaire d’État, qui a indiqué que sa position est d’ouvrir le bloc autant que possible, compte tenu de l’intérêt manifesté par le Panama pour faire partie du Mercosur.

Fernández Valdovinos a déclaré qu’avec ses pairs, ils étaient d’accord sur la nécessité de intégrer le Mercosur mais plus seulement à partir d’une vision politiquemais d’une intégration productive dans laquelle la chaîne productive appartient au bloc et non plus seulement au Brésil, au Paraguay et aux autres pays.

« La maquila que nous produisons avec le Brésil est un bon exemple et c’est là que le Mercosur devrait s’orienter, et pas seulement une question strictement commerciale. Plus nous sommes intégrés, mieux c’est. Pour nous, j’aimerais que nous ayons tous un accord de libre-échange qui s’étende du Canada à la Terre de Feu, c’est ma vision », a-t-il déclaré.

Cela pourrait vous intéresser : Le sénateur souligne davantage de débats et de maturité politique au cours de la nouvelle législature

De même, les ministres ont évoqué les délais gérés par les organisations multilatérales, qui doivent être beaucoup plus agiles en termes d’octroi de financements. Le chef du MEF a mentionné que Parfois une demande de prêt prend même 18 mois et c’est inacceptable.

-

PREV La Formule 3 revient à l’Autodrome de Gualeguaychú
NEXT Candidatures avec ressources publiques | Lettres au directeur | Opinion