La Colombie demandera à l’ONU de prolonger la mise en œuvre de l’accord de paix

-

Le gouvernement colombien demandera au Conseil de Sécurité de l’ONU d’envisager la possibilité de prolonger la mise en œuvre de l’accord de paix signé en 2016 avec l’ex-guérilla des FARC au-delà des 15 ans initialement convenus, a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères. Luis Gilberto Murillo.

“Nous proposons qu’il y ait un ajustement au plan-cadre de mise en œuvre qui a été conçu pour être mis en œuvre dans 15 ans et avec les retards, nous devons sérieusement considérer la possibilité de prolonger la période de mise en œuvre de ce plan-cadre”Murillo a assuré de la proposition que le président Gustavo Petro présentera jeudi au Conseil de sécurité.

Voir aussi : « Arrêtez la pandémie d’homicides contre les femmes » : avocat

Pour l’instant, la possibilité de prolonger le terme de 15 ans pour la mise en œuvre signée sera envisagée et des travaux sont en cours sur des tables de travail. “des mesures extraordinaires et d’urgence” pour accélérer la mise en œuvre car, comme l’a souligné Murillo lors d’une conférence de presse: “Il est très clair que nous ne pourrons pas respecter l’accord dans les 15 ans proposés dans le plan-cadre de mise en œuvre et “Cela nécessitera probablement une prolongation.”.

“Cinq à huit ans”

Cette extension “On a dit qu’il fallait (…) cinq à huit ans”même si pour le moment cela est en discussion.

“Même si de nombreux progrès ont été réalisés dans la mise en œuvre de l’accord de paix, il est extrêmement important que les obstacles structurels à la mise en œuvre rapide et complète de l’accord puissent être levés”.a déclaré le chancelier, qui a souligné que le gouvernement actuel est celui qui a le plus mis en œuvre.

Ces obstacles sont “institutionnel” mais il y a aussi “budgétaire” et autres “qui ont à voir avec les problèmes juridiques et juridiques qui ont réellement empêché le progrès accéléré de la mise en œuvre de l’accord”a souligné Murillo.

Lire ici : 8,5 milliards de dollars pour la Fábrica de Cultura et l’Amira De la Rosa : Bureau du maire

C’est pour cette raison que le gouvernement souhaite proposer “un plan choc pour les deux prochaines années” qui nécessitera “des mesures extraordinaires, certaines d’urgence, pour pouvoir peaufiner la mise en œuvre”, et ainsi “surmonter les obstacles structurels à la mise en œuvre complète de l’accord”.

L’agenda à New York

Le président colombien se rendra jeudi à New York pour la session trimestrielle du Conseil de sécurité où sera discuté l’état de mise en œuvre de l’accord de paix et où la mission de vérification de l’ONU présentera son rapport trimestriel.

“Petro dira très clairement qu’il reste fermement engagé dans la mise en œuvre de l’accord, mais évidemment lié à la politique de paix totale et, en ce sens, il demandera que le soutien et l’accompagnement unanimes de la communauté internationale se poursuivent à travers le Conseil. le Conseil de sécurité des Nations Unies, mais aussi l’accompagnement des nouvelles mesures et garanties qui seront évidemment proposées pour accélérer la mise en œuvre”Murillo anticipait.

Cela pourrait vous intéresser : Libération conditionnelle de l’ancien sénateur Álvaro García, reconnu coupable du massacre de Macayepo

À New York, le président participera également à l’inauguration d’un monument au siège de l’ONU fabriqué à partir de la fonderie d’armes laissée par les FARC et rencontrera également le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, pour parler de la Colombie et de d’autres pays comme la situation à Gaza ou la guerre en Ukraine.

EFE

-

PREV Ils réitèrent les recommandations pour la protection de l’enfance dans le nouveau Code pénal
NEXT Le concept Cadillac Sollei est un rêve de véhicule électrique de luxe de couleur crème manille