Civic Corporation demande à la Mairie de Manizales de revoir l’initiative du maire Rojas de créer une entreprise pour l’opération cadastrale

-

La Mairie de Manizales a proposé la création d’une nouvelle société dédiée au fonctionnement cadastral des communes de tout le pays. Cette initiative vise à remédier au caractère considérablement obsolète du registre cadastral national, qui, selon le document CONPES 3958 de 2019, est en retard d’environ 94%.

Pendant plus de 80 ans, l’Institut géographique Agustín Codazzi (IGAC) était responsable du cadastre colombien. Cependant, au fil du temps, cette tâche a dépassé leurs capacités opérationnelles, ce qui a conduit à la mise en place de personnalités telles que les gestionnaires et opérateurs cadastraux pour déléguer des fonctions spécifiques et améliorer l’efficacité de la mise à jour cadastrale.

Actuellement, il existe 42 gestionnaires cadastraux agréés, mais seulement deux sont autorisés à exercer leurs activités en dehors de leur juridiction : l’Unité administrative spéciale du District du Cadastre de Bogotá et MASORA – Communes associées de l’Altiplano del Oriente Antioquia.

Détails de la nouvelle société

La proposition de la Mairie de Manizales consiste en la création d’une entité décentralisée, rattachée à la Mairie, sous la forme d’une société par actions simplifiée. Cette entreprise industrielle et commerciale d’État aurait pour objectif principal l’opération cadastrale dans plusieurs municipalités de Colombie, initialement en association avec MASORA. MASORA participerait avec 51% des actions, tandis que la municipalité de Manizales et Infi Manizales représenteraient les 49% restants.

Il est important de rappeler que l’expérience de Manizales en matière de création d’entreprises publiques n’a pas été entièrement positive. Cette année, la ville est en train de liquider deux sociétés : Ideas Más et ERUM. L’ERUM, bien que fondée avec un objectif clair et justifié, n’a pas réussi à remplir son objectif initial et a fini par assumer des fonctions supplémentaires pour rester opérationnelle.

«Le CCC se permet de recommander aux honorables conseillers qui examinent le projet d’entente et sont chargés de son approbation, de demander les ajustements nécessaires et opportuns pour que cette nouvelle initiative protège son objet social et sa raison d’être. De telle sorte que, si les résultats escomptés ne sont pas atteints, elle ne devienne pas une entité bureaucratique à laquelle s’ajoutent des projets et des fonctions sans rapport avec sa fonction initiale pour la maintenir en vie.

La création de cette nouvelle société se présente comme une opportunité d’affaires avec des attentes de rentabilité. Il est prévu que les bénéfices potentiels soutiendraient les objectifs du plan de développement. Sur le plan financier, l’investissement initial serait minime, avec un apport de cinquante millions de pesos (50 000 000 $) par actionnaire, destiné à couvrir les coûts de consolidation et de constitution de l’entreprise.

Le diagnostic qui soutient l’initiative envisage un scénario national pour évaluer la viabilité de la nouvelle entreprise, même si son premier client serait la municipalité de Manizales et celles de la zone métropolitaine.

Nouvelles de la Colombie-Britannique

-

PREV Onze personnes meurent et quatre sont blessées après un glissement de terrain au Vietnam
NEXT Les maisons étaient utilisées pour vendre de la drogue • La Nación