Les sénateurs critiquent la direction de TVN en séance extraordinaire

-

Dès 14h00 ce mercredi, un séance extraordinaire au Sénat qui était destiné à recevoir le Annuaire de la Télévision Nationale (TVN) pour écouter le compte public sur ses états financiers et la gestion de la chaîne.

Dans son discours, le président du conseil d’administration de TVN, Francisco Vidal, Il a déclaré que la chaîne a « une importante dette accumulée, elle a été consolidée sous le dernier gouvernement, 50 milliards de pesos”. En outre, il a souligné que “les neuf centres régionaux avaient un déficit de 2 milliards de pesos”, en ce sens il a indiqué que le signal n’est pas présent dans tout le pays. “Nous sommes à Antofagasta, Atacama, Coquimbo, Valparaíso, O’Higgins, Maule, Biobío, La Araucanía et nous passons à Magallanes.”

«Le conseil d’administration adorerait que dans la prochaine période ou le plus rapidement possible nous pourrions (avoir) télévision publique de Putre à Puerto Toro, mais comme nous sommes obligés de nous autofinancer dans la crise de l’industrie, c’est très complexe”, a-t-il déclaré dans l’instance, à laquelle était également présent le ministre du Secrétariat Général du Gouvernement, Camila Vallejo.

Avec, Vidal Il ajoute : « Il y a ici un paradoxe, la loi 92 nous oblige à nous autofinancer, mais en même temps impose à TVN d’effectuer des tâches propres à la télévision publique que les chaînes privées n’ont pas (…) l’un d’eux est le moment où nous sommes confrontés à cette situation.

« Une partie de la bonne nouvelle est que l’État du Chili, exécutif et législatif, a contribué à la partie positive. Vous avez approuvé par la loi 22,3 millions de dollars. Ces 22,3 millions de dollars se sont matérialisés dans deux tâches fondamentales : la première, équiper les neuf centres régionaux au premier niveau (…) et la deuxième, très importante, le 26 avril a été la panne analogique et le réveil numérique. Les ressources qu’ils ont approuvées ont permis à TVN de couvrir tout le territoire national afin que personne ne soit exclu du changement », a déclaré Vidal, qui a ajouté que l’autre contribution de l’État de 16 millions de dollars pour créer la chaîne culturelle pour enfants, qui est -de selon Vidal – oscillant entre la première et la troisième place d’audience.

La ministre Camila Vallejo et le président du conseil d’administration de TVN Francisco Vidal lors de la session extraordinaire du Sénat Sebastian Cisternas/Aton Chili

Après cela, certains sénateurs présents ont critiqué la présentation du conseil. Le sénateur Carlos Ignacio Kuschel (RN) Il a assuré avoir assisté à « de nombreux comptes TVN et c’est comme l’un des les pires choses en matière financière et il me manque un historique des indicateurs, ils sont diffusés”, et il a ajouté que “les informations ici sont insuffisantes. Je veux savoir à quoi servent les ressources, les revenus, les dépenses, l’évolution de cela sur plusieurs années », a-t-il donc demandé de revoir leur évolution au fil des années.

De son côté, le sénateur Alfonso De Urresti (PS) Il a souligné qu’il « s’inquiète du fait que lorsque nous parlons de TVN, la télévision publique est la télévision de Santiago, d’une élite. Plus que le pluralisme politique, je ne l’ai pas revu, j’imagine que chaque secteur s’en charge, Mais je n’ai pas vu d’émission matinale ni vu d’émissions ouvertes sur les problèmes que nous avons sur le territoire.

« Quand on parle ici de chiffres et du rôle public, TVN en matière de contenu programmatique fait la même chose que la concurrence. Je voudrais voir les problèmes, les réalisations, les progrès, les choses positives qui se font dans les régions et la couverture zéro (…)”, a ajouté le sénateur de la région de Los Ríos, qui a demandé “une structure de coûts et j’ai disaient dans toutes mes interventions, les visages. Quand on demande de la transparence, les salaires des visages, les salaires. Il y a des rapports et ils se sont défendus comme un chat sur le dos en disant qu’ils étaient une entreprise et que pour cela ils étaient privés. Ici, nous rendons transparents les salaires et les indemnités ; TVN fait face dans les limbes, protégé.

En même temps, Sénateur DC Francisco Huenchumilla a rappelé que TVN doit rendre compte une fois par an sur trois aspects : la gestion, les états financiers et l’accomplissement de la mission publique.

« J’aurais aimé que ce rapport se concentre sur le troisième point parce que je pense que c’est le point critique que nous avons à la télévision publique, parce que parler de gestion et d’états financiers, eh bien, nous parlons simplement au niveau de la direction, mais cela a une composante politique, parce que nous savons tous que l’État le donne une mission publique à TVN et en même temps exige et lui dit qu’elle sera régie par les règles des sociétés ouvertes et donc, la rend compétitive sur le marché”, a déclaré le sénateur DC de La Araucanía, ajoutant qu’une telle disposition “Attentif” à l’égard de la mission publique de la chaîne.

De l’UDI, le sénateur Luz Ebensperger a déclaré que c’était “un bref exposé, qui est très loin d’être un compte public”, et il s’est plaint de l’arrivée d’un courrier électronique contenant des informations sur les déclarations de TVN, qu’il a reçu alors qu’il était en commission, de sorte qu’il n’a pas pu l’analyser.

«Quant à la mission publique – mentionnée par le sénateur Huenchumilla – de promotion de l’identité régionale, ce signal précisément n’atteint pas les quatre zones extrêmes du pays, les zones les plus éloignées de la capitale, qui ont des problèmes très différents de ceux du reste du pays. les régions, que nous avons beaucoup plus de problèmes de connectivité, que rien n’a été dit, on a seulement regretté dans cette brève présentation de ne pas atteindre ces quatre régions, mais on ne nous a pas dit quelle est la projection, ce qui manque, dans quelle mesure longtemps… de toute façon, j’attends toujours le rendu du compte public de TVN », a-t-il conclu.

Le sénateur Ricardo Lagos Weber (PPD)Dans le même temps, il a demandé des éclaircissements sur les questions financières, laissant place à la réponse de Vidal, puis a souligné que “ce que je veux savoir, comment cela se passera à l’avenir pour TVN, sur cette question, je pense qu’il faut faire la distinction, si quelqu’un veut ou ne veut pas d’une chaîne nationale, de l’État du Chili et à partir de là, pour être honnête à ce sujet.

Camila Vallejo a présenté le nouveau président du conseil d’administration de TVN, Francisco Vidal, à La Moneda.

Après les questions soulevées par les sénateurs – même sous forme de gros titres de l’actualité policière – Vidal a reconnu “deux erreurs”, puis s’est corrigé et a souligné que ce serait une erreur et des excuses publiques.

« Les excuses publiques ont à voir avec ce fameux GC qui a duré 30 secondes, mais cela m’est imprésentable. Dire qu’un policier a assassiné un criminel lors d’une tentative d’agression, c’est inprésentable. Cela a duré 30 secondes, il a été retiré, mais il est ressorti et c’est là le problème. du contrôle éditorial et nous sommes sur le point d’embaucher quelqu’un pour s’en occuper, qu’il est impossible qu’il soit là 24 heures sur 24, mais je m’en excuse publiquement car c’est une atteinte au bon sens. Aucun policier ne tue un criminel », a déclaré Vidal.

“Et une deuxième erreur, que je suppose, est de vous avoir envoyé le rapport à 10 heures du matin, ce que le sénateur Kuschel, entre autres, a revendiqué (et que le sénateur Ebensperger a également revendiqué)”, a également reconnu l’historien.

En conséquence, Vidal s’est engagé à envoyer l’année prochaine 48 heures à l’avance le rapport du compte public TVN.

« Sur des questions spécifiques, eh bien, la télévision est en difficulté. La dernière fois que nous étions à la première place, c’était en 2010. 2011, 2012, deuxième place ; 2013, troisième place. De 2014 à 2023, quatrième place, sauf en 2021 avec la troisième place. 50 milliards de pesos, c’est la dette consolidée. Où est-il produit ? 2014, 25 milliards de perte. Voulons-nous être honnêtes ? Le sincère. Telle est la réalité et quel est le problème sous-jacent, soyons d’accord. Voulons-nous ou non une télévision publique ?

Bien que Vidal ait souligné les performances de la chaîne culturelle et pour enfants NTV créée par TVN, il a assuré que le financement approuvé durerait jusqu’à l’année prochaine : « Grâce aux 16 millions de dollars que vous avez apportés, cela fonctionne. Je veux vous annoncer une mauvaise nouvelle, à moins que nous ne la convertissions : NTV se terminera en septembre de l’année prochaine (2025), l’argent aura disparu.»

-

PREV Google a annoncé de nouvelles fonctionnalités pour renforcer la sécurité des appareils Android
NEXT Furia a été indignée par un changement annoncé par Santiago del Moro et a révélé que Big Brother avait un favori