Le Hamas tire à nouveau des missiles sur Israël depuis la bande de Gaza

-

La branche armée du mouvement islamiste palestinien Hamas tourné dimanche plusieurs roquettes contre la ville israélienne de Tel Avivdans une escalade du conflit que la diplomatie internationale tente d’arrêter avec de nouveaux efforts pour reprendre les négociations d’une trêve.

Le sirènes d’alarme » a fait écho dans le centre d’Israël pour la première fois depuis des mois. Peu après, les brigades Ezedin al Qasam, la branche armée du Hamas, ont déclaré sur Telegram qu’elles avaient attaqué Tel-Aviv “avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre des civils”.

L’armée israélienne a affirmé que des coups de feu avaient été tirés au moins huit roquettes depuis Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, où ses forces combattent des combattants islamistes palestiniens. “Certaines roquettes ont été interceptées”précis.

Quelques heures plus tôt, des bombardements et des tirs d’artillerie israéliens avaient touché le nord et le centre du territoire palestinien, ainsi que Rafah, une ville de l’extrême sud d’où des centaines de milliers de Palestiniens ont fui.

Les restes d’un des missiles lancés par le Hamas. Photo : Reuters

La défense civile de Gaza a déclaré que a récupéré six corps après une frappe aérienne sur une maison à l’est de Rafahoù Israël poursuit ses opérations militaires malgré l’ordre vendredi de la Cour internationale de Justice (CIJ) de les suspendre dans ce secteur.

Pression interne pour une trêve

Après près de huit mois de guerre, la pression internationale et interne continue de croître pour qu’Israël parvienne à un accord avec le Hamas prévoyant la libération des otages toujours détenus par le mouvement islamiste qui dirige la bande de Gaza depuis 2007.

Un haut responsable a déclaré que le cabinet de guerre israélien prévoyait de se réunir dimanche soir pour discuter des efforts visant à libérer les otages.

Une autre source a assuré samedi que le gouvernement israélien avait “l’intention” de relancer les négociations “cette semaine”.

Un Palestinien marche parmi les bâtiments détruits à Rafah, dans le sud de Gaza. Photo : AFP

La CIJ, la plus haute instance judiciaire de l’ONU, a également exigé l’ouverture du poste frontière entre l’Égypte et Gaza à Rafah, une porte d’entrée de l’aide humanitaire qu’Israël a fermée au début du mois lorsqu’il a commencé ses opérations dans la ville.

L’Egypte, qui a refusé de rouvrir le passage de Rafah tant que les troupes israéliennes contrôlaient le côté palestinien, a annoncé dimanche qu’elle autorisait les camions d’aide à transiter par le passage israélien de Kerem Shalom, selon Al Qahera News.

Au total, “200 camions” ont quitté le côté égyptien du poste frontière de Rafah pour se diriger vers Kerem Shalom, a indiqué cette chaîne proche des services de renseignement égyptiens, sans préciser combien de camions ont passé les contrôles de sécurité pour entrer sur le territoire.

La fumée après le bombardement israélien de Rafah. Photo : AFPLa fumée après le bombardement israélien de Rafah. Photo : AFP

L’Egypte a également déclaré qu’elle poursuivait « ses efforts pour relancer les négociations indirectes » entre Israël et le Hamas, a ajouté Al Qahera News.

Les négociations indirectes négociées par le Qatar, l’Égypte et les États-Unis sont au point mort début mai, peu après le début des opérations terrestres israéliennes à Rafah.

Les médias israéliens ont indiqué que le chef du Mossad – le service de renseignement -, David Barnea, avait convenu lors de réunions à Paris avec le directeur de la CIA, William Burns, et le premier ministre qatari, Mohamed bin Abdulrahman al Thani, d’un nouveau cadre de conversations.

Le président américain Joe Biden s’est déclaré “engagé dans une diplomatie d’urgence” pour tenter d’obtenir un cessez-le-feu et la libération des otages.

Des camions transportant de l’aide humanitaire attendent près de la frontière. Photo : AFPDes camions transportant de l’aide humanitaire attendent près de la frontière. Photo : AFP

Des responsables qataris devraient rencontrer une délégation du Hamas dans les prochains jours, selon le site d’information américain Axios.

Plus de 8 mois de conflit

La guerre a éclaté le 7 octobre, lorsque les commandos islamistes du Hamas Ils ont tué plus de 1 170 personnes, principalement des civilsdans le sud d’Israël, selon un rapport de l’AFP basé sur des données officielles israéliennes.

Les militants ont également kidnappé 252 personnes. Israël affirme que 121 personnes ont toujours été kidnappées à Gaza, dont 37 sont mortes.

En réponse, Israël s’est engagé à « anéantir » le Hamas et a lancé une offensive contre la bande de Gaza, au cours de laquelle 35 984 Palestiniens sont morts jusqu’à présent, pour la plupart des civilsselon le ministère de la Santé du territoire palestinien, gouverné par la mouvance islamiste.

Dans le sud, l’armée israélienne a débuté le 7 mai des opérations terrestres dans certains secteurs de Rafah, où elle affirme être les derniers bastions du Hamas, considéré comme une organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne.

Quelque 800 000 personnes ont fui la ville depuis ce jour, selon l’ONU, qui alerte sur la situation humanitaire catastrophique dans toute la bande de Gaza, avec des risques de famine et des hôpitaux hors service en raison du siège israélien.

-

NEXT L’Occident autorise l’utilisation des armes accordées à l’Ukraine pour sa défense contre la Russie