“J’ai complètement sacrifié mon ancienne vie”

“J’ai complètement sacrifié mon ancienne vie”
“J’ai complètement sacrifié mon ancienne vie”
-

MAYO, anciennement connu sous le nom d’Álvaro Mayo, était l’un des concurrents les plus appréciés de la dernière édition d’OT. Le Sévillan de 22 ans a conquis le public, notamment le secteur LGTBIQ+, par son naturel et son courage.

Dès qu’il a quitté l’Académie, il a commencé à travailler sur son premier album. Après ‘Mis Nenas’, vient aujourd’hui l’audacieux et estival ‘So Cute’. Ces chansons font partie du premier EP de l’artiste, qui arrivera en septembre et servira de lettre d’introduction personnelle pleine de bangers.

L’ancien candidat à l’OT a également préparé sa première tournée d’automne, qui le mènera à travers le pays. Le 10 mai, les billets pour les premières dates ont été mis en vente, se vendant en quelques heures et élargissant les villes dans lesquelles ils se produiront. Leur prochain concert aura lieu le 8 juillet au Collado Villalba, avant de se produire à la Barcelona Pride le 20 juillet.

Nous avons discuté avec lui de son habitude à une nouvelle vie, de son premier travail d’artiste et de tout ce que son passage à OT lui a appris.

Vous êtes entré dans OT sous le nom d’Álvaro Mayo et vous êtes parti sous le nom de MAYO. Était-ce votre premier choix comme nom de scène ?
Tout au long de ma vie, j’ai envisagé différents noms, mais aucun d’entre eux ne m’a convaincu. Je n’ai jamais commencé à utiliser le nom de famille, mais en OT, ils m’ont dit que je devais choisir un nom. J’ai donc choisi MAI. Il est facile de le commercialiser.

Est-ce que MAYO est vous aussi ou ce sont deux personnes différentes ?
Ils sont très liés, mais ils sont un peu différents. MAYO est une personne plus confiante sur scène, il est comme inaccessible. Álvaro est une personne tout à fait normale, qui parle à n’importe qui… J’ai enfilé la capuche d’artiste.

Quelle a été la première chose que vous avez faite en quittant l’Académie ?
Je travaille sur le premier single que j’ai sorti. En fait, le lendemain du départ était une journée de promotion complète. Et bien, ma mère est venue me chercher, j’étais avec elle en train de discuter, j’ai bu un cigare avec elle, j’ai fumé un piti… (rires).

Vous êtes-vous habitué à ce nouveau mode de vie ?
À mi-chemin, pas complètement, car c’est tout d’un coup beaucoup de changements. Le plus difficile peut être un changement soudain d’environnement. Du coup, je ne vois plus ma famille ni mes amis. Je ne suis pas non plus une personne qui utilise beaucoup le téléphone, dans le sens où je n’appelle jamais personne et je ne parle pas beaucoup par messages. Je suis très distant avec le téléphone. Je suis donc beaucoup plus éloigné de tout mon environnement.

De tout ce que vous avez appris à l’académie, ce qui n’est sûrement pas peu, qu’est-ce qui vous a le plus servi dans votre carrière ?
Préparez tout beaucoup. Avant, je n’avais pas vraiment une idée de la façon dont les choses fonctionnaient. Je n’ai répété que quelques fois à la maison, mais je n’ai pas tenu compte de la mise en scène. Ce que je vais faire sur scène, les émotions que je dois transmettre… En plus, c’est quelque chose qui m’apporte beaucoup de sécurité. Il y a moins de marge d’erreur.

Vous avez sorti “Mis Nenas” en février et aujourd’hui sort “So Cute”, qui est un véritable hit de l’été. Comment pensez-vous que les fans vont le recevoir ?
Je pense bien. Les fans, je suis sûr qu’ils vont adorer. Ce que je ne connais plus, c’est ceux qui ne sont pas fans, bien sûr. Jusqu’où ira-t-il ? J’espère que ça ira très loin, honnêtement. Je pense que c’est une chanson assez spéciale et elle ne ressemble à aucune chanson de la scène espagnole.

Qu’avais-tu en tête lorsque tu écrivais ?
Ce jour-là a été très difficile parce que j’avais fait quelques chansons, mais j’avais besoin d’un banger. Je suis allé en studio avec cette pression qu’on s’impose souvent et qui ne sert à rien. J’ai discuté avec le producteur pendant de nombreuses heures, de la pression de faire des chansons et de les faire devenir des succès. Au fait, qu’est-ce qu’un succès ? La même chose peut être une chanson de supermachine comme « nous ne pouvons pas être amis » d’Ariana, qui ressemble davantage à une ballade. A la fin, nous nous sommes dit : amusons-nous. Et nous regardons la liste de références dont je dispose.

Pouvez-vous me dire quelqu’un qui figure sur cette liste ?
Charli XCX, Belén Aguilera, Julieta, Dua Lipa…

Ensuite, il y a le clip vidéo, que nous avons pu voir. Cela semble incroyable que vous ayez eu honte en OT. La référence à « Appelez-moi par votre nom », c’était votre idée ?
Oui. L’EP, qui arrive en septembre, a un arc narratif qui raconte l’histoire de ma vie à différentes étapes. « SO CUTE » serait comme la cinquième chanson et elle couvre mon adolescence jusqu’au point où j’en suis maintenant. Tous n’ont pas de clip vidéo, mais ils disposent tous d’un visualiseur ou d’un certain type de support audiovisuel. Nous avons eu un récit queer, non pas parce qu’il était vindicatif, mais parce que je l’ai écrit. Ce sont des expériences auxquelles de nombreuses personnes du groupe peuvent s’identifier. Et nous avons dit : pourquoi ne pas faire en sorte que chaque chanson fasse référence à un type d’œuvre audiovisuelle du collectif ? Dans ‘Appelle-moi par ton nom’, le personnage d’Elio découvre sa sexualité et cela a beaucoup à voir avec l’éveil sexuel. D’ailleurs, quand on pense aux films du collectif, c’est le premier qui vient à l’esprit.

Alors, qu’allez-vous couvrir sur l’EP ?
Il y a des chansons qui parlent d’amour, d’autres qui parlent de mes peurs et de mes insécurités… D’autres parlent de la peur des gens qui s’éloignent de votre vie. Il y a aussi des chansons qui parlent de toxicité. Lorsque vous avez une faible estime de soi, vous vous engagez souvent dans des relations toxiques parce que la personne en profite et vous l’acceptez parce que vous pensez que c’est le seul type d’amour auquel vous pouvez accéder en tant qu’homosexuel. Il s’agit de tout cela et de la façon dont je traverse et mûris dans ces situations.

Qu’avez-vous ressenti en créant votre premier projet ?
C’est mon bébé. J’ai beaucoup d’affection pour lui. J’ai fini par être très fier de la façon dont cela s’est passé. Cela fait deux mois que j’ai produit de nombreuses chansons et j’ai également dû en abandonner beaucoup. Au début, j’étais incertain, mais quand je les ai terminés, j’ai réalisé qu’ils étaient tous des bangers. Même si certains sont tristes et d’autres dansent. Chaque chanson est une partie différente de la pop et représente très bien tout ce qui est mon univers.

Nous avons été très surpris que, étant le candidat qui a donné le plus de visibilité au groupe lors du concours, vous n’ayez pas fait partie de la proclamation de Madrid lors de la Fierté. Qu’en penses-tu?
Honnêtement, je préfère sauter cette question, car elle entraîne des drames sur Twitter (rires). Je veux dire, quoi que tu dises, ça va mal tourner.

Le bon côté c’est qu’à la Barcelona Pride vous partagez l’affiche avec Jessie J, Tokischa…
Quand j’ai vu l’affiche, j’ai été vraiment surpris, honnêtement. Je me tue. J’aimerais pouvoir chanter “I Want Love” avec Jessie. J’ai aussi fait la Fierté de Séville récemment. Nous l’avons préparé en peu de temps, mais cela s’est très bien passé. Il y a eu de très bons retours et à Barcelone, ce sera mieux.

Comment assimilez-vous qu’il y a quelques mois vous étiez une personne normale et que maintenant vous êtes sur des affiches avec Jessie J ?
Il est tres fort. La flexibilité est un peu difficile et cette vie, même si cela ne semble pas être le cas, est assez dure. Il faut travailler beaucoup. Il faut sacrifier beaucoup de choses. Par exemple, j’ai complètement sacrifié ma vie antérieure. De mon quotidien d’avant, il ne reste rien. Parfois, c’est un peu déprimant, mais quand je pense à la chance que j’ai d’être dans ce monde et d’en vivre, les absurdités s’en vont.

Petite question : Britney ou Jessie J ?
Ouah! C’est juste différent, parce que je pense que Jessie J m’a attrapé un peu plus que ma part. Britney a toujours été là, car ses chansons les plus fortes sont sorties alors qu’elle était déjà née. Sur le plan culturel, je pense que Britney aurait pu être plus influente, mais Jessie J est la meilleure chanteuse de la planète.

Pourquoi avez-vous choisi « Baby One More Time » pour entrer dans OT ?
J’ai proposé de chanter « I Want Love », qui est la chanson avec laquelle je suis parti, mais comme Operación Triunfo vient d’Amazon Prime, il n’a pas été si facile d’obtenir les droits de certaines chansons. En fait, ils ont obtenu les droits un mois après cette émission. La chanson de Britney était sur la liste, ils me l’ont proposée et j’ai dit : Allez, d’accord. Je veux dire, ce fut une réussite totale. C’est une super chanson et elle m’a beaucoup apporté dans ma carrière, mais je voulais « I Want Love ». Finalement, je l’ai chanté dans le dernier et j’en étais content.

-

PREV Mónica Farro et une douleur qui ne se ferme pas : “Je n’ai pas pu dire au revoir car le tiroir était fermé et je ne me pardonne pas”
NEXT Impact à la télévision à cause de ce que Laura Novoa a été encouragée à dire : “Mon père”