648 Majorquins participent déjà à une étude pour mettre en œuvre une médecine précise et personnalisée

648 Majorquins participent déjà à une étude pour mettre en œuvre une médecine précise et personnalisée
648 Majorquins participent déjà à une étude pour mettre en œuvre une médecine précise et personnalisée
-

Fin mars de l’année dernière, a débuté l’ambitieux projet de recherche appelé IMPaCT dans deux centres de santé de (Santa Ponça et sa Pobla) et un autre à Madrid, une macro-étude pour laquelle il était prévu de recruter 200 000 personnes dans tout le pays. âgé de 16 à 79 ans, 8 000 d’entre eux à Majorque, et qui se développera au cours des 20 prochaines années avec un objectif bien défini : collecter une énorme quantité de données pour faire progresser ce que l’on appelle la médecine de précision ou personnalisée.

Aujourd’hui, un peu plus d’un an plus tard, les données sont déjà collectées auprès d’un total de 648 Majorquins qui y participent, 308 au centre de santé de Santa Ponça et 340 au nœud sa Pobla. Parmi les 8 000 Majorquins que recrutera cette ambitieuse étude tout au long de ses vingt ans (elle devrait se terminer au plus tôt en 2043), 51,3 % des premiers participants sont des femmes, tandis que les 48,7 % restants sont des hommes.

La tranche d’âge la plus importante des volontaires se situe entre 46 et 55 ans, suivie par les collaborateurs âgés entre 56 et 65 ans. Cependant, selon les chiffres fournis par les institutions majorquines qui ont réalisé l’étude – l’Institut d’Investigación Sanitaria de les Illes Balears (IdISBa), le secteur de recherche de soins primaires et le service de santé lui-même – plus de 40 jeunes entre 16 et 25 ans et environ 65 personnes entre 26 et 35 ans ont également été recrutés.

IMPaCT est l’acronyme de Precision Medicine Infrastructure Associated with Science and Technology (IMPaCT), une initiative promue et financée par l’Institut de santé Carlos III (ISCIII), qui vise à jeter les bases de la mise en œuvre de la médecine de précision dans le système national de santé. à travers une stratégie basée sur la science et l’innovation. Il se compose de trois programmes : Médecine prédictive, Médecine génomique et Science des données.

Le programme de médecine prédictive IMPaCT cherche à mieux comprendre comment les maladies apparaissent et comment les prévenir.

«Nous pouvons affirmer que la santé des gens est déterminée par la génétique (dans environ 30% des cas), par des facteurs environnementaux et par des modes de vie. C’est pourquoi IMPaCT vise à collecter des données sur ces trois grands piliers pour comprendre le rôle des déterminants sociaux, environnementaux et biologiques de la santé sur l’origine des principales maladies et problèmes de santé de notre pays”, explique Joan Llobera, son chercheur principal. . qui, en raison de la longue durée de l’étude, ne verra vraisemblablement pas sa conclusion.

Le Dr Llobera, responsable de la recherche en soins primaires à Majorque et sur le point de prendre sa retraite, a été remplacé par le Dr Oana Bulilete en tant que nouvelle responsable de la coordination du projet dans cet archipel.

La collecte des données s’effectue à travers divers tests et instruments. Les facteurs génétiques sont collectés grâce à une analyse de sang et les échantillons sont envoyés à la Biobanque de l’Institut de Santé Carlos III (ISCIII) pour être conservés pour des analyses ultérieures.

Accès sécurisé à la génomique

De plus, les analyses des 60 000 premiers participants de la cohorte espagnole feront partie du projet européen 1 Million Genomes, une initiative ambitieuse qui vise à permettre un accès sécurisé à la génomique et aux données cliniques correspondantes dans toute l’Europe pour améliorer la recherche et l’assistance personnalisée. et la formulation de politiques de santé.

Les facteurs environnementaux auxquels nous sommes exposés ont également une influence importante sur la santé des personnes et sur les maladies que nous développons. Les expositions environnementales auxquelles les participants ont été exposés tout au long de leur vie sont collectées à travers plusieurs questionnaires dans lesquels ils sont interrogés sur les différentes professions qu’ils ont exercées tout au long de leur vie : type d’activité économique, entreprises dans lesquelles vous avez travaillé, poste occupé, l’âge auquel vous avez commencé à travailler, l’équipe, ainsi que le type de contrat de travail actuel et les conditions de travail actuelles (précarité, droits).

L’exposition au bruit dans la maison actuelle est également mesurée et la manière dont ce bruit influence le sommeil.. Dans cette optique, la qualité de vie dans les espaces urbains est également sollicitée pour évaluer l’environnement dans lequel vit le participant.

Une autre exposition sur laquelle des données sont collectées est la consommation de tabac, d’alcool et de cannabis, substances pour lesquelles des recherches approfondies sont effectuées sur les particularités particulières d’utilisation. Les modes de vie étant fortement influencés par le niveau socio-économique, le questionnaire comporte également une section dédiée à la collecte de ces informations, qui comprend une question sur la charge du travail et des soins domestiques.

Concernant la constitution et les caractéristiques physiques, le participant doit sélectionner le type de silhouette qu’il avait à différents âges, ainsi que l’âge auquel il a changé de voix (hommes) et l’âge auquel il a eu ses règles (femmes).

Pour enregistrer la santé reproductive, des données sont collectées sur le nombre de grossesses, d’enfants, d’éventuels problèmes de fertilité, les premières règles et la ménopause, ainsi que le traitement contraceptif (nombre d’années d’utilisation, type de traitement, etc.).

L’activité physique est collectée à la fois via des accéléromètres, des appareils placés sur le poignet et la cuisse qui enregistrent l’activité réalisée par le participant pendant sept jours, et via un questionnaire. Un questionnaire sur la marche est également complété pour connaître combien d’heures le participant passe assis ou allongé à réaliser différentes activités (regarder la télévision, lire, jouer à des jeux vidéo…).

L’un des piliers des modes de vie est l’alimentation. Pour collecter ces données, le participant remplit plusieurs questionnaires sur l’adhésion au régime méditerranéen, les heures de repas et la fréquence de consommation alimentaire. Les habitudes de sommeil et le rythme circadien sont également collectés dans le questionnaire et la somnolence diurne.

La solitude et les contacts sociaux influencent également l’état de santé des personnes. Il est demandé aux participants à quelle fréquence ils ont des contacts avec leur famille et leurs amis.

Collecte d’échantillons dans l’un des nœuds majorquins.

Les participants doivent également remplir un questionnaire sur leur qualité de vie liée à la santé. Celui-ci collecte des données sur l’état de santé actuel en matière de mobilité, de soins personnels, de douleur et d’inconfort, d’anxiété et de dépression, ainsi que sur la capacité d’effectuer les activités quotidiennes. Des questions sont également posées sur votre état psychologique, votre épuisement, les effets de la douleur, votre capacité à participer à des activités sociales et vos capacités cognitives (concentration et mémoire).

La douleur est étudiée en collectant des données sur la douleur chronique (celui de a duré plus de trois mois) au cours de la dernière année. Il demande non seulement les zones du corps où vous souffrez de douleur chronique, mais également la manière dont cette douleur affecte votre vie quotidienne, les médicaments pris pour soulager la douleur et la cause de cette douleur. Si le participant présente un certain degré de handicap, il est interrogé à ce sujet dans les activités fondamentales et instrumentales de la vie quotidienne.

La capacité auditive est évaluée par un test auditif (audiométrie). Ce test permet de déterminer le seuil auditif des participants, en évaluant les deux oreilles séparément. De plus, le questionnaire demande au participant s’il a été exposé au bruit dans ses activités quotidiennes. Les participants répondent également à des questionnaires sur leur santé bucco-dentaire (problèmes buccaux, fréquence de brossage, visites chez le dentiste) et leur vision. (port de lunettes et difficulté à bien voir).

La santé mentale est recueillie au moyen de questionnaires sur l’anxiété et la dépression. Les personnes de plus de 55 ans passent également des tests cognitifs pour évaluer les capacités cognitives et la mémoire.

Échantillons d’urine et d’ongles

Toutes ces informations sont complétées par des échantillons d’urine et d’ongles. Les analyses d’urine sont réalisées dans le de l’étude des biomarqueurs d’exposition et de l’état nutritionnel ou d’un bilan de santé de routine. Divers éléments et substances auxquels l’individu est exposé sont détectés dans les ongles et, en raison de leur croissance lente, permettent de mesurer les expositions survenues dans les semaines précédant le prélèvement de l’échantillon ; Les déterminations de métaux contaminants sont très courantes. De plus, les ongles contiennent de l’ADN génomique qui peut être utilisé pour l’analyse génétique.

Plusieurs tests physiques sont effectués sur les participants, tels que la taille, le poids et le tour de taille, de hanche, de bras et de jambe, qui servent, entre autres, à calculer l’indice de masse corporelle. La bioimpédanciométrie est également réalisée pour estimer la composition corporelle et connaître le pourcentage total de graisse corporelle. Pour évaluer l’activité physique et la fonction, une dynamométrie est réalisée, qui permet d’évaluer la force des muscles fléchisseurs de l’avant-bras, des doigts et des muscles intrinsèques de la main.

Toutes ces énormes informations obtenues seront ouvertes aux chercheurs nationaux et internationaux. Elle permettra de progresser vers une médecine de précision, de mieux identifier les causes de la maladie, d’évaluer le risque de la pathologie et de mieux adapter la prédiction, la prévention et le traitement aux caractéristiques spécifiques de chaque personne. IMPaCT représente un changement de paradigme dans la recherche, puisqu’il permettra de nouveaux projets qui amélioreront la santé non seulement de millions de personnes mais aussi des générations futures.

Trois tests pour évaluer la tension artérielle

Les participants subissent un examen cardiovasculaire par électrocardiogramme, qui est ensuite évalué par un médecin, l’indice cheville-brachial (ABI) et une surveillance ambulatoire de la pression artérielle (MAPA).

L’ABI permet une évaluation diagnostique de l’état de la circulation artérielle des membres inférieurs et permet d’évaluer l’existence d’une maladie artérielle périphérique.

En pratique clinique, il est très utile en cas d’ulcères, de diabète ou d’association de plusieurs facteurs de risque (tabagisme, cardiopathie ischémique, dysfonction érectile, etc.).

La surveillance ambulatoire de la pression artérielle consiste à mesurer la tension de ces vaisseaux et d’autres paramètres pendant vingt-quatre heures consécutives.

Après évaluation de l’électrocardiogramme pour garantir l’aptitude du participant à effectuer le test, les participants effectuent une ergométrie à vélo pour évaluer la capacité aérobie fonctionnelle. Les techniciens travaillant sur la méga-étude IMPaCT disposent déjà de la formation nécessaire pour réaliser la spirométrie et l’imagerie échocardiographique, qui seront également collectées prochainement.

-

PREV Découvrez ce qu’est la psychologie animale pour prendre soin du bien-être émotionnel de vos animaux de compagnie
NEXT Le médecin qui a soigné Ayrton Senna dans l’accident : « La situation est vite devenue dramatique »