Les vétérinaires renforcent leur engagement à réduire l’utilisation des antibiotiques aux Nations Unies

-

Le Dr De Jong, président de la WVA, souligne l’importance de disposer de systèmes de réglementation adéquats pour l’autorisation et le contrôle des médicaments destinés à préserver la santé animale.


Dr John de Jong, président de la WVA (image WVA).

Des membres des Nations Unies, des spécialistes clés et diverses parties prenantes, dont l’Association mondiale vétérinaire (AMV), se sont récemment réunis à New York pour une audition cruciale sur la résistance aux antimicrobiens (RAM). Cet événement s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la prochaine réunion de haut niveau sur la RAM qui se tiendra en septembre, en conjonction avec l’Assemblée générale des Nations Unies. Au cours de l’audition, les priorités et défis essentiels liés aux plans de confinement de la RAM aux niveaux national, régional et mondial ont été discutés, dans le but d’assurer un engagement politique fort à travers une nouvelle Déclaration sur la RAM.

L’audience était structurée en trois panels qui ont abordé les aspects fondamentaux de la réponse à la RAM. Les sujets abordés comprenaient le financement et les investissements nécessaires à la mise en œuvre de stratégies au niveau national, les défis liés à l’accès aux antimicrobiens et à la recherche, ainsi que l’importance d’une gouvernance, d’une coordination et d’une coopération efficaces.

Parmi les conférenciers invités figuraient Dennis Francis, président de l’Assemblée générale des Nations Unies ; Dr Tedros Adhanom, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ; Guangzhour Qu, directeur du bureau de la FAO à New York; et le Dr Javier Yugueros Marcos, chef du RAM à l’Organisation mondiale de la santé animale (WOAH).

Le Dr John de Jong, président de la WVA, a souligné l’engagement de longue date de la WVA dans la lutte contre la RAM à l’échelle mondiale, en s’alignant sur la stratégie de la WOAH contre la RAM et le plan d’action mondial de l’OMS sur la RAM. Le Dr De Jong a souligné l’importance de disposer de systèmes de réglementation adéquats pour l’autorisation et le contrôle des médicaments vétérinaires. Il a également souligné la nécessité de respecter les lois et réglementations régissant l’utilisation des antimicrobiens et a proposé que la nouvelle Déclaration comprenne des mesures visant à renforcer les systèmes de santé animale. Ces mesures devraient garantir une réglementation solide, soutenue par des professionnels formés, promouvoir les bonnes pratiques dans les systèmes agroalimentaires pour réduire l’utilisation d’antimicrobiens et garantir l’accès à des médicaments vétérinaires sûrs et efficaces.

Dans le cadre de cet engagement, la WVA, en collaboration avec The Brooke, a lancé la première liste de médicaments vétérinaires essentiels pour le bétail, fournissant ainsi un modèle aux pays pour développer leurs propres listes et améliorer l’accès à ces médicaments essentiels.

Le Dr De Jong a également représenté la Animal Health Action Coalition, faisant la promotion de leurs recommandations collectives. En outre, il a souligné l’importance de maintenir la dynamique et de renforcer les efforts de collaboration pour lutter de manière globale contre la RAM. La WVA est également membre de la Plateforme multisectorielle sur la RAM, qui était présente à l’audience et a fourni une déclaration basée sur ses recommandations.

Cet événement s’appuie sur des étapes précédentes, telles que la première réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la RAM en 2016 et un dialogue interactif de haut niveau en avril 2021. Malgré les progrès, la RAM reste l’une des principales menaces pour la santé publique mondiale. La prochaine Déclaration devrait intégrer les points clés discutés, exhortant les pays à mettre en œuvre des mesures proactives pour lutter contre cette menace.

Étiqueter

1715868404_571_Les-veterinaires-renforce Articles Similaires

1715868404_571_Les-veterinaires-renforce Plus de nouvelles


La réunion réunira des experts en santé animale au Mexique pour explorer les avancées et les techniques de la médecine vétérinaire du 23 au 25 mai. L’ordre du jour met en lumière des questions liées à la chirurgie, à l’ophtalmologie ou aux soins aux animaux de compagnie non conventionnels.


Coïncidant avec le mois de la maladie, Ceva Animal Health présente sa campagne visant à améliorer la détection et le suivi des chats atteints de la maladie afin d’éviter, dans la mesure du possible, l’apparition de lésions graves dans les organes cibles.


L’association explique que le ministère de Luis Planas a d’innombrables problèmes non résolus pour faire de ce secteur une activité rentable et demande que soient abordés les nouveaux risques, comme celui des maladies hémorragiques épizootiques.


La Souveraineté Alimentaire Espagnole (SAE) veut défendre les intérêts apolitiques des campagnes bruxelloises. Alexis Codesal, secrétaire général du parti et éleveur de volailles, espère honorer et défendre les droits du secteur primaire, de l’Espagne rurale et des consommateurs.


Salvador Justo, Enric Mateu, Francesc Illas, Gustavo Pappaterra et Víctor Moreno.

Enric Mateu, Iván Díaz et Francesc Illas abordent le syndrome reproducteur et respiratoire du porc, dont les souches hautement pathogènes représentent une préoccupation constante en raison de leur capacité à déclencher de graves problèmes.

-

PREV Les internistes réclament la réactivation de la stratégie de chronicité et la promotion de l’hospitalisation à domicile
NEXT Les signes avant-coureurs qui indiquent aux hommes qu’ils devraient consulter un urologue le plus tôt possible | Santé | Le magazine