La Marine chilienne a réalisé un exercice amphibie Passex avec le Groupe “Jeanne D’arc” de la Marine française

La Marine chilienne a réalisé un exercice amphibie Passex avec le Groupe “Jeanne D’arc” de la Marine française
La Marine chilienne a réalisé un exercice amphibie Passex avec le Groupe “Jeanne D’arc” de la Marine française
-

Les unités et le personnel du Commandement des Opérations Navales de la Marine chilienne ont réalisé un exercice amphibie Passex en collaboration avec le Groupe d’entraînement “Jeanne D’arc”, composé du LPD “Tonnerre”, de la frégate “Guepratte” et des unités de la Force amphibie de l’armée française.

Entre le 10 et le 12 mai, un exercice amphibie Passex a été réalisé avec la participation des commandements dépendant du Commandement des Opérations Navales et du Groupe d’Entraînement Jeanne D’arc, composé du LPD Classe Mistral « Tonnerre », de la frégate Classe Lafayette « Guepratte ». » et des unités de la force amphibie de la Marine nationale.

Le but de cet exercice était de consolider la formation amphibie intermédiaire et avancée, de jour comme de nuit, et d’interagir avec les unités françaises dans la baie de Concepción, en réalisant une opération de sauvetage amphibie du personnel civil dans un scénario de catastrophe provoquée par un tremblement de terre et un tsunami ultérieur. Au cours de l’exercice, on a démontré la flexibilité des unités amphibies de la Marine chilienne, que ce soit en temps de guerre ou de paix, ainsi que leur capacité à agir en combinaison avec les forces des pays amis.

Le personnel du Commandement Amphibie et du Transport Naval, du LSDH « Sargento Aldea », ainsi que des Bataillons Marines (IM) « Sargento Aldea », de l’Escadron d’hélicoptères HA-1 avec des hélicoptères Super Puma et du personnel Grumetes ont participé à l’activité. ont eu l’opportunité de participer à l’opération amphibie et d’embarquer dans les unités participantes, complétant ainsi leur formation professionnelle.

En outre, des manœuvres navales ont été réalisées dans la juridiction de la Deuxième Zone Navale et des échanges de personnel entre les unités françaises et chiliennes, qui ont rejoint l’état-major général, planifiant et conduisant l’opération amphibie.

Enfin, les unités françaises continueront de transiter et d’opérer vers la région de Valparaíso, au Chili.

Le Tonnerre (L9014) est le deuxième navire de la classe Mistral, dont la construction a débuté en 2003 et est entré en service le 1er août 2007 dans la Marine Nationale, il a un déplacement standard de 16 529 tonnes et 21 500 à pleine charge, pour une longueur de 199 mètres, une largeur de 32 et un tirant d’eau de 6,2 mètres. Il a la capacité d’opérer jusqu’à six hélicoptères à la fois sur son poste de pilotage, avec deux ascenseurs pour accéder au hangar situé sous le pont, et peut normalement transporter jusqu’à 16 hélicoptères de type NH90 ou Super Puma.

Le navire développe une vitesse de 19 nœuds, avec une autonomie standard de 11 000 milles marins à 15 nœuds ou 6 000 à 18 nœuds. Il dispose d’un équipage de 177 personnes et peut transporter jusqu’à 450 soldats (jusqu’à 900 dans des conditions austères) et jusqu’à 1 200 tonnes de fret, qui peuvent comprendre jusqu’à 60 véhicules blindés ou 13 chars. De plus, il peut transporter jusqu’à deux péniches de débarquement de type EDA-R (Engin de débarquement amphibie rapide) de 30 mètres de longueur (en navigation actuelle, il en faut une) ou jusqu’à quatre LCU (sur cette visite, il en faut deux).

La propulsion est diesel-électrique avec trois générateurs diesel Wärtsilä 16V32 et un Wärtsilä d’une puissance de 27 893 ch(m), deux propulseurs Alstom Mermaid de 19 040 ch(m) et un propulseur d’étrave de 2 040 ch(m).

L’armement comprend deux lanceurs MBDA Sinbad pour missiles Mistral, deux stations distantes Nexter Narwhal équipées de canons M621 de 20 mm et quatre mitrailleuses de 12,7 mm.

Il peut embarquer un système anti-torpille SLAT, et dispose également d’un système de contre-mesures électroniques ARBR 21, de deux systèmes électro-optiques Sagem Vigi-20 et de deux systèmes électro-optiques Sagem EOMS-NG, d’un radar de recherche Thales MRR 3D G-Band et de trois radars de navigation Racal. . Decca Bridgemaster E 250 (DRBN 38A) en Bande I. Les systèmes de combat sont des DCNS SENIT 9 avec un système de support SIC 21 pour les opérations combinées.

De son côté, la frégate Guépratte (F714) est la cinquième et dernière de la classe La Fayette. Sa construction a débuté en 1998 et est entrée en service le 27 octobre 2001. Elle a un déplacement de 3 300 tonnes standard et 3 800 tonnes en pleine charge. d’une longueur de 125 mètres, d’une largeur de 15,4 et d’un tirant d’eau de 5,8, avec une vitesse maximale de 25 nœuds et une autonomie de 7 000 milles à 15 nœuds et 9 000 à 12 nœuds. L’équipage est de 150 personnes et la propulsion est de type CODAD avec quatre moteurs diesel SEMT-Pielstick 12PA6V-280 STC de 21 107 ch(m) avec deux hélices et un propulseur d’étrave. L’armement est constitué de huit lanceurs Aerospatiale Exocet MM40 Block 2, d’un système anti-aérien Thomson-CSF Crotale Naval CN 2 en lanceur octuple de 13 km de portée et 26 missiles, d’un canon DCN Mod 68 CADAM 100 mm/55 de 17 km. portée en anti-surface et 8 km en anti-aérien, deux Giat 20F2 de 20 mm et quatre mitrailleuses de 12,7 mm.

Il dispose de deux systèmes de contre-mesures (balles et fusées éclairantes) CSEE AMBL-1C (Dagaie Mk 2), de défenses anti-torpilles SLQ-25A Nixie, de mesures de soutien électroniques Thomson-CSF ARBR 21A (DR 3000-S), d’ARBG 2A et peut recevoir un Détecteur infrarouge DIBV 10 Vampir et système de contre-mesures électroniques Thales BSM

Il dispose d’un radar de recherche Thales DRBV 15C (Sea Tiger 2) en bande E/F et de deux radars de navigation Racal Decca 1229 (DRBN 34B) en bande I, dont un pour le contrôle des hélicoptères. Le système de conduite de tir est un Thomson-CSF Castor IIJ/C et les systèmes de combat sont un Thomson-CSF TAVITAC 2000 et un Thomson-CSF Castor IIJ/C. Dans son hangar, il peut transporter un hélicoptère AS565MA Panther et sur son poste de pilotage, il peut opérer jusqu’à un NH90. Sur leur poupe, ils portent deux RHIB de type ECUME destinés aux forces spéciales.

Le navire devrait être modernisé prochainement pour recevoir des missiles Exocet MM40 Block 3 et MBDA Sadral, un sonar Thales Kingklip et des contre-mesures anti-torpilles CANTO de Naval Group.

-

PREV L’exercice aérobique du soir est plus bénéfique que l’exercice du matin
NEXT Après l’échec de l’application du nouveau système de santé des enseignants, Petro a annoncé des changements