Quelles blessures et maladies les médecins de Gaza voient-ils ?

-

Une étude récente dans Hôpital Shuhada al-Aqsa dans la ville de Deir-al-Balah, dans la bande de Gaza, en Palestine, a révélé les raisons des blessures subies par les victimes après le début de la guerre avec Israël. Parmi les résultats de la recherche « Modalités des blessures dans un hôpital de guerre à Gaza »par les universitaires Abdalkarim Alsalqawi et Richard Villar, il a été constaté que la principale raison d’admission à l’hôpital est due à explosion, avec 95 cas sur les 108 qui composent l’échantillon final ; Mais ce n’était pas la seule chose.

L’hôpital Shuhada al-Aqsa est l’un des 15 centres publics de Gaza et a été fondée en 2001. En situation normale, elle disposait de 166 lits et d’une maternité spécialisée. Au moment de l’étude, cette situation a totalement changé. Il héberge désormais 700 patients, tandis que 3 000 autres Palestiniens déplacés vivent sous des tentes sur le terrain du centre. La maternité est fermée et est dédiée aux soins de traumatologie.

Las les victimes dues à l’explosion représentent 86,36 pour cent des cas, mais il y a aussi 8,18 pour cent dus à des blessures par balle et 3,64 pour cent à des raisons telles que des chutes ou des actes de torture. Il a été constaté que deux patients ont été hospitalisés pour des diagnostics tels que cellulite et diabète, qui n’ont rien à voir avec le motif de l’étude, raison pour laquelle les cas ont été écartés.

Détails des blessés dans l’étude

Des 110 patients ayant participé à l’étude108 (98,18 pour cent) ont été victimes du conflit en cours. Sur ce total, 59 ont subi plus d’une blessure. En outre, 87 – soit 80,56 pour cent – avaient souffert blessures à la partie supérieure et/ou inférieure du corps; et 21 autres, blessés dans d’autres régions. Onze victimes étaient hospitalisées pour des brûlures.

Sur les 108 victimes qui composent finalement l’étude, elle a été enregistrée 21 amputations, ce qui représente 19,44 pour cent de l’échantillon. Autres 86 ont souffert de fractures, il a été constaté que 42 avaient une fracture du tibia/péroné, 28 de l’avant-bras/coude/main, 23 du fémur, 11 de la cheville/pied, 11 de l’humérus/omoplate, neuf du bassin/hanche, sept du crâne, un du zygoma et un de la colonne. Sur les 128 fractures enregistrées chez les patients, 79 étaient infectées.

Échantillon d’étude

L’étude a été réalisée avec 108 victimes à l’hôpital de guerre de Gaza. Bien que les types de blessures observés concernaient 110 personnes, deux présentaient des affections sans rapport avec le sujet. Cela a donc été déterminé chez 108 personnes. Sur les 110 patients, 26 avaient moins de 18 ans ; 56 avaient entre 18 et 35 ans et 28 avaient plus de 35 ans. Il y avait 38 femmes et 72 hommes. Aucun d’entre eux n’était militaire. tous les civils.

Bien qu’elles puissent contenir des déclarations, des données ou des notes d’établissements ou de professionnels de la santé, les informations contenues dans Medical Writing sont éditées et préparées par des journalistes. Nous recommandons au lecteur de consulter un professionnel de santé pour toute question relative à la santé.

-

PREV L’Armée de l’Air commence demain un exercice avec de vraies armes en Alaska dans le cadre du déploiement « Pacific Skies »
NEXT Il ne reste que 15 pathologistes pour tout Mendoza et les laboratoires ne peuvent pas faire face