Paulina Vega est ravie d’être porte-drapeau de l’équipe chilienne à Paris 2024 : “Ce serait la réalisation d’un rêve” | Des sports

Paulina Vega est ravie d’être porte-drapeau de l’équipe chilienne à Paris 2024 : “Ce serait la réalisation d’un rêve” | Des sports
Paulina Vega est ravie d’être porte-drapeau de l’équipe chilienne à Paris 2024 : “Ce serait la réalisation d’un rêve” | Des sports
-

La fête de Jeux Olympiques de Paris 2024 commence à se rapprocher à pas de géant de son démarrage le vendredi 26 juin et se prolongera jusqu’au dimanche 11 août, où le brillant représentants nationaux Ils chercheront à laisser une marque indélébile sur le compétition mondiale des 5 anneaux.

L’un des 24 représentants du Équipe Chili qui a scellé ses billets et commence déjà à préparer au mieux son arrivée sur le sol français est l’excellente joueuse de tennis Pauline Végaqui vient de briller dans le Jeux panaméricains de Santiago 2023 en obtenant 3 médailles de bronze.

La jeune femme de San Pedro de la Paz a signé son arrivée à Jeux olympiques après avoir remporté la médaille d’or au Tennis de table pré-olympique à Lima au Pérou.

La Joueur de tennis chilien Ce sera une des cartes à frapper Paris 2024après ses précédentes expériences dans Athènes 2004 et Tokyo 2020.

Une arrivée dans une nouvelle édition qui génère de l’attente dans Pauline et cela a été déclaré lors d’une conversation avec BioBioChilioù il a commenté sa joie d’installer son nom dans une nouvelle fête sportive comme la Jeux Olympiques de Paris 2024.

-Qu’est-ce que ça fait de savoir que tu vas participer aux Jeux Olympiques pour la troisième fois ?

Je me sens très heureux de pouvoir atteindre mes troisièmes Jeux Olympiques, je suis juste en train de traiter un peu tout ce qui s’est passé ces jours-ci.

Je suis très fatigué maintenant, je viens d’un tournoi à Rio de Janeiro et j’espère continuer avec les tournois du circuit, mais j’ai une immense satisfaction de savoir que je fais déjà partie de Paris 2024.

En revanche, Paulina arrive avec un grand élan d’émotion, après avoir remporté l’or au Pérou dans le cadre des Pré-olympiques, mais aussi les 3 médailles de bronze qu’elle a remportées à Santiago 2023 (une en double mixte avec Nicolás Burgos, une autre en dames). double avec Daniela Ortega et le troisième de la série féminine avec Ortega elle-même et Tania Zeng).

A ce propos, il a souligné que rien n’a été dit, malgré ses actes antérieurs.

-Considérant que vous êtes médaillé panaméricain. Quelles sont les attentes pour Paris 2024 ?

La vérité est que ce sera toujours difficile en simple au tennis de table.

J’ai réussi à passer le premier tour l’année dernière, j’espère donc égaler ou améliorer ma note précédente et passer au deuxième tour.

C’est le meilleur qui existe au monde, donc je mentirais si je disais que je vais participer à une finale olympique, car c’est un très très haut niveau, mais j’espère surprendre et accéder à nouveau à la ronde.

-Considérez-vous que vous arrivez aux Jeux dans une meilleure condition technique et physique que lors des deux éditions précédentes ?

C’est clair que par rapport à l’édition d’Athènes où j’étais petite, j’ai fait bien mieux, mais j’ai l’impression d’avoir atteint le même niveau qu’à Tokyo.

Quand je suis allé au Japon, je me suis beaucoup préparé et je suis arrivé à un haut niveau, j’espère donc arriver dans les mêmes conditions voire mieux. Bien sûr, je sais qu’il y aura du haut niveau et j’espère faire un bon tirage.

-Comment et où se déroulera la préparation des Jeux Olympiques ?

La préparation consistera à jouer quelques tournois supplémentaires. Maintenant, je suis au Brésil pour m’entraîner, puis j’arrive au Chili pour une journée et je me dirige vers Mendoza.

Ensuite je retourne au Chili pour une semaine puis je pars au tournoi sud-américain qui aura lieu au Paraguay en juin.

Après cela, je retourne au Chili pour 12 jours puis je rentre chez moi pour m’entraîner à Mirandela, au Portugal.

D’un autre côté, il est important de rappeler que Paulina Vega a été porte-drapeau du Chili lors de la journée de clôture des Jeux panaméricains de Santiago 2023, aux côtés de Martín Vidaurre, ce qui la motive à remplir à nouveau ce rôle au début de Paris 2024.

-Voudriez-vous être le porte-drapeau de la délégation chilienne aux Jeux Olympiques ?

Bien sûr, j’aimerais être le porte-drapeau du Chili. Je pense que c’est l’un des rêves de chacun d’entre nous en tant qu’athlète.

J’ai eu de la chance et vous ne pouvez pas imaginer à quel point j’ai aimé être le porte-drapeau à la clôture des Jeux panaméricains. C’était quelque chose auquel je ne m’attendais pas, mais ce sera toujours une illusion et comme ce sont les Jeux Olympiques, je pense que ce serait la réalisation d’un rêve et la plus belle chose d’être un athlète.

-Quel message pourriez-vous laisser aux athlètes qui débutent dans leurs disciplines respectives ? Quel est le secret de la réussite sportive ?

Je pense que le secret (pas si secret) repose sur la persévérance, sur l’apprentissage de la défaite, sur la capacité de résilience et sur le fait de surmonter tous les moments difficiles auxquels les athlètes sont confrontés.

Apprendre là où ça fait le plus mal et avoir l’envie d’aller de plus en plus haut sera toujours important.

Je crois que si quelqu’un veut réaliser ses rêves et ses objectifs, il les réalisera toujours tant qu’il en a le désir et peut avancer et se battre pour chacun de ses rêves.

-

PREV C’est une technologie qui attrape tout à l’Euro 2024
NEXT Marcela Gómez a révélé la raison du départ de Daniela Henao d’Amérique