Formule 2 : Franco Colapinto a tout perdu dans la fermeture de Monaco

Formule 2 : Franco Colapinto a tout perdu dans la fermeture de Monaco
Formule 2 : Franco Colapinto a tout perdu dans la fermeture de Monaco
-

L’Argentin n’avait pas de voiture rapide dans la longue course de la principauté et se consacrait uniquement à se défendre, mais dans les derniers tours sa Dallara était très compliquée, il a été dépassé et s’est retrouvé sans points. Zak O’Sullivan était le gagnant.

Il y a eu 38 tours totalement épuisants pour Franco Colapinto. Sa voiture de l’équipe MP n’était pas compétitive dans la course longue de Monaco et tout ce qu’il pouvait faire était de se défendre. S’il avait été footballeur, l’Argentin aurait été Paolo Maldini, Franz Beckenbauer, Daniel Passarella ou Sergio Ramos, pour ne citer que quelques stars de la dernière ligne. C’est ce qui a été piloté par l’équipe MP pendant 90% de la compétition dans l’agglomération de la principauté ! Mais à la fin, tout s’est effondré. Sa Dallara n’avait plus les moyens de soutenir ses rivaux et un blocus à La Rascasse ne le laissait plus rien.

Il y a eu 38 tours à regarder dans les rétroviseurs, car avancer était impossible. Après avoir terminé quatrième du match (Victor Martins, qui a terminé deuxième, a été retardé), Kimi Antonelli lui a collé comme un tampon. L’impétueux et talentueux jeune Italien de 17 ans ne lui a laissé aucun répit, rien. Colapinto s’est défendu avec beaucoup de style, aidé bien sûr par l’étroitesse de la rue complexe. Depuis Franco, c’était un désert, car sa voiture de l’équipe MP était devenue un obstacle qui ralentissait tout le monde, de lui jusqu’à l’arrière. En raison des stratégies rivales, il a commencé à perdre des places, mais Antonelli n’y est pas parvenu. L’Argentin ne prévoyait même pas l’avenir, c’était un combat qu’il n’allait pas pouvoir mener.

Il y a eu 38 tours, jusqu’à ce que, déjà fatigué, épuisé et avec sa voiture déjà à un niveau très bas, il doive bloquer. Et tout était fini. Antonelli, Gabriel Bortoleto, Zane Maloney, Taylor Barnard, Enzo Fittipaldi sont passés… La carrière de Colapinto s’est effondrée, qui est finalement arrivé 13ème et est reparti sans marquer dans une compétition qui, dans les premiers tours, a donné au membre de l’académie Williams l’illusion de marquer de bons points.

Pendant ce temps, Joshua Duerksen ne s’en sort pas beaucoup mieux. Le Paraguayen avait parié avec l’équipe d’AIX sur la prolongation de l’arrêt et aspirait à terminer dans la zone des points, entre la neuvième et la dixième place. Mais… L’homme d’Asunción a quitté les stands et a traversé la piste comme s’il était seul. Maloney n’a rien pu faire pour l’éviter, il y a eu une touche et le Barbadien a pris son envol. Duerksen a laissé sa voiture arrêtée sur la piste, les commissaires ont déployé la voiture de sécurité virtuelle et Zak O’Sullivan en a profité, qui ne s’était pas arrêté, s’est arrêté aux stands et s’est élancé en tête de la course. Depuis la 15ème position de départ, l’Anglais a construit une victoire grâce à la stratégie qui a fait appel à l’aide de la voiture de sécurité (c’est normal à Monaco), il est sorti et a célébré. Isak Hadjar et Paul Aron complètent le podium. L’Estonien est le nouveau leader du tournoi, avec 80 points. Colapinto est arrivé huitième, avec 38, et Duerksen, 16e, avec 15. Prochaine fois : du 21 au 23 juin à Barcelone.

-

PREV Luka Modric, sur ESPN Fútbol 12 : il a choisi entre la Coupe du Monde et l’Euro et a répondu sur son avenir au Real Madrid et sur la Coupe du Monde 2026
NEXT un influenceur mexicain s’en prend à la table où il mangeait