Les premiers satellites en bois arrivent pour lutter contre la pollution spatiale

-
Lorsque certains satellites retombent sur Terre, leurs fragments brûlent dans l’atmosphère et libèrent des particules susceptibles d’endommager la couche d’ozone.
Anthony Kaczmarek

Anthony Kaczmarek La France Météorée 05/06/2024 17:07 4 minutes

Il a récemment été présenté à la presse à Kyoto, au Japon, le “Lignosat”, le premier satellite en bois jamais fabriqué au monde. Pourquoi ce matériau écologique a-t-il été choisi ? Est-ce que ça va vraiment durer ? Serait-ce la solution à la pollution spatiale ? Nous clarifions vos doutes.

Déchets nocifs pour la couche d’ozone

Le “Lignosat”, développé par une start-up japonaise appelée “Sumitomo Forestry” et des chercheurs de l’Université de Tokyo, sera lancé et placé en orbite spatiale par une fusée SpaceX en septembre prochain. Un prototype unique, réalisé non pas comme ses cousins ​​en métal ou en plastique, mais à partir de bois de magnolia.

La raison de ce choix matériau biodégradable C’est écologique. En effet, comme les satellites ne durent pas éternellement, ils sont envoyés dans l’atmosphère pour brûler et être détruits, ce qui peut être dangereux.

Cela pose également problème pour la sécurité des vols spatiaux et des observations des phénomènes spatiaux, car Il y a actuellement plus de 11 000 tonnes d’objets en orbite autour de notre planète, y compris des satellites en fin de vie et des fragments de fusées. Une sorte de « pollution lumineuse » ou « pollution spatiale ».

Où vont mourir les satellites ?

Où vont mourir les satellites ?

De plus, lorsqu’il brûle dans l’atmosphère, Les parties métalliques des satellites libèrent des particules (aluminium) qui peuvent endommager la couche d’ozone. Un satellite avec une coque en bois brûlera complètement, ne laissant aucun résidu nocif autre que le CO2mais cela dans les couches supérieures de l’atmosphère ne devrait provoquer aucun phénomène de réchauffement climatique.

Un matériau véritablement sans risque ?

Peut-on vraiment être sûr que ce bois résistera aux températures ambiantes, qui varient de -120°C à l’ombre à +150°C au soleil ? Oui parce que Différents types de bois ont déjà été testés grâce à des expériences réalisées sur la Station spatiale internationale. Cependant, le bois de magnolia est celui qui a été considéré comme le plus résistant.

Reste à voir lors de ce premier envoi en septembre si le bois de magnolia résistera vraiment changements brusques de température en conditions réelles.

Un autre avantage: le bois ne bloque pas les ondes électromagnétiques, contrairement au métal, qui permettra de maintenir les antennes satellites à l’intérieur de leur boîtier. Donc, votre conception sera plus simple: Les boucliers et les bras articulés ne seront plus nécessaires !

Le bois pourrait donc devenir la norme pour la fabrication des futurs satellites dans les années à venir. Une étude du Forum économique mondial estime que Au cours de la prochaine décennie, il faudra lancer environ 990 satellites chaque année, notamment pour renforcer les gros satellites comme Starlink. Il est préférable de ne pas contaminer davantage l’espace avec du métal.

Sources et références de l’actualité :– Pollution spatiale : une nouvelle génération de satellites en liberté est désormais disponible – France Info

-

PREV IK Multimedia T-RackS 5 MAX v2 proposé : 53 plugins pour 60€
NEXT De l’eau gelée découverte au sommet des volcans de Mars