C’est ainsi que l’outil fonctionnera enfin

C’est ainsi que l’outil fonctionnera enfin
C’est ainsi que l’outil fonctionnera enfin
-
  • Le géant de Redmond dit avoir répondu aux commentaires des gens

  • Trois changements importants arrivent sur l’application phare des PC Copilot+

7 juin 2024, 19h53

Mis à jour le 7 juin 2024 à 19h57

Recall promet d’être l’une des innovations Microsoft les plus intéressantes de ces dernières années, mais sa disponibilité préliminaire (et non définitive) est prévue pour 18 juin Avec le lancement des premiers appareils Copilot+, elle a été éclipsée par les critiques. Certains experts ont même qualifié cela de « désastre » en matière de cybersécurité. Au milieu de cette polémique, l’entreprise de Redmond a décidé d’agir.

Pavan Davuluri, responsable Windows et appareils chez Microsoft, a annoncé une nouvelle approche de sécurité pour Recall basée sur les commentaires reçus. Lorsqu’elle est disponible dans Windows 11, cette fonction qui enregistre tout ce que nous faisons via des captures d’écran sera désactivée par défaut, mais nous pourrons l’activer lors de la configuration initiale du PC ou plus tard depuis la section Confidentialité et sécurité du système.

Mesures de sécurité supplémentaires pour l’utilisation de Recall

Microsoft vise également à améliorer la sécurité de Recall. Dans la mécanique d’origine, il suffisait d’avoir une session active sous Windows pour utiliser l’outil. Avec la mise à jour, nous devrons passer par Windows Bonjour pour activer la chronologie de rappel. Rappelons que ce dernier est un système d’authentification qui fonctionne avec la reconnaissance faciale, l’empreinte digitale ou le code PIN, il constitue donc une barrière de protection importante.

Le cabinet dirigé par Satya Nadella n’a pas oublié d’aborder une autre polémique. Le rappel, comme on dit, conserve un instantané de ce que nous faisons sur notre PC, qui peut inclure des informations privées ou sensibles. L’outil ne semblait cependant pas prêt à protéger nos données. Un exemple de ceci est TotalRecall, un utilitaire qui promet d’extraire toutes ces informations car elles se trouvent dans une base de données SQLite accessible.

Lors de la configuration d’un nouvel ordinateur, Windows nous demandera si l’on souhaite activer le rappel avec cet écran

Microsoft souhaite protéger Recall avec deux couches de protection. D’un côté, Cryptage « juste à temps » ce qui entraînera le déchiffrement des instantanés de récupération uniquement lorsque l’utilisateur s’authentifiera via Windows Hello. D’un autre côté, ils chiffreront également l’index de recherche de l’outil, probablement pour éviter qu’il ne soit exposé à des applications malveillantes qui pourraient en profiter pour collecter des données.

Un exemple de la façon dont le rappel ne fonctionnera pas à moins que nous nous authentifiions avec Windows Hello

L’un des avantages en termes de confidentialité promu par la société de Redmond en annonçant Recall est que tout le contenu est stocké localement. Le fait que ce type de données ne finisse pas stocké dans le cloud est une bonne nouvelle, même si nos ordinateurs peuvent également être vulnérables, la sécurité locale est donc également importante. Nous constatons maintenant des améliorations dans ce sens. L’outil a évolué avant son arrivée.

Il convient de noter que pour utiliser Recall, nous aurons besoin d’un ordinateur Copilot+, c’est-à-dire qui a un NPU d’au moins 45 TOPS. Malheureusement, les puces antérieures au Snapdragon X Elite récemment introduit, à l’AMD Ryzen AI 300 et à l’Intel « Lunar Lake » ne répondent pas à cette exigence. Il faut également tenir compte du fait que le 18 juin, Recall arrivera sous la forme d’une version préliminaire de l’application visant à devenir une version finale.

Images | Microsoft

À Xataka | Huawei MateBook X Pro 2024, analyse : plus proche que jamais de l’ultrabook parfait

-

PREV Attention, en juillet nous avons tous ces grands jeux confirmés sur Xbox Game Pass
NEXT Ce mod transforme Red Dead Redemption 2 en un jeu de survie zombie