Comment les drones iraniens pourraient-ils menacer le pétrole européen ?

Comment les drones iraniens pourraient-ils menacer le pétrole européen ?
Comment les drones iraniens pourraient-ils menacer le pétrole européen ?
-

L’Iran a récemment équipé sa marine des Gardiens de la révolution de drones pour accroître la surveillance dans le détroit d’Ormuz, alors que le pays continue d’exporter des drones vers la Russie.

PUBLICITÉ

Récemment, l’armée américaine a annoncé qu’elle pourrait équiper de gardes armés ses navires commerciaux traversant le détroit d’Ormuz. Cette décision vise à empêcher l’Iran de s’emparer de navires civils et commerciaux.

En réponse à cette annonce américaine, l’Iran a doté sa marine des Gardiens de la révolution de drones, afin d’accroître la surveillance et la pression sur le détroit d’Ormuz. Ce détroit, situé entre l’Iran et Oman, sépare le golfe d’Oman du golfe Persique et est l’un des plus importants pour le transport pétrolier mondial.

Pourquoi le détroit d’Ormuz est-il important pour le pétrole européen ?

Environ un cinquième du pétrole mondial transite chaque année par ce détroit. Cela représente environ 20,5 millions de barils par jour de divers produits pétroliers, notamment des condensats et du pétrole brut. Environ 20 % du gaz naturel liquéfié (GNL) mondial passe également par le détroit, soit environ 80 millions de tonnes.

Pour situer cela dans le contexte européen, l’Union européenne a importé environ 1,9 milliard de mètres cubes de GNL du Qatar en 2022. L’Irak exporte environ 21,4 millions de tonnes de pétrole brut vers l’UE. Les États-Unis, qui sont le deuxième fournisseur de pétrole brut de l’UE, représentant environ 10 à 13 % des importations de pétrole brut, expédient environ 1,4 million de barils de pétrole brut et de condensats par jour via le détroit d’Ormuz.

Le canal est utilisé par la plupart des grands producteurs de pétrole, tels que les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Iran, le Koweït et l’Irak.

Au cours des dernières années, l’Iran a saisi et détenu plusieurs pétroliers internationaux provenant notamment des États-Unis, du Japon, d’Arabie saoudite, de Singapour et de Corée du Sud, pour des violations présumées des transports maritimes. Cependant, le pays n’a libéré ces navires qu’après que d’autres pays ont libéré des navires iraniens précédemment détenus.

Non seulement cela, mais il cible également des navires plus petits en provenance de pays comme la Tanzanie et les Îles Marshall, soupçonnés de contrebande de pétrole ou de collision avec des navires iraniens.

Comment les sanctions internationales peuvent-elles menacer le détroit ?

Les États-Unis ont également tenté par le passé d’imposer des sanctions à l’Iran pour mettre un terme à son projet nucléaire en pleine croissance. Ces difficultés étaient principalement dues au non-respect des programmes de sécurité, ainsi qu’à la menace que pourrait représenter le programme nucléaire iranien pour le Conseil de sécurité de l’ONU.

-

L’ONU, l’UE et le Royaume-Uni n’ont pas tardé à imposer leurs propres sanctions, ciblant principalement les secteurs du nucléaire, de l’énergie, des missiles et autres armes, du transport maritime, de la banque, de l’assurance et du commerce international.

-

Ces mesures visaient principalement à restreindre les revenus de l’Iran provenant de ses exportations de pétrole et d’autres industries telles que le transport maritime. Cependant, l’Iran a très souvent riposté en menaçant de fermer ou de restreindre sévèrement le détroit d’Ormuz, paralysant ainsi le commerce international du pétrole et de l’énergie.

Le conflit actuel entre Israël et le Hamas fait craindre de plus en plus qu’il ne s’étende à un conflit plus vaste au Moyen-Orient. Si tel est le cas, l’Iran pourrait être encore plus en difficulté. En effet, le pays soutient déjà le Hamas, ainsi que des groupes terroristes régionaux tels que le Hezbollah basé au Liban et les Houthis basés au Yémen.

Récemment, les Houthis ont attaqué un navire turc en mer Rouge, en route vers l’Inde. Ces groupes terroristes ont également été utilisés comme terrain d’essai pour les armes iraniennes, telles que les drones, les missiles, etc.

Ainsi, dans le cas d’un conflit plus large au Moyen-Orient, l’Iran pourrait potentiellement se voir imposer davantage de sanctions internationales de la part des États-Unis et de l’UE en raison de son rôle dans l’aggravation du conflit, bien qu’indirectement.

En représailles, cela pourrait potentiellement amener l’Iran à causer davantage de problèmes dans le détroit d’Ormuz, soit en attaquant ou en saisissant davantage de navires, soit, dans le pire des cas, en provoquant un blocage de la voie de navigation.

Les drones iraniens pourraient impacter le pétrole européen à la fois par le détroit et par la Russie

La dernière décision iranienne visant à équiper sa marine de drones pourrait potentiellement aggraver davantage les tensions dans le détroit d’Ormuz, les États-Unis choisissant également de monter la mise. Si tel était le cas, cela pourrait très bien étouffer l’approvisionnement en pétrole brut de l’Europe, alors que le continent a déjà du mal à se rétablir en raison de la guerre en cours avec la Russie.

PUBLICITÉ

L’Iran a également continué à fournir davantage de drones ainsi que des modèles de drones à la Russie malgré de multiples demandes internationales répétées d’arrêter. Cela a permis à la Russie d’installer davantage d’usines pour produire en masse des drones basés sur des conceptions iraniennes, dans le but de cibler davantage d’installations énergétiques ukrainiennes.

Cela pourrait contribuer à prolonger le conflit entre la Russie et l’Ukraine et à perturber encore davantage les approvisionnements en pétrole de la Russie et de l’UE. Bien que l’UE ait considérablement réduit ses importations de pétrole russe depuis le début de la guerre, le pays importait toujours environ 1,4 million de tonnes de pétrole brut en mars 2023.

Selon la Defense Intelligence Agency, l’Iran avait déjà exporté plus de 1 700 drones des séries Mohajer et Shahed vers la Russie en août 2022. En outre, des plans ont été élaborés pour produire 6 000 autres drones de conception iranienne en Russie d’ici début 2023. Vers juillet 2023, La Russie utilisait fréquemment des drones suicides iraniens lors de ses attaques en Ukraine.

Les drones exportés ont été en grande partie acheminés clandestinement vers la Russie en utilisant la propre compagnie aérienne nationale iranienne, ainsi que divers bateaux. Cette coopération a également commencé à aller plus loin, Moscou ayant exprimé son intérêt pour l’achat de missiles balistiques à l’Iran également.

-

-

NEXT Le Quotidien : Qui est échangé en premier à Montréal?; La date de début de Kane n’est pas claire