Les tarifs du gaz à partir de mai augmenteront avec une formule de mise à jour | Chaîne neuf

-

L’organisme national de régulation du gaz a signé une série d’accords avec les transporteurs et les distributeurs de gaz pour procéder dès maintenant à l’ajustement des tarifs et mettre en œuvre une formule de mise à jour mensuelle automatique en mai pour éviter qu’ils ne prennent à nouveau du retard en termes réels.

La formule prendra en compte l’évolution de l’indice des salaires enregistrés dans le secteur privé, de l’indice des prix de gros et du coût de la construction.

De cette manière, le chiffre avec lequel les entreprises ajusteront leurs tarifs chaque mois proviendra de 49% de la variation de l’indice des salaires enregistré dans le secteur privé, 36,8% de l’inflation de gros et 14,2% du pourcentage du coût de construction.

Les accords d’ajustement temporaire des tarifs établissent dans leur troisième clause qu’« à partir de mai 2024 et jusqu’à ce que les grilles tarifaires résultant de la révision tarifaire entrent en vigueur (conformément aux dispositions de l’article 3 du décret 55/2023), Enargas procéder à la mise à jour du tarif de distribution du titulaire selon la formule prévue à l’annexe III.

Dans ladite annexe, intitulée « Formule de mise à jour des frais de distribution, des tarifs et des frais de services », est présentée une équation qui envisage les trois variables qui seront prises en compte pour l’ajustement avec leur pondération respective.

L’indice des salaires enregistré dans le secteur privé publié par l’Indec se voit attribuer un poids de 0,490 et précise que les données du quatrième mois précédant la mise à jour seront prises en compte.

L’Indice Interne des Prix de Gros (IPIM), également d’Indec, aura une incidence de 0,368 et sera pris en compte le deuxième mois précédant la mise à jour.

Enfin, l’indice des coûts de construction du Grand Buenos Aires, chapitre Matériaux, publié par Indec, sera pris en compte, avec un poids de 0,142 correspondant au deuxième mois précédant la mise à jour.

L’idée de mettre à jour mensuellement les taux avec un indice qui accompagne les principales variables de l’économie avait déjà commencé à être analysée sous le gouvernement d’Alberto Fernández lorsque l’inflation commençait à décoller de plus en plus.

-

PREV Chopper “une aubaine” après un accident de quad
NEXT NEMA distribue des articles de secours aux personnes handicapées d’Abuja après un incendie