Jusqu’à 460% à partir d’aujourd’hui et encore une forte augmentation pour l’hiver

Jusqu’à 460% à partir d’aujourd’hui et encore une forte augmentation pour l’hiver
Jusqu’à 460% à partir d’aujourd’hui et encore une forte augmentation pour l’hiver
-

La semaine dernière, le ministère de l’Énergie a annoncé les nouvelles valeurs que les utilisateurs paieront pour le coût de production du gaz à partir de ce mois-ci. Il indique qu’en moyenne, les ménages à revenu élevé paieront entre 2 961 et 9 271 dollars ; ceux à faible revenu, de 838 $ à 2 462 $, et ceux à revenu moyen, de 1 975 $ à 6 375 $. Mais cet élément n’est qu’un des trois éléments reflétés dans les bulletins de vote.

Enargas a publié les augmentations pour les composantes transport et distribution, qui expliquent environ 35% du coût final des billets. Il s’agit des tarifs perçus par les entreprises chargées du transport du gaz depuis les centres de production et de sa distribution jusqu’aux foyers. Cette augmentation sera la même pour tous les utilisateurs, puisqu’il n’y a pas de segmentation dans ces composantes du scrutin.

Lors de l’audience publique début janvier, les sociétés de transport (TGN et TGS) ont demandé de reconstituer leurs revenus avec des augmentations de 530%, sans tenir compte de l’accélération de l’inflation au cours des quatre derniers mois (décembre, janvier, février et mars). ). Enargas a approuvé une augmentation de 675%, ce qui a un impact de 65% sur la facture finale (environ 4 208 dollars).

De plus, chaque mois le taux de cette composante sera mis à jour par une formule composée de l’inflation de gros, de l’inflation de détail, de l’indice des salaires et de l’évolution des coûts de construction.

En échange, TGS s’engage à réaliser des investissements de 27,69 milliards de dollars cette année et TGN, 19,15 milliards de dollars.

chirillo.jpg

Le secrétaire d’État Eduardo Rodríguez Chirillo a déclaré lors d’audiences publiques qu’en moyenne, les utilisateurs ne paient que 17,5 % du coût de production du gaz.

Les distributeurs

Dans le cas des distributeurs (Metrogas, Naturgy et Camuzzi, entre autres), les entreprises avaient demandé des augmentations de 462 %. Et comme les opérateurs, ils bénéficieront également de mises à jour mensuelles selon la même formule d’ajustement.

Ils s’engagent également à présenter un plan de travaux d’un montant total de 19,590 millions de dollars dans le cas de Metrogas ; 15 050 millions de dollars, Naturgy ; 10,220 millions de dollars, Camuzzi Gas Pampeana, et 7,710 millions de dollars, Camuzzi Gas del Sur.

Outre les augmentations déjà annoncées, le gouvernement a lancé un mécanisme d’ajustement automatique afin que la forte inflation et la dévaluation de la monnaie ne retardent pas les augmentations annoncées. Comme les contrats sont dollarisés, mais que les factures sont payées en pesos, Enargas actualisera chaque mois le coût du gaz en raison de la variation mensuelle du taux de change. À l’heure actuelle, la Banque centrale (BCRA) applique une ancrage progressif (dévaluation contrôlée) de 2 % par mois.

Enargas a également déterminé la formule d’ajustement mensuel des tarifs des composantes de distribution et de transport.

gaz d’hiver

En outre, à partir de mai, les tarifs du gaz augmenteront à nouveau fortement en raison de la composante coût de production, qui devient plus chère pendant les mois d’hiver. Ce prix plus élevé perdurera entre mai et fin septembre.

À partir d’aujourd’hui, la valeur du gaz passera de 0,96 $ US par million de BTU (mesure anglaise utilisée dans le secteur) à 2,85 $ US en moyenne pour les utilisateurs, les entreprises et les industries à revenus élevés. Entre mai et septembre, le coût s’élèvera en moyenne à 4,35 dollars. À partir d’octobre, lorsque les températures augmenteront, le coût baissera à nouveau à 2,80 $ US par million de BTU.

Augmentation de 28,3% du gaz naturel

À partir de mai, les tarifs du gaz augmenteront à nouveau fortement en raison de la composante coût de production, qui devient plus chère pendant les mois d’hiver.

L’objectif du gouvernement est de réduire fortement les subventions à l’énergie. Le secrétaire d’État Eduardo Rodríguez Chirillo a déclaré lors d’audiences publiques qu’en moyenne, les utilisateurs ne paient que 17,5 % du coût de production du gaz.

L’administration précédente avait déclaré que les utilisateurs à revenus élevés ne recevraient plus de subventions. Cependant, en gelant les taux pendant presque toute l’année dernière et avec la hausse du taux de change officiel en décembre, la couverture du coût du gaz a fortement diminué ces derniers mois.

Selon le cabinet de conseil Economía & Energía, les ménages considérés comme ayant des revenus élevés paient 22 % du coût total de production ; ceux à faible revenu, 6,5 %, et ceux à revenu moyen, 8 %. L’augmentation des tarifs serait donc plus importante pour les utilisateurs ayant un pouvoir d’achat plus faible.

D’autre part, le ministère de l’Énergie concevra un panier énergétique de base (CBE) afin que les subventions soient destinées à l’utilisateur final. L’idée du gouvernement est de subventionner le ménage lorsqu’un pourcentage de ses revenus dépasse le coût de la consommation minimale nécessaire de gaz et d’électricité, qui varierait en fonction de la zone bio-environnementale du pays dans lequel vit l’utilisateur et du nombre de membres de la famille. le ménage.

La conception du CBE prendra en compte la taille du ménage, qui est divisé en trois catégories d’une ou deux personnes, trois ou quatre personnes et cinq personnes ou plus ; et la biozone de résidence, classée en six niveaux, d’une zone très chaude (nord-est de l’Argentine) à une zone très froide (sud de la Patagonie).

Par ailleurs, la CBE prendra en compte la consommation moyenne de gaz et d’électricité du mois concerné.

Autres nouvelles d’Urgente24

La visite du principal chef militaire américain et l’inquiétude pour Neuquén

Avant la grève et les rachats d’ATE, Milei a prolongé les contrats d’État

Les autorités de l’État ont débordé la police, pris le contrôle de l’INADI et précipité la CGT

Avec Zone Froide, mais +486% pour le gaz en Patagonie (+150% à Buenos Aires)

-

PREV Le taux d’inflation au Canada atteint 2,9 % en mars dans un contexte de hausse des prix de l’essence, ce qui stimule les paris sur une baisse des taux en juin.
NEXT Enquête pour meurtre ouverte après l’attaque au couteau dans le centre-ville de Bradford