Des familles d’otages organisent un simulacre de Seder : laissez partir notre peuple !

Des familles d’otages organisent un simulacre de Seder : laissez partir notre peuple !
Des familles d’otages organisent un simulacre de Seder : laissez partir notre peuple !
-

(JNS) Les familles d’Israéliens toujours retenus en otages par le Hamas dans la bande de Gaza se sont rassemblées dans la salle à manger du kibboutz Nir Oz criblée de balles le 11 avril pour une simulation de Seder exigeant le retour de leurs proches avant la Pâque, qui commémore l’exode biblique. d’Egypte et la délivrance du peuple juif de l’esclavage.

La salle contenait des chaises jaunes vides (la couleur associée à la campagne de libération des otages) avec des photos de chacun des 133 otages toujours détenus par le groupe terroriste, ainsi que des assiettes et des couverts vides, semblables à l’exposition emblématique de la place des otages de Tel Aviv. .

Avec l’aimable autorisation du Forum des otages et des familles disparues

Ofri Bibas-Levy s’exprime lors d’une simulation de seder de Pâque pour la libération des otages dans le kibboutz Nir-Oz, le 11 avril 2024. Avec l’aimable autorisation du Forum des otages et des familles disparues

« Le Shabbat dernier marquait le sixième mois depuis qu’ils avaient été cruellement kidnappés chez eux. Six mois et on a l’impression qu’ils ont été oubliés là-bas. Six mois où chaque instant pourrait être leur dernier moment et l’a peut-être déjà été », a déclaré Ofri Bibas-Levy, la sœur de Yarden Bibas, enlevé lors de l’invasion du Hamas le 7 octobre avec sa femme Shiri et leurs deux enfants Ariel. , 4, et Kfir, 1.

« Leur accorderont-ils la liberté qui leur a été si cruellement retirée ? Le moment n’est-il pas venu pour le monde entier de crier également pour Ariel et Kfir ? Un cri pour la justice, pour l’humanité, pour la fin de ce cauchemar. Laissez ma famille partir ! Laissez partir notre peuple ! dit Bibas-Lévy.

Les murs de la salle à manger du kibboutz évacué, incendié le 7 octobre, dégageaient encore une odeur nauséabonde, incitant certains journalistes couvrant l’événement à rester près des fenêtres.

« Nous nous trouvons ici à l’endroit où je célébrais la Pâque avec mon père, avec ma famille, avec toute ma communauté. Un grand nombre d’entre nous sont encore portés disparus », a déclaré Noam Peri, fille de l’hôte âgé Chaim Peri, qui a été kidnappé à Nir Oz.

« Ne parlez pas de cessez-le-feu alors que notre peuple est toujours retenu dans des tunnels. Faites pression pour vous assurer qu’ils soient de retour chez eux avant Pessah ! elle a ajouté.

Le kibboutz, situé à moins de trois kilomètres de la frontière avec Gaza, a été l’un des plus durement touchés lors de l’attaque du 7 octobre, avec un habitant sur quatre tué ou kidnappé.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a confirmé tôt dimanche matin que le Hamas avait rejeté la dernière proposition de cessez-le-feu négociée par les États-Unis.

“Cela fait plus d’une semaine depuis la réunion du Caire. Le Hamas a rejeté les grandes lignes élaborées par les médiateurs”, a déclaré le bureau de Netanyahu.

Le développement « prouve que [Hamas chief in Gaza Yahya] “Sinwar ne veut pas d’accord humanitaire ni du retour des otages, continue d’exploiter les tensions avec l’Iran et s’efforce d’unir les secteurs et de parvenir à une escalade générale dans la région”, poursuit le communiqué.

« Israël continuera de s’efforcer d’atteindre les objectifs de la guerre avec le Hamas avec toute la force et ne négligera aucun effort pour rapatrier immédiatement les 133 otages de Gaza », conclut-il.

La proposition américaine aurait vu Jérusalem libérer 900 prisonniers terroristes, dont des meurtriers, en échange de 40 foyers, ainsi qu’un retrait partiel de Tsahal de la bande de Gaza et le retour sans restriction des Palestiniens dans la partie nord de l’enclave côtière.

CNN a rapporté mercredi que le groupe terroriste affirme qu’il est actuellement incapable de retrouver 40 femmes captives vivantes, âgées et malades à libérer dans le premier lot dans le cadre d’un éventuel accord de libération d’otages.

Israël a fait pression pour que le Hamas complète la version initiale avec des hôtes masculins plus jeunes, y compris des soldats de Tsahal, a déclaré à CNN un responsable de Jérusalem.

Les responsables à Jérusalem estiment que le retrait de Tsahal de Khan Yunis et l’afflux d’aide humanitaire à Gaza ont compromis les chances que le Hamas accepte un accord de libération des otages.

L’Israélo-Américaine Liat Atzili Beinin a été libérée en novembre dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu d’une semaine. Son mari, Aviv, membre de l’équipe d’intervention d’urgence de Nir Oz, a été tué le 7 octobre alors qu’il repoussait des terroristes.

« Nous sommes aujourd’hui au kibboutz Nir Oz, chez moi. Je ne vais pas énumérer à nouveau les verbes décrivant ce qui s’est passé ici – c’est une liste terrifiante. Compte tenu de notre ordre, j’ai le droit d’exiger que toute personne ayant la moindre moralité se joigne à notre appel au retour de tous les otages sans conditions », a déclaré Beinin.

« Pour les familles des 133 otages, il n’y aura pas de « vacances » sans leurs proches. Ne manquez pas cette opportunité », a-t-elle ajouté.

Pour lire plus de contenu, visitez www.jns.org

-

PREV Une femme a allumé les brûleurs à gaz pour tuer ses trois enfants et se suicider
NEXT Un groupe de producteurs de cannabis prévient que l’industrie pourrait s’effondrer d’ici un an si les agriculteurs n’obtiennent pas d’aide financière | Nouvelles