Le vaisseau spatial Voyager 1 de la NASA téléphone enfin à la maison après 5 mois sans contact

Le vaisseau spatial Voyager 1 de la NASA téléphone enfin à la maison après 5 mois sans contact
Le vaisseau spatial Voyager 1 de la NASA téléphone enfin à la maison après 5 mois sans contact
-

L’explorateur interstellaire de la NASA Voyager 1 communique enfin à nouveau avec le contrôle au sol d’une manière compréhensible. Samedi 20 avril, Voyager 1 a informé le contrôle au sol de son état de santé pour la première fois en 5 mois. Même si le vaisseau spatial Voyager 1 n’envoie toujours pas de données scientifiques valides sur Terre, il renvoie désormais des informations utilisables sur la santé et l’état de fonctionnement de ses systèmes d’ingénierie embarqués.

Trente-cinq ans après son lancement en 1977, Voyager 1 est devenu le premier objet fabriqué par l’homme à quitter le système solaire et à pénétrer dans l’espace interstellaire. Il a été suivi hors de nos quartiers cosmiques par son frère spatial, Voyager 2, six ans plus tard, en 2018. Heureusement, Voyager 2 est toujours opérationnel et communique bien avec la Terre.

Les deux vaisseaux spatiaux restent les seuls objets fabriqués par l’homme à explorer l’espace au-delà de l’influence du soleil. Cependant, le 14 novembre 2023, après 11 ans d’exploration de l’espace interstellaire et alors qu’il se trouve à 24 milliards de kilomètres de la Terre, le code binaire de Voyager 1 – un langage informatique composé de 0 et de 1 qu’il utilise pour communiquer avec son équipe de vol à la NASA – n’a plus de sens.

En rapport: Nous savons enfin pourquoi le vaisseau spatial Voyager 1 de la NASA a cessé de communiquer – les scientifiques travaillent sur un correctif

En mars, l’équipe d’exploitation de Voyager 1 de la NASA a envoyé un « poke » numérique au vaisseau spatial, incitant son sous-système de données de vol (FDS) à envoyer une lecture de la mémoire complète à son domicile.

Ce dump mémoire a révélé aux scientifiques et ingénieurs que le « glitch » est le résultat d’un code corrompu contenu sur une seule puce représentant environ 3 % de la mémoire du FDS. La perte de ce code a rendu les données scientifiques et techniques de Voyager 1 inutilisables.

Scènes jubilatoires alors que l’équipe de vol Voyager de la NASA a des nouvelles de l’engin pour la première fois en cinq mois. (Crédit image : NASA/JPL-Caltech)

L’équipe de la NASA ne peut bien sûr pas physiquement réparer ou remplacer cette puce, mais elle peut placer à distance le code concerné ailleurs dans la mémoire du FDS. Bien qu’aucune section de la mémoire ne soit suffisamment grande pour contenir entièrement ce code, l’équipe peut le découper en sections et stocker ces morceaux séparément. Pour ce faire, ils devront également ajuster les sections de stockage concernées pour garantir que l’ajout de ce code corrompu n’empêchera pas ces zones de fonctionner individuellement ou de travailler ensemble dans leur ensemble. En plus de cela, le personnel de la NASA devra également s’assurer que toutes les références à l’emplacement du code corrompu sont mises à jour.

Le 18 avril 2024, l’équipe a commencé à envoyer le code vers son nouvel emplacement dans la mémoire des FDS. Ce fut un processus laborieux, car un signal radio met 22,5 heures pour parcourir la distance entre la Terre et Voyager 1, puis il faut encore 22,5 heures pour recevoir un signal de l’engin.

Cependant, samedi 20 avril, l’équipe a confirmé que sa modification avait fonctionné. Pour la première fois en cinq mois, les scientifiques ont pu communiquer avec Voyager 1 et vérifier son état de santé. Au cours des prochaines semaines, l’équipe travaillera à l’ajustement du reste du logiciel FDS et visera à récupérer les régions du système responsables du conditionnement et du renvoi des données scientifiques vitales au-delà des limites du système solaire.

-

PREV Epra réduit le prix du super essence de 1 shilling
NEXT Que fait le cours de l’action de Marvell Technology, Inc. (NASDAQ : MRVL) ?