L’hépatite tue 3,5 millions de personnes chaque jour, selon l’OMS

L’hépatite tue 3,5 millions de personnes chaque jour, selon l’OMS
L’hépatite tue 3,5 millions de personnes chaque jour, selon l’OMS
-

Le nombre de décès dus à l’hépatite virale dans le monde est passé de 1,1 million en 2019 à 1,3 million en 2022. Ces chiffres équivalent à environ 3 500 décès par jour dus à cette maladie, qui est la deuxième cause de mortalité due à des agents infectieux dans le monde.

Ces données font partie du rapport mondial sur l’hépatite 2024 récemment publié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors du Sommet mondial sur l’hépatite à Lisbonne, au Portugal.

Le rapport révèle que malgré les progrès réalisés dans les outils de diagnostic et les options de traitement, les taux de traitement mondiaux et la couverture des tests de détection ont stagné.

“Ce rapport dresse un tableau inquiétant : malgré les progrès mondiaux dans la prévention des infections par l’hépatite, les décès augmentent car très peu de personnes atteintes d’hépatite sont diagnostiquées et traitées”, a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, PhD.

L’hépatite B est associée de manière significative au taux de mortalité le plus élevé. Elle représentait 83 % des décès dus à la maladie en 2022. L’hépatite C était quant à elle responsable de 17 % des décès. La mortalité d’autres types d’hépatites moins courants n’a pas été prise en compte dans le classement.

Le rapport indique également que plus de 6 000 personnes dans le monde sont infectées chaque jour par une hépatite virale. Les 2,2 millions de nouveaux cas en 2022 représentent une légère diminution par rapport aux 2,5 millions de 2019, mais l’OMS considère l’incidence comme élevée.

Les statistiques mises à jour de l’organisation indiquent qu’environ 254 millions de personnes souffraient d’hépatite B en 2022, tandis que 50 millions étaient atteintes de type C.

“Outre les décès, le nombre de nouveaux cas chaque année est également frappant. Ce sont des maladies qui continuent de se propager. Dans le cas de l’hépatite C, la propagation résulte du manque d’accès à des matériaux tranchants jetables ou correctement stérilisés”, a déclaré Thor Dantas. , MD, PhD, médecin et directeur du comité sur l’hépatite virale de la Société brésilienne d’hépatologie.

La situation de l’hépatite B est particulièrement problématique, étant donné qu’il existe un vaccin sûr et efficace contre elle, a déclaré Dantas. “Il est remarquable que nous continuions à avoir autant de nouveaux cas dans le monde. Cela montre que nous n’avons pas accès aux mesures préventives de contrôle et de propagation.”

La moitié des cas d’hépatite chronique B et C surviennent chez des personnes âgées de 30 à 54 ans, tandis que 12 % touchent des enfants. Les infections sont plus nombreuses chez les hommes, qui représentent 58 % de tous les cas.

L’OMS a également attiré l’attention sur la difficulté d’accéder au diagnostic et au traitement. Seulement 13 % des personnes atteintes d’une hépatite B chronique ont été diagnostiquées, tandis que seulement 3 % — soit l’équivalent de 7 millions de personnes — recevaient un traitement antiviral à la fin de 2022. Ce résultat est bien en deçà de l’objectif mondial de l’OMS, qui vise à traiter 80 % des cas. cas d’ici 2030.

Le Brésil a un taux de diagnostic plus élevé que la moyenne mondiale, mais il reste néanmoins inférieur à l’objectif. Selon le rapport, en 2022, le pays a diagnostiqué 34,2 % de toutes les infections par l’hépatite B. Cependant, la couverture des traitements reste faible : 3,6% du total.

Pour l’hépatite C, le scénario est quelque peu différent. Au cours de la même période, le Brésil a diagnostiqué 36 % du total des cas, avec un taux de traitement de 24 %.

En 2022, le Brésil a enregistré 2 578 décès dus à l’hépatite B et 2 977 dus à l’hépatite C.

L’hépatite étant une maladie silencieuse, le diagnostic est souvent tardif, lorsque la maladie est déjà assez avancée, a expliqué Dantas. “L’hépatite virale évolue au fil des années de manière essentiellement asymptomatique. Le paludisme présente des symptômes et la tuberculose présente des symptômes. Ce n’est pas le cas de l’hépatite virale. Ils ne sont découverts que grâce à une recherche active.”

Le rapport de l’OMS montre des différences régionales significatives dans les taux d’infection. Près des deux tiers des cas sont concentrés dans les 10 pays suivants : Chine, Inde, Indonésie, Nigeria, Pakistan, Éthiopie, Bangladesh, Vietnam, Philippines et Russie.

En termes d’incidence de l’hépatite C, le Brésil se classe au 15ème rang mondial, avec 536 000 cas en 2022, soit 1,1 % du total mondial. La liste est menée par le Pakistan, avec 8,8 millions de cas, soit 17,8 % du total. Viennent ensuite l’Inde, avec 5,5 millions (11,2 %) et la Chine, avec 4 millions (8,1 %).

Outre les différences régionales, le rapport révèle également de profondes disparités dans les prix payés pour les traitements majeurs.

« Les disparités de prix entre les régions de l’OMS et même au sein de celles-ci persistent, de nombreux pays payant des prix supérieurs aux valeurs de référence mondiales, y compris pour les médicaments non brevetés », selon le rapport.

Cette histoire a été traduite du Medscape portugais édition à l’aide de plusieurs outils éditoriaux, dont l’IA, dans le cadre du processus. Des éditeurs humains ont examiné ce contenu avant sa publication.

-

PREV Blog en direct du cours de l’action Happiest Minds Technologies du 6 mai 2024
NEXT Début du procès pour meurtre d’un homme de Goose Creek accusé du meurtre d’une femme en 2019