L’Epra ordonne la fermeture des stations-service inondées

L’Epra ordonne la fermeture des stations-service inondées
L’Epra ordonne la fermeture des stations-service inondées
-

Les négociants en pétrole ont été invités à fermer temporairement les stations-service dans les endroits inondés afin de s’assurer qu’ils ne vendent pas de carburant contaminé.

L’Autorité de régulation de l’énergie et du pétrole (Epra) a annoncé mercredi cette décision dans le but de protéger les automobilistes contre les carburants contaminés, qui entraînent des dommages aux moteurs, les poussant à engager des coûts énormes pour les réparer ou les remplacer.

Depuis le mois dernier, de fortes pluies ont frappé la plupart des régions du pays, inondant et submergeant les entreprises, y compris les systèmes souterrains de réservoirs de stockage souterrains de pétrole (UST), ou déversant des produits à la surface.

«Toute station-service inondée doit rester temporairement fermée et surveillée. Les stations de vente au détail doivent évaluer l’ampleur des inondations, nettoyer les débris éventuels et s’assurer de la qualité de leurs produits avant de reprendre leurs activités », a déclaré mercredi le directeur général de l’Epra, Daniel Kiptoo, dans un communiqué.

Epra n’a pas divulgué les sanctions imposées aux commerçants de pétrole qui bafouent la directive, alors que des automobilistes signalent qu’ils ont été approvisionnés en carburant contaminé.

La loi sur l’énergie de 2019 stipule que les commerçants de pétrole surpris en train de stocker, transporter ou vendre du carburant frelaté commettent une infraction et seront, s’ils sont reconnus coupables, passibles d’une amende d’au moins 5 millions de shillings ou d’une peine d’emprisonnement d’au moins deux ans ou les deux.

Presque toutes les stations-service au Kenya disposent de réservoirs souterrains pour stocker le carburant, ce qui les rend vulnérables à la destruction en cas de fortes pluies. Certains négociants en pétrole devraient engager de nouvelles dépenses dans les prochains jours pour remplacer les réservoirs de l’UST endommagés.

Plusieurs consommateurs de Nairobi ont signalé des cas d’achat de carburant contaminé dans des stations-service de la ville, affirmant que cela avait entraîné des pannes de moteur de leurs véhicules. Il y a également eu des cas non confirmés de stations-service pompant du carburant contaminé vers les zones environnantes de certaines parties de Nairobi.

En plus de nuire aux consommateurs, les négociants pétroliers dont l’infrastructure de l’UST a été endommagée par les inondations ont subi des pertes du fait de la perte de produits qu’ils avaient déjà payés.

Les systèmes UST peuvent être submergés ou déplacés par les eaux de crue ou des périodes prolongées de fortes pluies, entraînant des dommages aux systèmes ou même des rejets de produits dans les zones environnantes.

Outre la contamination du carburant dans les UST, il existe également un risque de fuite de carburant dans les environs, entraînant une pollution.

Plus de 120 personnes ont été tuées à travers le pays et le bilan risque de s’alourdir après que le service météorologique a mis en garde contre une augmentation des pluies dans les prochains jours.

L’Epra n’a cependant pas révélé si elle avait officiellement reçu des cas d’automobilistes ayant reçu du carburant contaminé, même si le régulateur affirme que les stations-service situées dans les zones inondées doivent obtenir une autorisation avant de rouvrir.

“En fonction de la gravité des inondations, les stations de vente au détail sont tenues par la présente de communiquer immédiatement avec les autorités gouvernementales ou les agences de réglementation compétentes pour garantir le respect de tous les protocoles ou réglementations nécessaires.”

-

PREV Ils limitent le gaz aux industries pour éviter les coupures d’électricité • Canal C
NEXT Pouvez-vous trouver le mot NASA en moins de 5 secondes ? – Apprends-moi les sciences