Plus de 62 000 Kenyans déplacés suite à la création de 138 camps pour les victimes des inondations

-
Par Mary Muoki

Publié le : 04 mai 2024 07:30 (MANGER)

Plus de 62 000 Kenyans ont été déplacés par les inondations en cours et vivent actuellement dans divers camps de personnes déplacées à travers le pays.

Les données du ministère de l’Intérieur et de l’Administration nationale montrent qu’il existe plus de 138 camps pour personnes déplacées à l’intérieur du pays, et que d’autres évacuations sont attendues à mesure que les pluies continuent de s’intensifier.

Les comtés de Nairobi et de Tana River sont en tête avec le plus grand nombre de camps, avec respectivement 35 et 30, dressant le tableau d’un pays aux prises avec les effets dévastateurs des fortes pluies et des inondations qui ont fait des centaines de morts et des millions de personnes perdues dans des infrastructures endommagées.

Citizen TV a visité certains camps de personnes déplacées dans un champ à Adhele, Madogo, dans le comté de Tana River, où les femmes étaient occupées à courir contre la montre pour construire suffisamment d’abris pour protéger leurs familles des pluies.

Le camp accueille actuellement 500 personnes qui ont été contraintes de fuir leur foyer il y a dix jours.

Pour chacun de ces jours, ils ont passé leurs nuits à ciel ouvert, bravant le froid et les pluies torrentielles dans ce camp de déplacés.

« Tumeletwa na maji hapa, tumesombwa. Ni uhai yetu tumeleta hapa. Tunaomba usaidizi, wakubwa wa serikali mjue tuko hapa. Leo ni siku ya kumi hatujaona msaada. Mtuletee msaada », a déclaré la victime, Labo Hussein.

Un autre, Nasibo Dokacha, a ajouté : « Tafadhali tunaomba tusaidiwe. Sana sana kwa hii kambi, shida yetu kubwa ni choo, chakula na maji. Shida ya njaa ndio zaidi nyumba hatuna na ndio mvua inanyesha.

Les personnes touchées accusent le gouvernement de les négliger, sans nourriture ni abri convenable.

Ils disent qu’ils ont tenu compte de l’avertissement du gouvernement de se déplacer vers des terrains plus élevés et plus sûrs pour éviter d’être emportés par les eaux de crue, mais le gouvernement les a apparemment oubliés une fois hors de danger.

« Tumehama tukajenga hivi vibanda. Vitu vyetu vimesombwa, zingine ziko kwa majirani. Hatuna vitu za kujisitiri ama hata nguo ya kujifunikia », a déclaré Athman Mwaura, ancien du village d’Adhele.

Sur les rives du lac Victoria, c’est un scénario similaire pour le foyer de Diana Osano, qui fait partie des 500 foyers campant dans le camp d’Osodo pour personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Diana campe avec son mari et ses sept enfants, et sa plus grande préoccupation est de préparer un repas pour sa famille.

Le sort de ces petites communautés est lié à la tragédie des inondations qui les ont amenées à fuir leurs maisons après que la rivière Miriu a débordé et emporté leurs maisons.

Depuis qu’ils sont dans le camp, ils regrettent que le gouvernement ne les ait pas soutenus sous forme ou en nature, et ils comptent sur leurs sympathisants pour répondre à leurs besoins les plus élémentaires.

« Jinsi ya kulala hapa ni ngumu. Tuko na watoto na adolescents na tunalala wote pamoja. Lishe bora pia haiko. Insécurité pia ni mingi,…Tumeishi kwa giza », a déclaré Diana.

Dans le comté de Nakuru, les victimes de la tragédie de Mai Mahiu campent toujours à l’école secondaire de Ngeya, ce qui s’ajoute au nombre croissant de personnes déplacées de leurs foyers.

Les victimes qui bénéficient du plein soutien du gouvernement craignent cependant de se retrouver sans abri une fois les écoles rouvertes et demandent au gouvernement national et au gouvernement du comté de les réinstaller.

« Serikali sasa inatusaidia, kuna watu wanalala chini lakini tuko na chakula. L’utilisateur n’a pas besoin de chakula. Tuko hapa », a déclaré une victime du camp de personnes déplacées de Ngeya à Nakuru.

Les données publiées par le ministère de l’Intérieur dressent le portrait d’un pays ébranlé par les inondations en cours.

Le gouvernement indique qu’il existe 138 camps répartis dans 18 comtés pour accueillir les victimes des inondations, et plus de 62 061 personnes provenant de 14 771 ménages reçoivent actuellement une aide alimentaire et non alimentaire de première nécessité.

« Le comté de Nairobi a supporté le plus gros des inondations et abrite le plus grand nombre de camps. La ville compte 35 camps accueillant plus de 8 000 personnes, suivis de près par le comté de Tana River avec 30 camps de personnes déplacées et 5 158 personnes déplacées », a déclaré le CS de l’Intérieur Kithure Kindiki dans un communiqué.

« Le comté de Kisumu compte 16 camps et 6 155 victimes des inondations. Le comté de Garissa arrive en tête avec le plus grand nombre de personnes déplacées, avec plus de 21 597 personnes réparties dans 11 camps de personnes déplacées. Le comté de Busia fait également partie de ceux qui sont aux prises avec les effets des fortes pluies qui frappent le pays et compte 8 195 personnes réparties dans 10 camps.

Les comités de sécurité du comté surveillent en permanence la situation pour garantir des points d’abri pour toutes les personnes touchées.

-

PREV Météo à Medellín : température et probabilité de pluie pour ce 8 mai
NEXT Met Gala : la mère de Katy Perry, trompée avec une fausse photo de sa fille créée par l’intelligence artificielle