Les bénéfices de Saudi Aramco chutent en raison de la baisse des prix du pétrole et des volumes vendus

Les bénéfices de Saudi Aramco chutent en raison de la baisse des prix du pétrole et des volumes vendus
Les bénéfices de Saudi Aramco chutent en raison de la baisse des prix du pétrole et des volumes vendus
-

Le géant pétrolier public saoudien Aramco s’attend à verser 31 milliards de dollars de dividendes au gouvernement saoudien et à ses actionnaires, malgré la publication mardi d’un bénéfice en baisse pour le premier trimestre, affecté par la baisse des prix du pétrole et des volumes vendus.

Le gouvernement saoudien, qui détient directement environ 82,2 % d’Aramco, dépend fortement des paiements de l’entreprise, qui comprennent également des redevances et des taxes.

Le royaume, premier exportateur mondial de pétrole, dépense des milliards de dollars pour diversifier son économie hors du pétrole brut.

Aramco a annoncé une baisse de 14 % de son bénéfice net au premier trimestre, à 27,3 milliards de dollars sur les trois mois clos le 31 mars, conformément aux estimations des analystes et en baisse par rapport aux 31,9 milliards de dollars un an plus tôt, selon un communiqué de résultats de l’entreprise.

La société a déclaré des dividendes de base pour le premier trimestre totalisant 20,3 milliards de dollars et une distribution de dividendes liée à la performance de 10,8 milliards de dollars à verser au deuxième trimestre.

Il a déclaré qu’il s’attend à ce que des dividendes totaux de 124,3 milliards de dollars soient déclarés en 2024, dont 43,1 milliards de dollars de dividendes liés à la performance.

L’OPEP+ a mis en œuvre une série de réductions de production depuis fin 2022, dans un contexte d’augmentation de la production des États-Unis et d’autres producteurs non membres, et d’inquiétudes concernant la demande alors que les grandes économies sont aux prises avec des taux d’intérêt élevés.

Le brut Brent s’est établi en moyenne autour de 83,50 dollars jusqu’à présent en 2024, tandis que l’Arabie saoudite a besoin de pétrole à 96,2 dollars pour équilibrer son budget 2024, selon les prévisions du FMI. Avec un déficit budgétaire prévu de 79 milliards de riyals (21,07 milliards de dollars) cette année, le royaume pourrait retarder une partie de ses multiples mégaprojets.

Le ministre des Finances Mohammed Al Jadaan a récemment déclaré que le plan Vision 2030 du royaume visant à transformer son économie serait ajusté si nécessaire, certains projets étant réduits ou prolongés et d’autres accélérés dans un environnement difficile.

Le royaume pourrait également lever jusqu’à 138 milliards de riyals (36,80 milliards de dollars) de financement en 2024, contre 23 milliards de dollars initialement estimés au début de l’année.

Fin janvier, le gouvernement saoudien a ordonné à Aramco d’abandonner son plan d’expansion visant à augmenter la capacité de production à 13 millions de barils par jour (mbpj), revenant ainsi à l’objectif précédent de 12 mbpj.

Deux projets qui faisaient partie du plan d’expansion – Safaniyah et Manifa – sont désormais suspendus, tandis que trois autres sont en cours.

Mardi, Aramco a déclaré que Marjan et Berri devraient entrer en service en 2025, ajoutant respectivement 300 millions de barils par jour et 250 millions de b/j, tandis que Zuluf était en passe d’ajouter 600 millions de b/j d’ici 2026.

La capacité de production maximale sera optimisée pour la maintenir dans l’objectif de 12 millions de b/j malgré les projets en cours.

L’Arabie saoudite est sur le point de vendre davantage d’actions du géant de l’énergie Aramco, ont déclaré à Reuters en février trois personnes proches du dossier, et a aligné Citigroup, Goldman Sachs et HSBC pour la vente, selon l’une des sources.

(Reuters – Reportage supplémentaire de Rachna Uppal ; édité par Louise Heavens, David Goodman et David Evans)

-

PREV Un adolescent plaide coupable dans la série de jets de pierres qui a tué Alexa Bartell
NEXT Un club de golf accepte d’apporter des changements suite à un tragique accident