Des larmes au tribunal alors que le DSS diffuse les prétendues confessions vidéo du suspect du meurtre

Des larmes au tribunal alors que le DSS diffuse les prétendues confessions vidéo du suspect du meurtre
Des larmes au tribunal alors que le DSS diffuse les prétendues confessions vidéo du suspect du meurtre
-

Mercredi, des larmes ont éclaté devant la Haute Cour de l’État d’Abia, à Umuahia, lorsqu’une vidéo des aveux qui auraient été faits par un suspect de meurtre, Salem Chukwunyere, a été diffusée dans la salle d’audience par le personnel du Département de la sécurité de l’État (DSS).

Dans la vidéo, le suspect Chukwunyere, qui s’est identifié comme plombier, a avoué avoir tué une femme, Nkem Ndife, en utilisant une éponge de salle de bain pour l’étrangler dans sa maison à Umuahia, affirmant qu’il était venu demander une aide financière à la femme. Le jour où je l’ai tuée.

Le suspect, dans la vidéo, a déclaré avoir mis la victime seule dans sa maison avant de commettre le crime.

Chukwunyere a également avoué avoir assassiné une autre victime, un certain Chioma Nwoke, à Obinze, dans l’État d’Imo.

Un officier du DSS avait déclaré au tribunal que les aveux présumés avaient été faits volontairement par le suspect après son arrestation, soulignant qu’ils n’avaient pas été faits sous la contrainte.

Mais l’avocat de l’accusé, Adimchinaka Udochukwu Ngumoha, a fait valoir que les aveux faits par l’accusé dans la vidéo ne devraient pas être adoptés ou admis comme preuve.

Selon lui, la vidéo ne comportait pas de documents d’authentification et de certification pour la rendre recevable.

Le juge président, le juge Uche Enwereji, a conseillé à l’avocat du prévenu de soulever son objection lors de la présentation de son discours écrit.

Elle a admis l’affaire jusqu’au 3 juillet 2024 pour la poursuite de l’audience.

S’adressant aux journalistes après l’affaire, le mari de feu Nkem Ndife, M. Christian Ndife, a demandé justice pour son épouse.

Il a déclaré que sa femme de 48 ans avait été assassinée de la manière la plus horrible à Agulu Street Umuahia le 21 septembre 2021.

Ndife, qui a fondu en larmes, a déclaré : « J’ai besoin de justice, la vie de ma femme compte. La vie des femmes compte. “Ma femme devrait obtenir justice, les femmes devraient obtenir justice.”

S’exprimant également, Mme Clementina Nwoke, dont la fille, Chioma Nwoke, aurait été tuée par le même accusé, a demandé justice pour les victimes.

-

PREV Des étudiants pakistanais partagent leur ordre de vie au Kirghizistan au milieu de la violence
NEXT Ce n’est « pas un accident » qu’ils se soient produits pendant SmackDown